L’avenir des grandes écoles, universités et grandes entreprises : Centrale

 

Filiale à 100 % d’EDF et gestionnaire des réseaux de distribution d’électricité pour 95 % du territoire métropolitain, ERDF assure l’exploitation, l’entretien et le développement des lignes électriques sur 1,3 million de kilomètres de réseau. Rencontre avec Michèle Bellon, (Centrale Paris 72) Président du Directoire.

 

 

Michèle Bellon (Centrale Paris 72), Président du Directoire d’ERDF.

Michèle Bellon (Centrale Paris 72), Président du Directoire d’ERDF.

Une mission de service public
En France, les collectivités locales sont propriétaires du réseau de distribution, mais en confient la gestion à ERDF dans le cadre d’une délégation de service public. Ainsi, ERDF exploite, entretient et développe le réseau pour 35 millions de clients. « L’une de nos priorités est de distribuer une électricité de qualité sur l’ensemble du territoire, dans des conditions les plus équitables possibles, assure Michèle Bellon, Président du Directoire d’ERDF. Nos 35 000 salariés, répartis sur plus de 1000 sites, ont le service public chevillé au coeur. Notre organisation de crise, très bien rodée, nous permet d’être réactifs notamment grâce à notre force d’intervention rapide. » En pilotant de A à Z le projet « 2012 Réussir ensemble », Michèle Bellon a su faire progresser la satisfaction des clients, améliorer la qualité du réseau et rétablir un dialogue à tous les niveaux de l’entreprise. « Nous avons récemment prolongé le projet jusqu’en2015 avec un objectif phare : comprendre le plus en amont possible les projets d’aménagement du territoire avec les autorités locales afin d’adapter l’architecture du réseau aux besoins de demain. »

 

« Nous sommes à un moment historique
de l’histoire des réseaux. De beaux métiers sont ouverts aux ingénieurs »

La révolution Smart Grids
ERDF a toujours relevé le défi de l’innovation. Après avoir mis en place, il y a dix ans, des organes de manoeuvres télécommandés (automates) pour piloter le réseau à distance en cas de défaillance, l’entreprise s’est lancée dans l’aventure des compteurs communicants. « Nous avons déjà installé à titre expérimental de 300 000 compteurs communicants, afin de collecter à distance les données de comptage, souligne Michèle Bellon. À l’avenir, lors d’un déménagement, nous pourrons mettre en service l’électricité à distance dans des délais beaucoup plus courts et sans que les clients ne soient présents chez eux. Ces compteurs permettront également aux clients d’avoir une facture calculée sur la base de leurs consommations réelles et non sur des estimations. Ils auront un meilleur suivi de leurs consommations et pourront ainsi mieux maitriser leurs dépenses en énergie. Actuellement, quatorze opérations grandeurs nature sont menées chez nos clients avec des installations de production d’énergie et de stockage. »

 

Des postes clé à pourvoir
ERDF offre de nombreuses opportunités aux jeunes ingénieurs diplômés. « Nous sommes à un moment historique de l’histoire des réseaux. Avec les compteurs communicants, les réseaux intelligents et le développement des énergies renouvelables, Il y a de beaux métiers d’ingénieurs pour tous les types de talents. » Cette année, ERDF compte embaucher plus de 2000 personnes, dont 200 cadres et ingénieurs dans les métiers techniques de l’électricité, l’électronique et les télécommunications, mais aussi dans les métiers d’accompagnement (finance, RH, juridique…).

 

Parcours de femme
Seule femme présidente de la plus grosse entreprise française, Michèle Bellon, a mené un parcours sans faute. Diplômée de Centrale Paris, elle choisi la filière « Thermique » en troisième année, avant de compléter sa formation par un Master Spécialisé en ingénierie nucléaire à l’Université d’Illinois aux Etats-Unis. Entrée chez EDF en 1974, comme jeune ingénieure, elle gravit un à un tous les échelons de l’entreprise. Elle a ainsi pu avoir une connaissance technique, sociale et RH du métier d’entrepreneur. Elle dirige aujourd’hui un comité exécutif qui rassemble directeurs fonctionnels et opérationnels. Son mot d’ordre : partager les décisions et faire grandir ses équipes. Si Michèle Bellon reconnaît que les femmes sont davantage représentées dans la filière ingénieur qu’auparavant, elle juge leur nombre encore insuffisant. « Il n’y a aucune raison pour que les femmes ne s’intéressent pas à la physique, aux automates ou à l’électronique. La conduite d’une entreprise demande beaucoup de rationnel, mais aussi de l’irrationnel. Il faut donc être capable d’allier les deux. À ce titre, les femmes ont des atouts indéniables. D’autant que la mixité dans les équipes fait du bien à l’entreprise ! De belles carrières leur sont ouvertes. »

 

Maîtriser son sujet à fond
« Pour être crédible, il ne faut pas hésiter à se remettre en question et s’investir pour bien maîtriser les composantes de ce que l’on gère. En la matière, Il y a deux extrêmes : les personnes qui s’ankylosent dans un poste et celles qui en changent trop vite et ne rentrent pas dans le fond des sujets. J’ai moi-même occupé des fonctions de manière durable au sein de l’entreprise : 15 ans dans le nucléaire, quatre dans la filière thermique, quatre dans les ressources humaines puis dix ans chez Véolia…. Les ingénieurs ne doivent ni papillonner ni grimper les escaliers trop vite car ils finiront par rater une marche ! C’est à eux de trouver le juste milieu. Quand on s’investit, on y arrive. »

 

F.B.

 

Contact :
www.erdfdistribution.fr