Créée il y a bientôt 50 ans sur une vision innovante d’une école mixte tournée vers l’Europe, EBS n’en rajeunit pas moins son enseignement. Objectif : affirmer ses différences et renforcer ses domaines d’excellence sur un marché en pleine évolution. Le projet : réaffirmer son identité spécifique ! Delphine Manceau, qui a pris ses fonctions de Directrice Générale de l’école il y a 8 mois, présente les grandes lignes du plan stratégique 2020. Car sur le digital et l’international.

Un marché en triple évolution

Premier constat : l’arrivée des « Millenials », cette génération digital native née en 1999-2000, change la donne et bouleverse les enseignements classiques. Naturellement orientée web, elle génère un nouvel enjeu tourné vers le tri et l’organisation de l’information.

Comment y répondre ? En intégrant le goût de créer, de développer des projets et d’expérimenter.

La génération Millenials
Ses spécificités ? Curiosité, un grand besoin de liberté, une attention assez volatile, actrice de leur vie et de leur apprentissage. La vie professionnelle est perçue comme une suite d’aventures différentes.

Deuxième évolution : l’émergence de nouveaux métiers : transversaux, créatifs, innovants, collectifs, sens critique, digitaux, évolutifs, mobiles. La plupart d’entre eux évolueront sur des métiers qui n’existent pas encore !

Enfin, dernier changement : l’offre éducative est souvent difficile à décrypter pour les lycéens et leurs parents.

Une identité réaffirmée

En réponse à ces évolutions, EBS a choisi d’orienter sa stratégie vers 2 axes principaux : l’international et l’entrepreneuriat digital.

Delphine Manceau, directrice générale EBS Paris

1. Cap sur l’international

4 campus, 71 partenaires académiques, soit autant de séjours d’études, de learning expeditions thématiques, d’accords d’échanges, de doubles diplômes, de stages…

« Nous envisageons de lancer en 2018 un cursus complet avec l’EBS sur 5 ans qui permettrait d’évoluer tout au long du cursus à Genève, Paris et Londres. »

3 nouveaux campus à l’international Londres, Genève et San Francisco !
– Le campus londonien, dirigé par Aisling Byrne, en plein cœur de la capitale propose aux étudiants de 2e année de nombreuses interactions avec le monde de la finance et de la mode / luxe
– Le campus de l’école Créa de Genève, dirigé par René Engelmann, offre une expertise forte sur le digital, la création, le luxe…
– Le campus de San Francisco, dirigé par Ron Morris, se veut très orienté entrepreneuriat

Une nouvelle dimension synonyme d’un nouveau parcours EBS se construit donc en 3 temps :

  • Une 1re année sur Les fondamentaux effectuée à Paris et bientôt ouverte à Genève
  • 2 années axées sur l’international, réalisées à Paris, Genève ou Londres intégrant un semestre d’échange avec l’une des académies partenaires et un stage à l’international
  • 2 années de spécialisation incluant une learning expedition à San Francisco et un semestre à l’international ou un stage de fin d’études

Soit jusque 2,5 ans sur 5 effectués à l’international !

Une école résolument internationale
– 52 % de professeurs internationaux
– Parcours 100 % anglophone même à Paris : chaque année, l’étudiant choisit sa langue d’enseignement
– 26 % de premier emploi à l’international
– Des alumni qui sont à 40 % dans des métiers à l’international

2. Préparer aux nouveaux métiers de demain

17 % de créateurs d’entreprise à la sortie de l’école – certains la créent même pendant leurs études. Certains grands entrepreneurs, à l’image des dirigeants de venteprivee.com, Publicis WorldWide, Pegast, FémininBio, SAVE, Google Asie Pacific, sont issus de l’EBS Paris.

Delphine Manceau en pleine présentation du plan stratégique 2020

C’est pourquoi l’école déploie un contenu plus transversal avec une pédagogie plus tournée vers l’action, la création d’un statut d’étudiant entrepreneur… L’EBS Paris développe un programme original en cohérence avec les évolutions actuelles et futures des emplois.

