Quand et avec quels objectifs a été créé le CEFRA ?
Olivier Le Courtois : Le CEFRA a été créé en 2007, juste avant le début de la crise des subprimes. Anticipant les crashs financiers et les problèmes macroéconomiques à venir, nous voulions étudier l’ensemble des risques affectant le secteur financier et le secteur des compagnies d’assurance. Le CEFRA produit des recherches dans les domaines de la gestion des risques, de l’allocation d’actifs, de la finance d’entreprise théorique, de l’économie financière et de l’évaluation de contrats (options et produits d’assurance). Deux ouvrages récents parus chez Economica illustrent ces travaux. Le premier, « La gestion du risque de taux d’intérêt » a été écrit par François Quittard-Pinon, Thierry Rolando et François Le Grand. Avec Christian Walter, je suis l’auteur du deuxième ouvrage, « Risques financiers extrêmes et allocation d’actifs ». Nous organisons plusieurs séminaires de recherche chaque année et en mai, nous accueillons la 30ème édition du grand colloque international de l’Association Française de Finance (AFFI).

 

Quel est le lien entre la recherche et la pédagogie ?
François Quittard-Pinon : Tous les membres du CEFRA interviennent dans les parcours d’EMLYON orientés finance quantitative et gestion des risques financiers et assurantiels. C’est le cas  par exemple du parcours Finance, Insurance and Risk Management proposé dans le MSc in management ou du mastère spécialisé Quantitative Finance que je dirige. Pour ce dernier, les liens entre la recherche et l’enseignement sont particulièrement marqués. Les enseignements dispensés incorporent les résultats les plus récents de la recherche en finance. Les étudiants doivent réaliser durant l’année un projet dédié à l’implémentation d’un modèle souvent choisi à partir des travaux des chercheurs du laboratoire. Ils sont aussi conviés aux séminaires de recherche du CEFRA.
La particularité des formations de finance et d’assurance d’EMLYON est de reposer sur trois piliers : la connaissance des marchés financiers, la maîtrise des outils informatiques et les compétences en modélisation mathématique. Ce sont l’équilibre et l’articulation entre ces trois corps de connaissances qui permettent d’accéder à une compréhension profonde de la gestion des risques et de la finance quantitative.

 

Le 30ème colloque international de l’AFFI à EMLYON
L’Association Française de Finance organise chaque année l’un des plus importants colloques dédiés à la recherche en finance dans le monde. Il se tient cette année à EMLYON du 28 au 31 mai. Cette édition réunit plus de 250 chercheurs dont Robert Engle, Prix Nobel d’économie 2003. Jean-Charles Rochet, président de la société d’économétrie sera également présent ainsi que Yacine Aït-Sahalia et Damiano Brigo, respectivement professeurs à Princeton et Imperial College.

 

par Olivier Le Courtois,
directeur du Center for Financial Risk Analysis (CEFRA)
et François Quittard-Pinon, responsable du mastère spécialisé Quantitative Finance et président de l’Association Française de Finance (AFFI).