Juriste brillante au sein du magistère de droit des affaires de l’Université Paris II Panthéon-Assas, Julie Bolo-Jolly est une étudiante à part : officier de réserve dans l’armée de l’air et marathonienne, elle se donne le temps et les moyens de tout réussir. Entretien avec une OVNI du droit qui garde les pieds sur terre.

 

Qui es-tu ?

Julie Bolo-Jolly, 22 ans, Master 1 au sein du magistère de juriste d’affaires de l’Université Paris II Panthéon-Assas, Aspirant réserviste dans l’armée de l’air à la base aérienne de Tours

 

Ta personnalité en 3 mots

Hyperactive, directe, caractérielle… j’en ajouterais un : chelou !

 

La réserve opérationnelle dans le sang

Julie rêvait d’entrer dans l’armée de l’air à l’instar de son grand-père. Après son bac, elle cherche un moyen d’avoir un pied dans le monde civil et l’autre dans l’armée. C’est donc naturellement qu’elle se tourne vers la réserve opérationnelle. « C’est une manière de donner une partie de mon temps, de mettre mes compétences au service du pays ». Rare représentante de la gent féminine dans son régiment, Julie a trouvé sa place grâce à un caractère bien trempé et une détermination sans bornes.

Les valeurs de l’armée pour réussir à la fac

Julie remercie l’armée pour ce qu’elle y apprend et qui lui permet de réussir en droit : « Etre carrée, rigoureuse et rendre des comptes sur toutes les tâches ! ». Monter en grade implique un respect des supérieurs, qu’elle applique à ses professeurs. « Je n’oublie jamais d’où je viens, j’ai toujours envie de donner le meilleur de moi-même pour avancer. Je ne prends rien pour acquis, le progrès se mérite ! » Cette volonté, Julie la tient aussi du sport : ancienne espoir du judo et marathonienne, elle cherche toujours à dépasser ses limites. « Le droit, la réserve, le marathon, tout est un challenge. Pour l’instant je n’ai pas l’impression d’avoir de limites, donc je ne m’arrête pas ! »

Des codes aux galons, une complémentarité originale

Dans une filière d’excellence comme le magistère de Paris II, la jeune aspirante a un profil à part. « L’université n’est pas au courant de mon statut de réserviste. Je ne veux pas de traitement particulier. Je planifie mes périodes à l’armée pendant mes vacances, les deux ne se chevauchent pas. » Julie s’efforce d’être régulière dans son implication à l’armée, tout en restant focalisée sur sa réussite universitaire. « Il s’agit de s’organiser : à la base aérienne, j’ai des horaires de bureau donc je peux quand même travailler mon droit 6 ou 7 heures à la fin de ma journée ». C’est donnant-donnant : en tant que réserviste, Julie place son expertise juridique au service du régiment en même temps qu’elle apprend in situ la pratique, utile pour son cursus.

La polyvalence pour ne pas tourner en rond

« Je fais du droit privé mais l’arbitrage, la propriété intellectuelle, le contentieux, tout cela me passionne ! ». Julie ne se ferme pas de portes et compte changer plusieurs fois de métier dans sa carrière. Elle se verrait bien devenir détachée un jour, sorte de médiateur entre les mondes civil et militaire, très recherchés par la Défense. Comme un défouloir, le running permet à Julie de prendre de la hauteur et de penser à autre chose. «  Après une blessure au genou, j’ai voulu prouver aux médecins et à moi-même que contrairement à leur diagnostic, je pourrais à nouveau être performante dans le sport. »

 

Portrait chinois

Si tu étais…

Un avocat célèbre : le pendant féminin d’Éric Dupont-Moretti

Une course de rêve : le Marathon de New-York

Un article de loi : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » (Art. 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789)

Un poste rêvé à l’armée : pilote de chasse

Un domaine juridique : les droits de l’Homme

 

#JOURNALDEBORD1 Mobilité inter-campus à l’ESSEC Afrique-Atlantique – un semestre à Rabat