Entreprise libérée, entreprise partagée, le management connaît une révolution. Isaac Getz, docteur en psychologie et professeur de leadership et innovation à ESCP Europe a conceptualisé l’Entreprise Libérée. Il nous explique comment les organisations prennent leur liberté.

 

Les entreprises libérées existent-elles vraiment ?

Bien sûr ! Aujourd’hui, on parle même d’une troisième génération. Presque chaque jour, une entreprise bascule vers ce mode d’organisation. Il y a une accélération de la conversion. De grands groupes et des administrations sont rentrés dans le mouvement.

 

Comment définir le modèle d’entreprise libérée ?

Nombre de dirigeants ont du mal à aborder ce concept, car ils veulent un modèle. Mais c’est plutôt une philosophie, un certain nombre de croyances qui correspondent à des besoins psychologiques :

  • Tout être humain est digne de confiance et du respect de son intelligence
  • Chacun possède des talents
  • L’humain préfère s’auto-diriger plutôt que de se voir dire ce qu’il doit faire

 

Comment se déploie ce concept ?

Chaque entreprise dresse un bilan de sa situation et se demande quel type d’environnement doit être mis en place pour satisfaire ces besoins premiers. Les patrons libérateurs ont pour rôle de piloter ces transformations. Ils co-construisent dans une démarche collaborative qui peut prendre plusieurs années.

 

La performance est-elle accrue dans ce schéma ?

Il ne faut pas libérer l’entreprise pour le résultat, sinon, personne ne va adhérer. Il faut libérer l’entreprise pour que les employés aient envie de se lever le matin pour venir au travail et donner le meilleur d’eux-mêmes. Les gens seront plus performants que chez leurs concurrents, si ce modèle est appliqué.

Quelles réactions dans les entreprises ?

Au début, les gens n’y croient pas, car c’est un modèle différent, mais cette phase est dépassée en France. Ensuite, ce modèle suscite des craintes légitimes de la part des managers directement concernés. Enfin, certaines sociétés disent être passées à ce modèle alors que dans la réalité ce n’est pas le cas. Cela a évidemment un impact négatif sur les employés.

 

Questions à Renaud Sornin, cofondateur d’Attestation Légale

Attestation Légale sécurise et simplifie les démarches administratives pour les entreprises. La société se dit « partagée », un modèle qui s’inspire de l’entreprise libérée. L’ambition : partager le pouvoir, stimuler l’entrepreneuriat et l’initiative.

Comment se caractérise le management chez Attestation Légale ?

Notre management est innovant grâce à un changement de posture des managers qui apportent soutien et écoute à leurs équipes. Cet esprit se retrouve dans nos valeurs :

  • Transparence
  • Confiance
  • Responsabilité
  • Cohésion
  • Empathie

 

Pourquoi avoir opté pour ce mode de management ?

Ce n’est pas vraiment un choix, mais un mode de management qui est venu naturellement dès la création de l’entreprise. Nombre de sociétés en parlent, très peu le font réellement. Certaines entreprises nous considèrent comme un laboratoire. Nous avons par exemple mis en place une cagnotte de 40 000 € à disposition des collaborateurs porteurs de projet. L’idée est de partager le pouvoir, de stimuler l’entrepreneuriat et l’initiative.

Quels sont les bénéfices ?

Les collaborateurs sont heureux de venir travailler. Nous considérons que l’humain est un pourquoi et que la finance est un comment. L’homme est replacé au cœur de tout. Si je mets l’humain comme raison d’être de l’entreprise, je vise le bien-être des salariés et des clients et pour ce faire, il faut ce type de management. L’autre motivation, c’est l’innovation. Cette forme de management permet la créativité. Nous sommes d’ailleurs en recherche de profils très engagés dans la relation client, de profils IT et de développeurs.