La France est le pays le plus nucléarisé du monde proportionnellement à sa population. Une situation qui fait de l’IRSN un acteur majeur de l’innovation et une filière d’excellence. Frédéric Ménage (Supélec 90), directeur de l’Expertise de sûreté, déploie toute son énergie auprès du Pôle sûreté des installations et systèmes nucléaires de l’IRSN.

 

Quel a été le fil conducteur de votre carrière à l’IRSN ?

Sans hésiter : la nouveauté ! Et à l’IRSN, nous ne manquons pas de sujets nouveaux. J’ai ainsi effectué toute ma carrière dans la sûreté nucléaire. La passion du nucléaire m’a été transmise dès le plus jeune âge par mon père, professeur de sciences physiques, et l’accident de Tchernobyl m’a convaincu d’utiliser mes connaissances au service d’une meilleure sûreté. Le secteur est en mouvement perpétuel. Depuis 1991, j’ai toujours eu de nouveaux défis à relever. L’institut est un vrai bouillon de cultures scientifiques différentes – chercheurs, médecins, pompiers, spécialistes sciences humaines, sociologues, ergonomes… – qui travaillent ensemble. C’est absolument passionnant et une vraie chance d’intégrer autant d’expertises en interne.

L’IRSN investit dans le management des connaissances

À l’IRSN, on produit surtout des connaissances qu’il est essentiel de valoriser ! « Nous avons déployé un outil de recherche de type Google qui permet de chercher dans notre base de données les informations les plus pertinentes au paragraphe près depuis… 40 ans. Dans un secteur aussi historique, la transmission des savoirs est primordiale. Nous avons même un directeur du Management des connaissances depuis 2012. »

 Pour un-e jeune diplômé-e, c’est donc très stimulant ?

Complètement car ils sont immédiatement immergés dans un milieu de connaissances de haut niveau. C’est passionnant pour un jeune talent mais aussi pour les plus expérimentés alors sans cesse challengés. Nos équipes intègrent toutes des profils très variés. C’est à travers ce mélange et cet échange permanent des savoirs et des cultures que l’on produit les connaissances les plus utiles à la sûreté. La mixité des expériences mais aussi des formations ou des genres est clé. Nous pratiquons l’égalité salariale depuis de nombreuses années et au sein du pôle Sûreté nucléaire de l’IRSN, 2 directeurs sur 3 sont des femmes !

Grégoire Maisonneuve/Médiathèque IRSN

Quelle place alors pour un-e jeune diplômé-e ?

Nous avons besoin d’ingénieurs généralistes mais aussi de spécialistes. Le partenariat de Supélec avec l’INSTN nous intéresse fortement car il permet justement de mixer connaissances généralistes et spécialité. En particulier, le Génie atomique est une très bonne formation. Notre ambition est de permettre à chacun d’élargir ses domaines de connaissances en lui donnant les capacités d’asseoir son expertise à l’international mais aussi d’intervenir sur des sujets connexes.

Qu’attendez-vous des jeunes talents ?

J’attends d’eux justement cette envie de confronter leur socle de compétences techniques à d’autres domaines scientifiques pour élargir leurs horizons. Cette ouverture est essentielle pour évoluer tout au long de sa carrière. Alors ayez envie, soyez curieux et rigoureux dans votre démarche scientifique, et ouvrez-vous !

Des bancs de l’école aux scènes de théâtre

Une ouverture cultivée par Frédéric sur les bancs de Supélec. « Je faisais partie du club théâtre à l’école. J’y ai même rencontré mon épouse. C’est un vrai atout de la formation que de s’ouvrir à d’autres domaines. Nous n’avions pas de metteur en scène donc toutes les pièces étaient montées de façon collective. Une belle expérience de travail en équipe très constructive pour la vie professionnelle. Nous avons même continué à monter des pièces ensemble après la sortie de l’école. »

Contact : frederic.menage@irsn.fr