L’ingénieur est-il écolo ? S’il ne l’est pas encore, il est en passe de le devenir. Plus qu’un effet de mode, la démarche d’éco-ingénierie, développée dans de nombreuses écoles, pousse les étudiants à adopter une posture plus en phase avec les préoccupations actuelles. Recyclage, économie circulaire, développement durable. Quelles réalités se cachent sous cette nouvelle approche ? Éléments de réponse.

 

Arrivée il y a moins de 10 ans dans les écoles et les entreprises, l’éco-ingénierie se veut plus en phase avec les mouvements green des organisations. Cette nouvelle approche oblige désormais l’ingénieur à s’intéresser au sourcing des matières premières et à la production de ses créations. « Les étudiants sont sensibilisés à la prise en compte de tous les aspects de développement durable dans la conception de leurs projets et plus précisément l’impact environnemental de leurs produits », explique Patricia Arlabosse, enseignante-chercheuse à IMT Mines Albi.

Green is the new black

Plus qu’une préoccupation des écoles d’ingénieurs, le développement durable est aussi au cœur de la stratégie des entreprises, comme l’observe Patricia Arlabosse. « Les sociétés réfléchissent à réduire la quantité de déchets produits. Elles s’orientent vers le recyclage ou l’économie circulaire pour se détourner des énergies fossiles. Cette démarche amène de nouvelles postures au sein de l’entreprise. Il faut montrer à ses employés comment réduire la consommation d’énergie. »

 Une économie circulaire qui ne tourne pas en rond

Aujourd’hui, les ingénieurs mettent donc leur talent à profit pour faire collaborer des entreprises au travers la création d’écoparcs. De nombreux bassins industriels sont ainsi passés à un modèle circulaire. Certaines usines optimisent par exemple leurs déchets en les revendant à un incinérateur qui produira le chauffage nécessaire aux entreprises voisines. Les industries l’ont bien compris : le recyclage était une mine d’opportunités. « En coopérant avec les entreprises à proximité, on peut réaliser de nombreuses économies, tant d’un point de vue énergétique que sur le plan financier », explique Marianne Boix, Maître de Conférence à l’INP Toulouse – Ensiacet.

L’optimisation : pilier de l’éco-ingénierie

Le déchet de l’un peut être la matière première de l’autre ! C’est sur ce type de projet que travaille IMT Mines Albi avec son laboratoire MARVAPOL. À l’aide d’une technique de pointe tenue secrète, l’établissement travaille sur le recyclage de pneus usagés, un procédé qui posait de nombreux problèmes. « Le laboratoire arrive à extraire les fibres de carbone des pneus. Ce qui est inédit, c’est que ces fibres ne sont pas dénaturées et conservent toutes leurs qualités ! Elles sont ensuite réutilisées comme matière première dans d’autres produits », commente Patricia Arlabosse. Autre atout de l’approche en éco-ingénierie : l’optimisation des bâtiments. Aujourd’hui, bureaux et immeubles d’habitations sont les plus énergivores et les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. « Les ingénieurs sont capables de modéliser les réseaux. Mais avec des technologies comme l’IA, les algorithmes ou les capteurs, ils pourront de mieux en mieux optimiser les infrastructures ! », observe Marianne Boix.

Sensibiliser les ingénieurs

Si l’écologie est une prise de conscience que tout un chacun doit avoir, comment changer les habitudes des ingénieurs qui conçoivent les réseaux, les services et les produits de demain ? Avec son Mastère Spécialisé® Éco-Ingénierie commun à toutes composantes, Toulouse INP joue la carte de la collaboration entre élèves aux profils variés. « Nous sommes persuadés que la multidisciplinarité est la clé pour développer des actions en faveur du développement durable. Ainsi, nous faisons la part belle à la diversité tant chez les étudiants que chez les professeurs qui sont issus de la météo, la chimie, ou l’électronique… La formation se nourrit des parcours de chacun et permet à tous d’échanger pour inventer le monde de demain. »

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec

Une bonne année pour l’emploi des ingés !

Le quasi plein emploi chez les ingénieurs, ce n’est pas une fake news. La preuve dans la dernière enquête menée par Ingénieurs et Scientifiques de France (IESF).

Recrutement, intégration, parcours : comment matcher avec les attentes des jeunes ingés ?

Digital, industrie, société, environnement ou énergie : l’heure est à la révolution. Dans une France qui a besoin d’ingénieurs, quels sont les tips pour recruter les perles rares

STEP UP : Laissez vous coacher !

« Bienvenus dans une entreprise qui fait de l’Individu le premier vecteur de performance » assure Jérémie Cador, Directeur de l’Agence STEP UP de Marseille

Pourquoi rejoindre Total ?

Engagé dans la transition énergétique, Total s’est donné l’ambition d’être la major de l’énergie responsable en garantissant une énergie disponible, abordable et propre.

Avec SOAT, cap sur l’expertise, l’agilité et l’intelligence collective

SOAT offre des opportunités et des perspectives d’évolution passionnantes aux diplômés de CentraleSupélec

Avec CENEXI, attrapez le virus de la pharmacie !

L’industrie pharmaceutique offre aux jeunes diplômés un large panel de métiers explique Alexis Paul (Université Paris Descartes 2000), Directeur Business Development et Pharmacien responsable de CENEXI.

Emmanuelle Favier : devenir femme et écrivaine

C’est en évoquant de manière poétique et subjective les jeunes années de l’écrivaine en devenir qu’Emmanuelle Favier nous donne le mieux à sentir tout le génie de Virginia Woolf…

Plein gaz sur l’énergie verte avec GRDF !

GRDF entame sa mue. Avec son nouveau plan Vert l’Avenir, le groupe entend produire du gaz 100 % green dans les prochaines années. Un pari ambitieux sur lequel travaille Arnaud Bousquet