Les grandes écoles ont commencé leur internationalisation au début du siècle, avec de plus en plus de cours en anglais, conquérant les meilleures places dans les classements anglo-saxons, attirant des professeurs internationaux, multipliant les partenariats prestigieux et même en ouvrant des campus à l’étranger, comme Singapour et Rabat dans le cas de l’ESSEC.

 

Un des enjeux clés pour les écoles de management aujourd’hui est de se tourner toujours plus vers l’international tout en s’appuyant sur la richesse de leurs racines françaises et de guider nos étudiants et futurs diplômés à appréhender un monde toujours plus complexe et ouvert. Avec 31 % d’étudiants internationaux de 96 nationalités, près de 60 % de professeurs internationaux, 182 partenaires académiques prestigieux dans 45 pays, 28 doubles diplômes, ainsi que quatre campus (Cergy, La Défense, Singapour et Rabat), l’ESSEC est aujourd’hui pleinement ouverte sur le monde.

 

Des classements aux forts enjeux

Les classements ont une importance primordiale dans la visibilité des écoles de management en France comme dans le monde. Les étudiants se penchent sur ces ranking et ils sont souvent un critère de choix. L’ESSEC, en étant classé – outre son leadership dans les classements français – 3e du Master of Science in Management du Financial Times et, depuis peu, 4e du nouveau classement Master in Management de The Economist, a acquis une large notoriété et s’est fait une place dans les choix des meilleurs étudiants internationaux.

Des écoles ouvertes sur le monde

De nombreuses écoles ont fait le choix ces dernières années de s’implanter à l’international dans un double objectif. Le premier est d’offrir à l’ensemble des étudiants de l’école une vision globale du monde qui les entoure en étant au plus près des réalités économiques des pays et continents sur lesquels l’école est implantée. La seconde est de permettre aux étudiants des régions autours des implantations à l’international de pouvoir bénéficier de l’expertise et l’excellence pédagogique de l’école, dans un cadre adapté au contexte local ainsi que d’un diplôme reconnu dans le monde entier.
Après Singapour – où elle est présente depuis 2005 et a inauguré son propre campus en 2015, l’ESSEC s’est tournée cette année vers l’Afrique, foyer majeur de la croissance mondiale dans les décennies à venir, en ouvrant un nouveau campus à Rabat au Maroc. Ces trois campus – Cergy, Singapour, Rabat – permettent à nos étudiants et cadres en formation continue de circuler sur trois continents dans le cadre de leur parcours de formation et ensuite de s’ouvrir à ces mêmes continents dans le cadre de leur développement professionnel.

Des salaires et des parcours professionnels de très haut niveau

La qualité des services carrières, le devenir des diplômés, le retour sur investissement, sont également des indicateurs de qualité que les étudiants internationaux peuvent cocher sans difficulté en ciblant les écoles de management hexagonales.

 

Former les managers de demain

Un enjeu fort pour les écoles de management dans le monde est de former des managers agiles capables de répondre aux défis actuels et d’anticiper les défis de demain et ainsi s’intégrer dans un monde toujours plus complexe. En se basant sur l’excellence de leur recherche et de leurs réseaux, tant académiques que parmi les entreprises, les écoles doivent sans cesse innover. L’innovation pédagogique et notamment le learning by making, croisent et articulent les expériences académiques, professionnelles et internationales. En témoignent, à l’ESSEC, parmi d’autres initiatives et activités à la croisée entre la recherche de solutions innovantes, la transmission de savoirs et l’interaction avec les entreprises, les “ iMagination Weeks ”, primées par l’AACSB parmi les “ Innovations that inspire ”; la mise à disposition de toute la communauté ESSEC d’un Knowledge Lab qui  permet de pérenniser l’innovation; la production de MOOCs, accessibles à tous au même moment dans le monde entier.

 

La France, terre d’excellence