L’imprévisible présidence Trump aux Etats-Unis comme le Brexit en Europe nous rappellent chaque jour que notre monde, nos sociétés, nos économies, traversent une période de turbulence. Un temps d’incertitude s’est ouvert, qui n’épargne pas l’enseignement supérieur. Les établissements français et internationaux se doivent de jouer un rôle dans ce monde en plein bouleversement par Vincenzo Esposito Vinzi, Directeur général de l’ESSEC Business School

 

Il arrive que des étudiants qui viennent de rejoindre l’ESSEC Business School s’étonnent d’avoir au programme des cours de géopolitique. Au fil de leur parcours académique et des expériences professionnelles qui le jalonnent, cet étonnement est vite balayé par la prise de conscience que les entreprises et organisations ne sont pas des entités virtuelles mais des acteurs qui évoluent au sein du monde réel, éminemment incertain et complexe. Ceux qui seront les décideurs de demain ne peuvent ignorer ces réalités.

L’émergence de nouvelles puissances entraîne une compétition économique de plus en plus forte entre de plus en plus d’acteurs. Alors que l’économie de la connaissance est appelée à prendre une part majeur dans la croissance au cours des années à venir, le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche n’échappera pas à cette nouvelle configuration : il en sera le cœur. L’avenir de nos établissements dépend de leur capacité à continuer d’attirer les meilleurs professeurs, de former les meilleurs étudiants, et d’être au côté des entreprises et organisations pour éclairer leur action. Nous devrons sans cesse innover, créer et diffuser des savoirs de pointe. Il ne faudra ni céder à la tentation de se reposer sur nos acquis, ni succomber aux sirènes du repli sur soi, mais être animés par l’esprit de conquête pour progresser à la lumière de la raison.

 

Build beyond borders

En période d’incertitude, il est tentant de se fermer aux autres, croyant se protéger alors qu’on ne fait que s’affaiblir. Le cas du Brexit en est un exemple criant. Plus le processus avance, plus il apparaît que les universités britanniques, références mondiales, risquent d’être dans l’incapacité de poursuivre leurs actions au sein des réseaux de recherche européens tout comme de continuer à recruter les meilleurs professeurs et étudiants d’Europe et du monde entier. Alors que l’enseignement supérieur et la recherche tirent leur essence de l’échange et de l’ouverture, grâce aux savoirs et aux innovations qui naissent du dialogue et de la rencontre, la démarche d’isolement du Royaume-Uni risque de remettre en cause de façon considérable le rayonnement de son système académique. Bien que cette incertitude touche également les établissements français, qui coopèrent étroitement avec leurs homologues britanniques, cette situation offre avant tout une formidable opportunité de faire que la collaboration soit plus forte que les barrières et ne s’arrête pas aux frontières.

C’est le sens de l’appel que l’ESSEC Business School, l’Université de Cergy-Pontoise et tous les établissements de la COMUE Université Paris Seine, ont lancé en février dernier aux plus prestigieux établissements britanniques d’enseignement supérieur et de recherche. Ce projet ambitieux et concret vise à accueillir des institutions prestigieuses sur notre campus de l’Ouest parisien, au cœur d’un territoire qui s’imposera par son rayonnement international au cours de la prochaine décennie.

En proposant des conditions de travail et de vie exceptionnelles pour l’épanouissement de la science et de la  transmission du savoir, en jetant un pont au moment où des forces s’ingénient à dresser des murs, nous souhaitons élaborer un nouveau modèle pour l’université du XXIe siècle, un modèle fondé sur la créativité, le respect et la coopération.

 

 

Maîtrisez les 8 essentiels du communicant

Découvrez les conseils d’Assaël Adary, président d’Occurrence et coauteur du Communicator, pour réveiller le communicant qui est en vous !

norelem : l’industrie 4.0 n’attend que vous !

« Laissez-vous gagner par l’usine du futur 4.0 et découvrez un monde d’opportunités » assure Coskun Duman, Directeur Général du groupe norelem.

L’enseignement privé lucratif, premier responsable de la crise de la dette étudiante américaine

La croissance rapide de la dette étudiante américaine inquiète de nombreux observateurs qui craignent l’éclatement d’une crise financière systémique analogue à celle des subprimes.

À quelles carrières rêvent les jeunes étudiantes avant d’être influencées par leur formation et leurs stages ?

L’EDHEC NewGen Talent centre a étudié les aspirations des jeunes étudiantes en les comparant à celles de leurs collègues masculins… Quels secteurs, fonctions, entreprises, pays les attirent ? Quels sont leurs objectifs de carrière ? Quel sens donnent-elles au travail ? Qu’attendent-elles de l’entreprise ? Telles sont les principales thématiques de cette étude.

Le Directeur marketing 2019, un marketer disrupté ?

Fin du marketing de masse, ère des réseaux sociaux, big data et intelligence artificielle, nouvelles compétences et nouveaux métiers… Le département marketing s’est complètement transformé ces dernières années. Nos experts reviennent sur les nouveaux défis...

[TRIBUNE LIBRE] L’industrie et ses métiers changent, faisons-le savoir !

L’industrie recrute massivement, pourtant les entreprises rencontrent d’importantes difficultés de recrutement dans une vingtaine de métiers, maintenant exacerbées par le redémarrage de l’industrie dont la presse se fait écho. Ces tensions sont dues à une image obsolète de l’usine et à une méconnaissance des métiers.

IoT : la révolution de la data est en marche !

Les compétences que les ingénieurs doivent développer pour répondre aux attentes d’un marché des IoT qui s’élèvera à 1 100 milliards $ à l’horizon 2025

GBH : cultivons l’envie d’entreprendre

Si Michel Lapeyre est un DG épanoui, c’est parce que le Groupe Bernard Hayot est un acteur 100 % familial qui offre de réelles opportunités dans un contexte international challengeant !

Total tête de proue du projet Amiral

Avec le Projet Amiral, Total accélère son développement au Moyen-Orient. Son directeur, Jean-Jacques Mosconi (ENS 77), dévoile les contours de ce nouveau complexe pétrochimique et les challenges qui attendent les jeunes diplômés.   Après avoir...

Les chercheurs de l’ISAE-SUPAERO travaillent à mieux comprendre le fonctionnement cérébral

Saviez-vous que l’ISAE-SUPAERO, leader mondial en ingénierie aérospatiale et aéronautique, disposait d’une équipe de recherche de pointe dédiée à la neuro-ergonomie ?