L’ingénieur est-il écolo ? S’il ne l’est pas encore, il est en passe de le devenir. Plus qu’un effet de mode, la démarche d’éco-ingénierie, développée dans de nombreuses écoles, pousse les étudiants à adopter une posture plus en phase avec les préoccupations actuelles. Recyclage, économie circulaire, développement durable. Quelles réalités se cachent sous cette nouvelle approche ? Éléments de réponse.

 

Arrivée il y a moins de 10 ans dans les écoles et les entreprises, l’éco-ingénierie se veut plus en phase avec les mouvements green des organisations. Cette nouvelle approche oblige désormais l’ingénieur à s’intéresser au sourcing des matières premières et à la production de ses créations. « Les étudiants sont sensibilisés à la prise en compte de tous les aspects de développement durable dans la conception de leurs projets et plus précisément l’impact environnemental de leurs produits », explique Patricia Arlabosse, enseignante-chercheuse à IMT Mines Albi.

Green is the new black

Plus qu’une préoccupation des écoles d’ingénieurs, le développement durable est aussi au cœur de la stratégie des entreprises, comme l’observe Patricia Arlabosse. « Les sociétés réfléchissent à réduire la quantité de déchets produits. Elles s’orientent vers le recyclage ou l’économie circulaire pour se détourner des énergies fossiles. Cette démarche amène de nouvelles postures au sein de l’entreprise. Il faut montrer à ses employés comment réduire la consommation d’énergie. »

 Une économie circulaire qui ne tourne pas en rond

Aujourd’hui, les ingénieurs mettent donc leur talent à profit pour faire collaborer des entreprises au travers la création d’écoparcs. De nombreux bassins industriels sont ainsi passés à un modèle circulaire. Certaines usines optimisent par exemple leurs déchets en les revendant à un incinérateur qui produira le chauffage nécessaire aux entreprises voisines. Les industries l’ont bien compris : le recyclage était une mine d’opportunités. « En coopérant avec les entreprises à proximité, on peut réaliser de nombreuses économies, tant d’un point de vue énergétique que sur le plan financier », explique Marianne Boix, Maître de Conférence à l’INP Toulouse – Ensiacet.

L’optimisation : pilier de l’éco-ingénierie

Le déchet de l’un peut être la matière première de l’autre ! C’est sur ce type de projet que travaille IMT Mines Albi avec son laboratoire MARVAPOL. À l’aide d’une technique de pointe tenue secrète, l’établissement travaille sur le recyclage de pneus usagés, un procédé qui posait de nombreux problèmes. « Le laboratoire arrive à extraire les fibres de carbone des pneus. Ce qui est inédit, c’est que ces fibres ne sont pas dénaturées et conservent toutes leurs qualités ! Elles sont ensuite réutilisées comme matière première dans d’autres produits », commente Patricia Arlabosse. Autre atout de l’approche en éco-ingénierie : l’optimisation des bâtiments. Aujourd’hui, bureaux et immeubles d’habitations sont les plus énergivores et les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. « Les ingénieurs sont capables de modéliser les réseaux. Mais avec des technologies comme l’IA, les algorithmes ou les capteurs, ils pourront de mieux en mieux optimiser les infrastructures ! », observe Marianne Boix.

Sensibiliser les ingénieurs

Si l’écologie est une prise de conscience que tout un chacun doit avoir, comment changer les habitudes des ingénieurs qui conçoivent les réseaux, les services et les produits de demain ? Avec son Mastère Spécialisé® Éco-Ingénierie commun à toutes composantes, Toulouse INP joue la carte de la collaboration entre élèves aux profils variés. « Nous sommes persuadés que la multidisciplinarité est la clé pour développer des actions en faveur du développement durable. Ainsi, nous faisons la part belle à la diversité tant chez les étudiants que chez les professeurs qui sont issus de la météo, la chimie, ou l’électronique… La formation se nourrit des parcours de chacun et permet à tous d’échanger pour inventer le monde de demain. »

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

[TUTO] Écolo même au bureau

. Et si, en plus de votre politique zéro déchet à la maison, vous vous mettiez au vert même au bureau ? Voici cinq gestes simples pour améliorer votre impact écologique au boulot.

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre

Mon métier c’est… RP

Attaché de presse, vous connaissez ? Mais les métiers des relations publiques (RP pour les intimes) ne s’arrêtent pas là. Métiers et qualités insoupçonnées, Stéphane Billiet, président de We agency et administrateur du Syndicat du Conseil en Relations Publiques décortique le mythe.

Airbus : devenez les futurs Pionniers !

« Venez négocier des contrats chez Airbus et vous serez les rois du monde ! » assure Christophe Mourey, Secrétaire Général de la Direction Commerciale chez Airbus