Champion mondial de l’électricité, EDF ne se contente pas d’avoir une vision du monde de demain. Elle le construit et compte particulièrement sur les jeunes talents pour participer à cette transformation. Éclairage avec Gérard Hatabian (ENSAE ParisTech, 81), Directeur Donnée Groupe EDF.

 

Crédits EDF

Quels sont les principaux enjeux liés à la donnée pour EDF ?

La transition énergétique va de pair avec la transformation numérique, celle de la société mais aussi celle du groupe EDF. C’est pourquoi cette transformation est intégrée dans notre projet stratégique CAP 2030, avec un chantier spécifique dédié à la donnée. Au-delà d’améliorer nos processus industriels, il y est nécessaire de faire évoluer nos services et d’en créer de nouveaux. Nous avons même commencé à faire évoluer notre modèle d’affaires par le biais de filiales telles que Sowee et Metroscope autour de la donnée.

Concrètement, comment se matérialise cette transformation numérique ?

Un exemple : à l’image de ce qui existait pour la connaissance de nos clients, nous venons de créer une « Usine de Data Analyse » dédiée aux problématiques de nos Producteurs. Travaillant en mode agile, cette entité réunit en un même lieu toutes les compétences nécessaires : Data Analyste en provenance des métiers du nucléaire, de l’hydraulique, des renouvelables, Data Scientistes spécialisés dans les algorithmes, Ingénieurs BigData, et bien sûr les porteurs des cas d’usage, garant de la valeur à créer. Autre exemple : la démarche de «  démocratie participative » du Groupe, qui permet à tous les salariés de s’exprimer, de remonter leurs idées et d’identifier les défis terrain liés à la donnée.

Comment EDF s’est-elle adaptée à cette nouvelle donne ?

EDF est une entreprise d’ingénieurs donc la donnée est depuis toujours notre matière première. Aujourd’hui toutefois, ces données sont beaucoup plus nombreuses et de sources différentes. Désormais, les données s’échangent plus facilement. Nos capacités de stockage, de traitement n’ont plus rien à voir. Tout comme nos algorithmes. Nous avons donc modifié nos architectures, nous investissons largement sur l’adaptation de compétences en interne par la formation, et enfin nous embauchons encore de nombreux jeunes diplômés sur les métiers les plus pointus de la donnée.

Cela ouvre de nouvelles opportunités pour les jeunes talents ?

La grande nouveauté, c’est que la donnée devient une activité à part entière dans les métiers cœur. On est passé d’un rôle subalterne à un rôle central. Il y a quelques années, pour travailler sur la donnée, vous entriez à la R&D ou à la DSI. Aujourd’hui, vous pouvez également rejoindre une Direction Opérationnelle et y travailler sur la donnée métier, d’énormes masses de données : 30 millions de clients, des historiques sur plusieurs centaines d’année-exploitation de nos réacteurs nucléaires, des données en provenance du parc renouvelable partout dans le monde.

Le conseil de Gérard Hatabian

Le triptyque gagnant d’une carrière réussie ? Technicité, terrain et management. « La maîtrise technique vous permet d’acquérir une légitimité dans la durée. Mais à un moment donné, il est nécessaire de piloter un projet ou une structure opérationnelle, et d’aller et connaître la réalité de terrain. La capacité à alterner les différents types de travail est clé au sein d’un grand groupe industriel. »

Quelles compétences permettent de traiter vos nouveaux enjeux ?

L’agilité et la curiosité. Les rythmes de travail ont changé. Désormais, il faut produire en boucle courte, de manière agile en groupe pluridisciplinaire. L’ENSAE est en ce sens une formation d’exception car elle place d’entrée sur la table les paradigmes essentiels du big data, et son ouverture aux sciences humaines permet d’aborder les multiples aspects de la donnée.

#MaParisTechTouch 

« ParisTech regroupe les écoles parmi les plus sélectives qui soient. Pour les entreprises, c’est la garantie de recruter des jeunes à même de traiter la complexité technique. Mais c’est davantage l’aspect multidisciplinaire qui prime aujourd’hui. Cette formation équilibrée entre un socle technique solide et les sciences humaines a grandement contribué à mener ma carrière. Chez EDF, cette ouverture est essentielle car vous serez amenés très rapidement à travailler avec de nombreuses parties prenantes internes ou externes. »

 

« Relever les enjeux sociétaux, techniques et économiques forts au sein d’une entreprise qui se donne les moyens de se transformer elle-même. »

Contact : gerard.hatabian@edf.fr

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec

Une bonne année pour l’emploi des ingés !

Le quasi plein emploi chez les ingénieurs, ce n’est pas une fake news. La preuve dans la dernière enquête menée par Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF).

Recrutement, intégration, parcours : comment matcher avec les attentes des jeunes ingés ?

Digital, industrie, société, environnement ou énergie : l’heure est à la révolution. Dans une France qui a besoin d’ingénieurs, quels sont les tips pour recruter les perles rares

STEP UP : Laissez vous coacher !

« Bienvenus dans une entreprise qui fait de l’Individu le premier vecteur de performance » assure Jérémie Cador, Directeur de l’Agence STEP UP de Marseille

Pourquoi rejoindre Total ?

Engagé dans la transition énergétique, Total s’est donné l’ambition d’être la major de l’énergie responsable en garantissant une énergie disponible, abordable et propre.

Avec SOAT, cap sur l’expertise, l’agilité et l’intelligence collective

SOAT offre des opportunités et des perspectives d’évolution passionnantes aux diplômés de CentraleSupélec