L’ISA Lille, école d’ingénieurs spécialisée dans l’agriculture, l’agroalimentaire et l’environnement, se dote de deux nouveaux programmes Erasmus+ : KA 2 – Smart and Urban Farming et KA107 – International Credit Mobility. Florence Malaise, Head of International Relations Office de l’école nous en dit plus sur ces parcours, mais également sur la dimension internationale qui irrigue l’établissement depuis ses débuts.

 

ISA LILLE

Florence Malaise © ISA Lille

Quelles sont les caractéristiques du programme KA2 ?

Le premier prend la forme d’un partenariat stratégique plusieurs établissements européens comme l’Université de Liège ou l’Université de Helsinki sur la thématique du Smart Farming. Au travers d’un parcours ingénieur en anglais et d’une session intensive de 15 jours dans un pays de l’UE, les étudiants seront confrontés à des enseignants-chercheurs européens, experts dans leur domaine : agriculture, électronique… À la suite de cette formation, les élèves auront la possibilité de réaliser un stage dans l’une des entreprises partenaires du programme, comme Weenat, Agrotronics ou encore In Vivo.

Qu’en est-il de votre deuxième formation ?

Le deuxième volet de ces programmes Erasmus+ prend la forme de projets de mobilité internationale hors de l’Union européenne, qui ouvre le droit à des crédits ECTS pour les étudiants. Grâce à des échanges d’étudiants et d’enseignants-chercheurs dans des pays hors UE, nous voulons exporter nos bonnes pratiques en matière d’enseignement des sciences de l’ingénieur. L’objectif est de promouvoir la stabilité et la paix dans les pays partenaires, en utilisant l’enseignement supérieur comme un outil géopolitique. Chaque année, plusieurs étudiants et professeurs de l’ISA rejoignent nos écoles partenaires pour plusieurs mois. Cette mobilité est très enrichissante. Grâce à la confrontation avec d’autres cultures, nos étudiants sont davantage préparés à affronter un marché du travail globalisé. Cette année, nous avons élargi le programme à la Russie, au Kazakhstan, au Mexique et à Taiwan en plus du Ghana, des États-Unis, de l’Ukraine, de la Chine et de la Thaïlande.

 

3 grands axes pour la politique internationale de l’ISA Lille

– La mobilité étudiante entrante et sortante. Les étudiants étrangers représentent près de 30 % des effectifs
– L’internationalisation des enseignants et des laboratoires afin de fournir aux élèves la dimension internationale nécessaire à l’exercice du métier d’ingénieur
– L’accompagnement des entreprises partenaires à l’international en accueillant et en formant les étudiants locaux, pour qu’ils deviennent les ingénieurs agronomes dont les industries ont besoin

 

Pourquoi est-ce si important de se confronter à d’autres cultures ?

Les secteurs agricoles et agroalimentaires sont internationaux. Nos diplômés ont besoin de comprendre les enjeux de cette mondialisation et ses impacts. Lorsque l’on parle politique agricole, on évoque l’accès à la nourriture pour l’humanité partout dans le monde. L’ISA insiste sur la coloration internationale de ses étudiants. C’est pourquoi nous attachons une grande importance à proposer tous nos parcours entièrement en français et en anglais.

Cette coloration internationale fait donc le sel de vos diplômés ?

Bien sûr et nous allons plus loin, grâce à notre laboratoire et notre spécialisation dans les sites et sols pollués. Nous formons des ingénieurs capables de travailler sur la remédiation des terrains pollués par les métaux lourds, notamment. C’est un enjeu majeur lié à l’agriculture mondiale. Par exemple, au Ghana, l’eau et les terres ont été polluées par la 2e plus grande décharge de déchets électroniques du monde. Nos diplômés font partie des rares ingénieurs à pouvoir trouver les solutions à ces problématiques.