ESSEC

 

PRÉPARER LES ÉTUDIANTS À ÉVOLUER DANS UNE ÉCONOMIE GLOBALISÉE ET CHANGEANTE, à acquérir l’ouverture nécessaire à comprendre différentes cultures, qu’elles soient techniques ou culturelles, à développer leur capacité à travailler dans des contextes internationaux et de plus en plus collaboratifs, est sans doute le meilleur antidote à la crise économique.

 

Peter O’Connor Directeur de la Grande Ecole ESSEC

Peter O’Connor Directeur de la Grande Ecole ESSEC

A l’ESSEC, cet apprentissage commence dans la salle de cours, où 50 % du corps professoral est « international » et où l’on retrouve une grande diversité d’étudiants, qu’ils soient français issus de prépas ou ingénieurs, juristes, littéraires ou européens ; indiens ou chinois et sélectionnés dans les meilleures universités scientifiques ou économiques internationales. Au total, 92 nationalités sont représentées et chaque cours apporte son propre « mélange ». Dès la 1ère année (cycle Bachelor), le parcours « langues et civilisations » permet de renforcer la maitrise d’une langue et de réaliser un stage dans un des pays où elle est parlée : Japon, Chine, MENA, Russie, Brésil. En cycle master, la rentrée est marquée par un séminaire de 4 jours sur la créativité dont le thème était cette année la mondialisation en 2030 autour de 25 pays représentant les 5 continents. Autres éléments forts de cette ouverture, l’opportunité d’effectuer une partie de son cursus sur le Campus de Singapour, de conduire des missions d’études de 3 mois en Chine ou en Inde avec Cap Gemini Consulting, d’effectuer un double diplôme international ou un échange chez l’un des 90 partenaires académiques de l’ESSEC.

 

UN CONTACT PERMANENT AVEC LES ENTREPRISES
A leur arrivée à l’ESSEC, les étudiants sont plongés au coeur de l’entreprise à travers une « expérience terrain » de trois semaines et une mission de conseil répartie sur 6 mois, qui leur permet de comprendre les enjeux sociétaux de l’entreprise et d’acquérir des compétences fondamentales comme la capacité à travailler en équipe, la capacité à définir un problème et à construire une solution viable et fédératrice… Cette compréhension des enjeux de l’entreprise se précise en cycle master à travers les 35 chaires et filières qui permettent chaque année à des centaines d’étudiants de se spécialiser dans le management d’un secteur ou d’une fonction de l’entreprise. La diversité de ces parcours a récemment été renforcée pour répondre aux évolutions de l’économie à travers la création des filières Conseil en stratégie, Finance d’entreprise, Supply chain, Business Analytics, Digital Marketing. Par ailleurs, la présence des entreprises au sein des chaires constitue une vraie plus-value puisqu’elle permet de pratiquer des ajustements pédagogiques continus et habitue nos étudiants à résoudre des problématiques sectorielles ou fonctionnelles qu’ils devront traiter une fois diplômés. Au-delà de la pédagogie, c’est l’articulation individualisée entre parcours académique et parcours professionnel qui marque la différence de l’ESSEC. Aidés par les conseils du tuteur individuel et du Career Services, les étudiants construisent leurs projets professionnels dans les meilleures conditions possibles et choisissent quand et comment effectuer leur 18 mois d’expérience professionnelle en fonction de leurs intérêts. Pour ce faire ils bénéficient notamment de plus de 13 000 offres de stages chaque année, de forums métiers organisés en France et à Singapour et même d’une « jobfair » organisée à Shanghai en Partenariat avec l’Ecole Centrale de Paris. Aujourd’hui, près d’un tiers d’étudiants commencent leur carrière à l’international et 84 % d’entre eux réalisent un stage à l’étranger au cours de leur parcours à l’ESSEC. Comme le soulignait Patrick Ducasse (ESSEC 85, Senior Partner Boston Consulting Group) lors d’une conférence « The best Job », rien n’est plus formateur à l’ouverture, au travail collaboratif avec des cultures différentes que de travailler quelques années à l’étranger.

 

Par Peter O’Connor
Directeur de la Grande Ecole ESSEC