Le lundi 16 avril s’est clôturée la 12ème édition du Trophée Des Arts, qui réunissait cette année plus de 900 étudiants de 12 écoles de commerce françaises. L’occasion de revenir sur l’événement avec ses organisateurs, les étudiants de Toulouse Business School.

 

Quentin, Président de l’Association Trophée des Arts pour l’édition 2018 :

“Le TDA 2018 a été un franc succès ! Nous avons eu une tonne de retours très positifs faisant chaud au cœur. Je suis très heureux de la façon dont les choses se sont déroulées. Nous avons eu la chance de travailler avec des personnes très compréhensives et qui nous ont beaucoup aidés : le tour opérateur, l’hôtel, la sécurité, les lieux… En mélangeant tout cela avec le travail d’une super équipe de 40 personnes pendant un an, l’évènement ne pouvait que bien se dérouler.”

Imane, nouvelle Présidente de l’Association Trophée des Arts pour 2018 – 2019 :

“Cet événement a marqué pour nous l’accomplissement d’un travail de longue haleine et a clairement été l’un des meilleurs week-ends de nos vies. Rassembler plus de 900 étudiants des quatre coins de la France autour de l’art, les voir partager leurs passions sur scène et surtout dans une ambiance de folie, c’était tout simplement incroyable. C’est fou de voir des étudiants en école de commerce, sans être dans une filière artistique particulière, être aussi doués. Nous avons tous vécu des moments inoubliables pendant ce week-end et je sais que je m’en souviendrai longtemps…

Concernant le TDA 2019, nous avons déjà quelques projets en tête. Nous voudrions étendre la durée de l’événement pour profiter encore plus des lieux et proposer une nouvelle épreuve artistique, comme la photographie. Nous aimerions aussi faire en sorte que plus d’écoles puissent venir l’année prochaine. Le TDA est un événement qui va prendre de plus en plus d’ampleur au fil des années. Il reste unique, car c’est la seule occasion qu’ont les étudiants de différentes écoles de commerce de se réunir autour de l’amour de l’art !”

Trophée des Arts TBS

© TBS

Simon, responsable épreuve de l’édition 2018 du Trophée des Arts :

“L’édition 2018 du TDA s’est achevée. Mon TDA, c’est 4 jours dans le noir, à essayer de colmater les problèmes techniques, à motiver les régisseurs… Tu ne vois pas trop l’évènement. Ce n’est qu’après que tu prends conscience de son ampleur, que les gens ont adoré leur week-end, qu’ils s’en souviendront peut-être encore dans quelques années.

Comment résumer le TDA ? Un énorme pari, de nombreux objectifs, beaucoup de travail personnel et collectif.

Au début de l’organisation des épreuves du TDA 2018, il y a un pari un peu fou qu’on a pris en binôme avec Elisa : le niveau des artistes augmentant chaque année, nous avons voulu leur laisser le champ le plus libre possible, et avons contacté des écoles de régie françaises en proposant un stage non rémunéré à des étudiants régisseurs qui souhaiteraient s’investir dans un tel projet. On a reçu une dizaine de réponses ; celle de Mathilde et Quentin (lumière), et Luca (son). On s’est rendu compte que, si l’on veut ouvrir l’espace de création des artistes pour les éditions à venir, il nous faut investir dans des solutions professionnelles. Tout le monde ne s’improvise pas régisseur général en un an… surtout quand il y a près de 400 artistes sur 2 jours et demi ! Mais on s’est battu et on a réussi : il y a eu tout ce qui représente le TDA : de l’art, des rencontres, une scène, des micros, du théâtre, de la danse, du rêve…

Les défis pour le TDA 2019 sont énormes : changement de maquette pédagogique, recrutement des futurs L3, nouveaux lieux artistiques, question sur le format de l’édition, système de vote… Nous abordons ces défis avec passion et souhaitons faire du TDA 2019 un événement toujours unique et riche en émotions. A l’année prochaine pour toujours plus de folie !”

Elisée Baichère, Responsable de la délégation gagnante NEOMA Rouen :

« Le Trophée des Arts, une rencontre artistique et humaine !

Après l’édition du Trophée des Arts 2018, Neoma Rouen n’est toujours pas redescendue de son petit nuage. Des souvenirs plein la tête, des anecdotes que nous n’oublierons jamais, des voix qui commencent seulement à réapparaître, de magnifiques Trophées ramenés à la maison… Après des mois de préparatifs, de répétitions, de cessions de bricolage, d’écriture de chants, c’est plein d’émotions que nous revenons sur cette compétition qui a marqué notre année 2018.

Le Trophée des Arts est le plus bel évènement que j’ai eu l’opportunité de vivre. C’est tout simplement incroyable de réaliser qu’il est organisé par des étudiants, des personnes qui donnent de leur temps pour apprendre et satisfaire des centaines d’artistes. Nous sommes plus que reconnaissants du travail réalisé par les organisateurs de Toulouse Business School et lorsque nous retrouvons toutes les délégations le jour J c’est toujours avec admiration que nous prenons conscience de la beauté et de l’ampleur de l’évènement.

Notre principale ambition lorsque nous venons au TDA est de présenter les plus belles prestations artistiques possible et d’être émerveillés devant celles des autres écoles. Pour l’édition 2018, le niveau était particulièrement élevé, digne de performances professionnelles. Nous avons tout simplement vécu des moments de grâce, hors du temps. L’admiration et la bienveillance dont font preuve les participants est réconfortante. Il y a une reconnaissance du travail des autres et de la qualité des prestations qui confère à cette compétition son caractère inédit.

Trophée des Arts TBS

© TBS

L’autre point qui nous tient énormément à cœur à Neoma Rouen c’est l’ambiance. Pour nous, cela représente le meilleur moyen de rencontrer chaque délégation, de danser et chanter avec eux sous la pluie ou le soleil, de vivre des moments à la fois riches et uniques, lors des prestations, des repas et des soirées. C’est une ambiance où nous essayons d’intégrer toutes les écoles, car « plus on est de fous plus on rit » : Et quand nous sommes des centaines d’étudiants à chanter bras dessus bras dessous, des heures durant, attendant la remise des Trophées, je peux vous assurez que ce sont ces instants qui marquent une vie.

Tout cela nous le réalisons grâce à TBS. Je ne m’avance pas lorsque je dis que nous entretenons avec eux une belle histoire d’amour. Une relation pleine de respect et d’entraide lors de l’organisation tout au long de l’année, une relation « chien et chat » lorsque pendant l’évènement nous les poussons gentiment à bout avec nos chants qui ne s’arrêtent tout simplement jamais, enfin une relation pleine d’admiration et de reconnaissance une fois la compétition terminée.

J’espère sincèrement que cette entente durera encore longtemps, car elle nous stimule, nous donne envie de faire toujours mieux et de partager encore plus. C’est les étoiles plein les yeux que nous sommes rentrés de ces 4 jours indescriptibles. Je ne pourrais vous en dire davantage si ce n’est que le TDA, il faut le vivre pour le croire. »