Un seul mot d’ordre : EDIC
L’EBS Paris affiche une forte orientation autour de l’Entrepreneuriat, le Digital, l’Innovation et la Créativité –EDIC – dans un environnement toujours international et multiculturel.

Le plan stratégique 2020

« Former de futurs dirigeants d’entreprises à l’esprit entrepreneurial et innovant, soucieux de responsabilité sociale, et habitués à travailler dans un environnement international, multiculturel et digital. »

L’EBS présente un programme ambitieux orienté vers l’action et les projets, en témoignent les cours et ateliers auxquels les étudiants pourront assister :

  • les différentes facettes de l’entrepreneuriat ;
  • la créativité par le théâtre et l’art ;
  • atelier Idéation ;
  • les business models de l’économie digitale ;
  • projet développement durable et digital ;
  • projet entrepreneurial ;
  • des missions pour des entreprises du digital ;
  • stages possibles autour de la création d’entreprise…

Un programme qui se veut résolument au service de l’employabilité à travers un accompagnement sur 5 ans autour de l’orientation professionnelle afin de mieux se connaître et de construire son portefeuille de compétences en fonction de son projet.

Comment y parvenir également ? Grâce à davantage de cursus en alternance : 3 spécialisations en septembre 2017 – digital, finance et Affaires internationales. L’école ambitionne ainsi de passer en 2 ans de 13 à 35 % de la promotion, et de renforcer la part d’étudiants bénéficiant d’une aide financière – passant ainsi de 21 à 40 %.

Les objectifs de l’école en 2020
– Développer le recrutement d’étudiants en France et à l’international :
o    1 700 étudiants en 2020
o    Doubler la part des étudiants internationaux (17 % en 2016)
o    Développer les MBA lancés en 2015 : 300 étudiants en 2020 (50 en 2016)
– Développer l’activité de recherche
o    +20 % en deux ans
o    Autour des axes spécifiques EBS
– Rénover le programme en lien avec l’identité réaffirmée de l’EBS
– Faire de l’EBS un partenaire pour l’orientation

Un partenariat EBS – ECE renforcé

Toujours dans cet esprit de créer un enseignement plus transversal en phase avec les évolutions actuelles et de mieux préparer aux métiers de demain, l’EBS assoie sa stratégie sur un partenariat fort avec l’école d’ingénieurs du groupe INSEEC, l’ECE Paris.

Une ambition commune :

  • Cours et projets communs sur les 5 ans
  • Projet entrepreneurial en 4e année
  • Double diplôme réciproque
  • Incubateur commun avec une prime aux équipes mixtes

justMAKEit
Symbole de cette coopération étroite, le projet développé par les 2 écoles EBS et ECE, partenaires de l’orientation des lycéens. L’idée mise en œuvre ? « Construis un projet digital et identifie ainsi les études supérieures qui te conviendraient le mieux. »
Le concept : pendant une semaine, des petits groupes de 18 élèves de seconde et de 1re vont fabriquer un objet connecté – jeu vidéo, t-shirt connecté… –  mais aussi élaborer un plan de lancement, définir le modèle économique, planifier le lancement produit… puis rédiger le bilan de la semaine pour réfléchir sur ce qu’ils aiment faire…

Pour atteindre ses objectifs, l’école devrait recruter 2 professeurs par an jusque 2020, avec un profil doctorant. Aujourd’hui, l’EBS compte d’ores et déjà 22 enseignants chercheurs et 33 professeurs permanents, dont 87 % possèdent un doctorat.

Bonne nouvelle pour les étudiants : les frais de scolarité n’augmentent pas et restent à 9 800 euros par an. Attention toutefois à un possible surcoût à l’international : 450 euros supplémentaires sur les campus à l’étranger, et jusqu’à 5 000 pour une université partenaire. Mais la plupart des accords n’impliquent aucun surcoût.