Fiche d’identité :
Jonas Fabre, 21 ans, Originaire de l’Alpe d’Huez
Licence STAPS à l’Université Joseph Fourier

 

APRÈS SON BAC, JONAS ENTRE À L’UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER À GRENOBLE ET SUIT ACTUELLEMENT UNE LICENCE DE STAPS (SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES). MAIS QUAND IL N’EST PAS SUR LES BANCS DE LA FAC, JONAS EST SKIEUR PROFESSIONNEL ! CE SPORT SAISONNIER NÉCESSITE UNE GRANDE ORGANISATION. LE DISPOSITIF « INTERVALLE » MIS EN PLACE PAR LA FACULTÉ LUI PERMET DE CONCILIER SA VIE D’ÉTUDIANT ET SPORTIF DE HAUT NIVEAU. « NOUS AVONS UN EMPLOI DU TEMPS AMÉNAGÉ, LA POSSIBILITÉ D’AVOIR DES COURS SUPPLÉMENTAIRE AVEC UN PROFESSEUR PARTICULIER, ET POUVONS AVOIR UN DÉLAI POUR PASSER LES EXAMENS ».

UN PARCOURS SANS FAUTE
« Mes parents m’ont mis sur des skis quasiment avant de savoir marcher ! ». Jonas rejoint le club de ski de l’Alpe d’Huez à 10 ans, suit des entrainements réguliers et participe à ses premières compétitions. A 15 ans, il intègre l’équipe régionale du Dauphiné et participe à des courses internationales. Suite à ses très bons résultats, il est recruté par l’équipe de France. Depuis plusieurs hivers, il fait également partie de la Fédération Française de Ski, ce qui équivaut pour lui à un véritable travail à temps plein. Aujourd’hui Jonas est en Finlande pour les championnats d’Europe. Pour les skieurs professionnels, c’est l’antichambre de la Coupe du Monde. Mais Jonas connait l’enjeu car il a déjà participé à trois Coupes du Monde. « C’est grisant, l’atmosphère est incroyable, les media sont partout ! La Coupe du Monde à laquelle j’ai participé en Suisse était particulièrement impressionnante, 60 000 personnes étaient au bord de la piste ! »

 

« Mes parents m’ont mis sur des skis quasiment avant
de savoir marcher ! »

UN PLANNING INTENSE ET UN ACCOMPAGNEMENT SUR MESURE
Pour Jonas, le soutien de ses proches est très important. « C’est ce qui me permet d’être toujours plus performant, que ce soit sur le plan sportif ou académique » ! A l’université, Jonas est également suivi par un tuteur qui l’accompagne et le soutien dans ses études. « Ce professeur est également président de l’association de ses entraineurs de ski alpin. Il est donc très impliqué dans ce milieu et est ainsi parfaitement au fait de mes besoins, et mes contraintes ». En effet, la vie d’étudiant sportif de haut niveau peut parfois être difficile à assumer. « C’est un rythme difficile à tenir bien entendu, mais je pense qu’arrêter ses études, c’est choisir la solution de facilité. Bien sûr, il y a des moments de doutes, après chaque hiver on se demande si on a choisi la bonne filière, fait les bons choix… ». D’autant que la transition peut être brutale et Jonas a parfois du mal à se remettre dans les cours ! Pour autant, il a toujours été clair pour lui qu’il fallait qu’il poursuive ses études, ne serait- ce que pour rester en contact avec d’autres étudiants, rencontrer d’autres personnes que celles du milieu du ski alpin, et pour se confronter à un regard extérieur.

 

ET L’APRÈS SKI ?
Même s’il est conscient qu’un jour sa carrière de skieur professionnel prendra fin, pour le moment Jonas s’implique à 100 %. Il n’est pas inquiet pour son avenir car il sait qu’il saura faire de cette expérience extraordinaire un atout dans le monde de l’entreprise. « En tant que sportif de haut-niveau, nous sommes habitués à toujours donner le meilleur de nous-mêmes pour atteindre nos objectifs. Pendant les compétitions, nous sommes amenés à subir une forte pression, et nous pourrons utiliser cette force mentale pour travailler dur et obtenir les résultats souhaités. »

 

Anne-Sophie Mathieu