Stéphane Plaza n’a qu’à bien se tenir : l’ESPI forme les experts immobiliers de demain ! L’Ecole Supérieure des professions immobilières propose depuis près de 50 ans des programmes reconnus par les professionnels du secteur. Une renommée qui ne cesse de croître depuis l’arrivée de Christian Louis-Victor à la présidence en 2006.

 

Christian Louis-Victor © ESPI

« Dès le départ, j’ai souhaité développer une stratégie en réponse aux enjeux contemporains. Les produits immobiliers ne sont plus aussi spécifiques qu’avant. Ils se sont diversifiés », introduit le président de l’ESPI. Aménagement des territoires, nouveaux profils sociaux et problématiques financières, autant de changements qui ont une incidence sur l’immobilier : les acteurs se multiplient pour pallier à ces nouvelles demandes. Les formations de l’ESPI s’adaptent : son spectre de disciplines s’est élargi. « Face à cette diversification d’intermédiaires, l’ESPI se veut pluridisciplinaire à travers des cursus variés, spécialisés et optimisés », présente Christian Louis-Victor.

Créer des passerelles

Cette pluridisciplinarité s’illustre dans ses partenariats académiques. Après un double-diplôme avec le groupe Sup de Co La Rochelle, l’ESPI signe un rapprochement avec l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy. Derrière ces synergies, une volonté d’initier ses étudiants à la complexité de la conception architecturale, et apprendre à ses homologues les contraintes immobilières souvent méconnues. « Créer un dialogue entre les deux corps de métiers, qui sont amenés à travailler ensemble, est essentiel. La chaîne de travail en dépend ! », sourit l’initiateur de cette opération. De quoi garantir une meilleure conception et gestion des biens immobiliers. Cette passerelle entre les deux formations ne serait que le début d’une série de partenariats. Affaire à suivre …

Être ici et ailleurs

Cette collaboration avec l’école d’architecture pourrait se concrétiser par l’ouverture d’un nouveau campus à Nancy. L’ESPI ne cesse de se déployer au niveau national : Paris, Nantes, Marseille, Montpellier, Bordeaux et Lyon. Une opportunité pour ses étudiants de passer d’un campus à un autre.

Bernard Pinat © ESPI

A l’étranger, l’école est déjà présente en Côte d’Ivoire, mais aussi en Belgique grâce à son partenariat avec l’université de VIVES. « Son développement ne fait que commencer ! », insiste Bernard Pinat, directeur général de l’ESPI. Il révèle une possibilité d’implantation au Québec et en Suisse. « Nous nous concentrons sur les zones francophones pour le moment » ajoute-t-il, en rappelant la difficulté d’incorporer des parcours en anglais.

Un développement de ses activités qui a influé sur sa capacité d’accueil : l’effectif est passé de 700 à 1 500 étudiants en 4 ans – environ 1 800 inscrits sont attendus à la rentrée 2018. En pleine expansion, l’ESPI a de beaux jours devant elle. Transversalité et ouverture, une stratégie payante.

Des chiffres et des êtres

1972 : création de l’école

97% de taux d’embauche à l’issu des études (60% dès la fin de l’année scolaire)

5 000 alumni dans le réseau des anciens

5 formations inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)