« Rejoignez le plus grand développeur d’énergies renouvelables ! », lance aux X Frank Demaille (X96), CEO d’ENGIE Amérique Latine. Car c’est le bon moment pour intégrer le géant mondial de l’énergie et des services sur ce continent où la transition énergétique bat son plein.

 

Vous êtes chez ENGIE depuis 10 ans, qu’est-ce qui vous stimule encore ?

J’apprends de nouvelles choses tous les jours ! J´ai rejoint ENGIE il y a 10 ans car c´est un groupe mondial, leader dans un secteur – l’énergie – qui allait faire face à des évolutions stratégiques importantes. Avec l’émergence du renouvelable, c´est bien le cas ! Après avoir dirigé la filiale d´ENGIE en Amérique du Nord pendant trois ans où, avec les équipes locales, j´ai orienté le développement sur les renouvelables et les services d´efficacité énergétique, me voilà responsable de l’Amérique latine. C’est passionnant de travailler avec des personnes qui ont une culture et une vision du monde différentes des nôtres. Elles apportent une diversité exceptionnelle !

Quels sont les challenges à relever dans cette région ?

En Amérique Latine, la demande d’énergie est croissante. Le défi ? Accompagner les acteurs locaux, les parties prenantes, les populations dans leur développement avec une énergie la plus respectueuse possible de l’environnement. Prenons le cas des villes. Nous avons déjà développé de nombreux projets, comme le déploiement de bus électriques à Santiago. Ainsi, en tant que leader de la transition zéro carbone, nous proposons un large éventail de produits et de services pour améliorer la qualité de vie en milieu urbain. Au cœur de la stratégie du Groupe, la mobilité verte est un levier clé pour améliorer la qualité de l’air et diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Comme autres exemples, je mentionnerais le déploiement de mini-réseaux électriques dans la jungle péruvienne et l´installation d´éoliennes au Mexique et au Chili. Evidemment, le développement des énergies renouvelables est un enjeu fort.

L’Amérique Latine, c’est le nouvel Eldorado ?

Un X avec une connaissance large du monde de l’ingénieur et une maîtrise plus spécifique de la finance a tout pour réussir ici ! Il y a de vrais besoins dans les énergies renouvelables, mais aussi dans les télécoms et les infrastructures : hôpitaux, universités, aéroports… Il faut être capable de lancer des projets, de dialoguer et de négocier avec des partenaires variés. Les besoins sont importants au Chili, en Colombie, au Mexique, au Pérou, au Brésil… Le renouvelable attire les jeunes. Et vivre dans cette région est très agréable !

 Avec un dépaysement garanti ?

L’écart entre la France et les Etats-Unis est en fait plus grand qu’avec le Pérou, l’Argentine ou le Chili. Nous sommes latins et nous avons des points communs forts : la culture, le football, le vin… Le déracinement est relatif.

Votre style de management ?

Je ne pense pas qu´il y ait une recette miracle, il s´agit surtout de bon sens… et d´envie ! Je pose de nombreuses questions, j’écoute beaucoup. Il faut trouver le juste équilibre entre la réflexion collective, le temps du dialogue et de l’action. Et il faut aussi du « fun » au travail et instaurer un climat positif. Le but est d´obtenir l´adhésion de tous et toutes, ou tout au moins du plus grand nombre, et d´avancer.

Franck Demaille CREDITS ENGIE

Chiffres clés : 5 milliards € de CA / 13 000 collaborateurs

#Expatriation « C’est une expérience très enrichissante qui permet de sortir de sa zone de confort et de se remettre en question. Dans une carrière, c’est un élément que recherchent les entreprises. Cela montre que l’on est capable de prendre des risques et de s´ouvrir à la diversité. »

Un conseiller très spécial « En 2007, je suis entré au cabinet du Premier ministre François Fillon comme conseiller technique Economie et Finances. C’est une expérience qui m’a fait vibrer. Il y a d’une part, la fierté de travailler pour l’intérêt général et d’autre part, l’opportunité d’avoir une vision à 360° de ce qui se passe dans le monde. L’ambiance dans l’équipe était très bonne ! Dans la fonction publique, on rencontre des personnes qui ont une grande culture générale, une vision du monde profonde, argumentée et qui ont vécu des expériences passionnantes. D’un point de vue personnel, culturel et sociétal, c’est une expérience à vivre. »

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec