Le numérique apparaît pour beaucoup comme un eldorado. Comment y réussir ? Les réponses de Gilles Babinet, serial entrepreneur et digital champion pour la France auprès de la commission européenne. – Par Ariane Despierres-Féry

 

Qu’est-ce qui caractérise fondamentalement la réussite du startuper ?

A notion d’épanouissement est centrale chez l’entrepreneur. peu d’entre nous disent qu’ils regrettent d’avoir créé leur société, même en cas d’échec. C’est toujours une expérience riche et unique, utile pour la suite quel que soit le chemin emprunté. Les projecteurs sont tournés vers quelques réussites exceptionnelles. Ces cas ont fondé une sorte de mythologie autour du monde des startups. Mais il faut être conscient qu’entreprendre c’est beaucoup de stress, de larmes, de pizzas mangées sur le pouce, de nuits passées au bureau.

« Une startup qui réussit c’est une bonne idée, une bonne exécution, de bons associés et un bon timing »

Que sait faire un startuper à succès ?

L’entrepreneur fait bien souvent le grand écart entre qualités intuitives et expertise. La 1ère chose à valider est que techniquement l’idée fonctionne. ensuite, il faut savoir coder, associer des concepts, aller chercher des expertises, des gens meilleurs que soi, savoir les manager pour qu’ils soient performants ensemble. La réussite tient aussi à la chance de rencontrer des personnes qui vont nous aider. Lorsque j’ai créé ma 1ère entreprise il y a 25 ans, je me suis senti très seul. Avoir des mentors a été décisif, et surtout le soutien de l’entrepreneur Jean-Marc Patret. A mon tour je m’engage auprès de jeunes entrepreneurs.

Un exemple de « coup de bol » ?

Il y 10 ans, au cours d’un vol intérieur aux Etats-Unis j’ai engagé la conversation avec mon voisin. Il était directeur du développement d’Openwave et m’a parlé du type de sociétés qu’il cherchait à acquérir. J’ai su par la suite qu’il avait parlé de mon entreprise à son CA, bien qu’elle ne les intéressait pas à priori. Deux ans plus tard, quelqu’un d’autre de chez Openwave m’a contacté et je la leur revendais 115 M€ !

 

« Le chemin pour entreprendre est long et semé d’embûches. Il faut avoir le coeur bien accroché ! »

Céline Lazorthes © Lucien Perochon

Céline Lazorthes © Lucien Perochon

Céline Lazorthes (IIM), fondatrice et CEO de Leetchi Group (leetchi.com | mangopay.com)

Créer votre entreprise, est-ce une ambition qui vous a toujours animée ?
La création d’entreprise n’a jamais représenté une fin en soi. Lorsque j’ai eu l’idée de leetchi.com, mon souhait était de trouver une solution simple à un problème concret : comment collecter de l’argent à plusieurs ? Le besoin me paraissait évident, et pourtant, le service n’existait nulle part.

Sur quels atouts vous êtes-vous appuyée pour y parvenir ?
La pugnacité est une caractéristique clef pour un entrepreneur. Le chemin pour entreprendre est long et parfois semé d’embûches. il faut avoir le coeur bien accroché ! Quant aux compétences académiques, j’imagine que ce qui m’est le plus utile aujourd’hui est ma capacité à apprendre rapidement. un entrepreneur se trouve confronté à des problématiques nouvelles en permanence et doit savoir se faire une idée d’une situation rapidement.

« Je vis l’aventure au jour le jour et je fais de chaque petite réussite mon bonheur quotidien »

Y a-t-il eu des rencontres importantes dans votre vie professionnelle ?
Ma rencontre avec Gilles Babinet, lors de mon stage de fin d’étude chez eyeka, a beaucoup influencé mon parcours. Il m’a poussée à me lancer. Emanuele Levi (360 Capital Partners), investisseur chez leetchi pendant 5 ans, m’a également beaucoup aidée, écoutée, guidée et toujours encouragée !

 

Le souvenir de Gilles Babinet
« Lorsque Céline était en stage dans ma boite, je l’ai trouvée un jour en train de pleurer. Elle m’a expliqué qu’elle se sentait mal car elle ne pouvait pas faire ce qu’elle voulait. Au fil de notre discussion, j’ai compris (et lui ai dit) qu’elle était faite pour entreprendre. C’était une idée nouvelle pour elle, un amplificateur de quelque chose qu’elle avait en elle et qui l’a incitée à se lancer. »