Manager autrement, est-ce vraiment possible dans un monde économique régi par les enjeux financiers et politiques ? Olivier Truong (ESCP Europe 96, HEC Paris 2003, INSEAD 2013), Directeur Culture et Bienveillance, y travaille tous les jours chez DPDgroup.

 

Avec l’intelligence artificielle, la robotisation et autres technologies, les rapports humains se sont mécanisés, industrialisés, et automatisés. L’entreprise a-t-elle pour seul but le profit ? Remettre l’humain au cœur de la culture d’entreprise est devenu une façon d’échapper à ce cynisme. Le manager doit plus que jamais se reconnecter aux autres et connecter les uns aux autres pour retrouver ce supplément d’âme. Olivier Truong en est intimement persuadé. Une conviction qu’il partage avec l’entreprise qu’il a rejoint en septembre 2018, DPDgroup.

Des rencontres

C’est ce qui fait la force de DPDgroup. En effet, ce réseau international du Groupe La Poste, expert de la livraison de colis, mise tout sur l’humain. Particuliers, entreprises françaises et européennes lui font confiance pour la qualité de ses services, sa réactivité, sa transparence et sa proximité. Une relation solide, reflet de ce qu’il se passe en interne. Car cette excellence opérationnelle est le résultat d’une puissante cohésion d’équipe. « Des séminaires sont organisés pour que tous les collaborateurs puissent se rencontrer, partager des moments off et se féliciter de leurs réussites. Cela participe à renforcer les liens et à solidifier l’esprit d’équipe », donne comme exemple Olivier Truong.

Un poste unique en France

Cette synergie, Olivier Truong est là pour la perpétuer et la renforcer dans ce grand groupe de services, en tant que Directeur Culture et Bienveillance. Un poste qu’il est le seul à remplir en France ! Sa mission ? Sensibiliser les collaborateurs, les managers et les membres du comité de direction aux comportements « bienveillants » et diffuser la culture de la bienveillance dans l’entreprise. Bienveillant, un mot souvent fourre-tout, parfois guimauve qu’Olivier Truong remet au goût du jour. « Être bienveillant ne signifie pas être permissif, ni être gentil, mais plutôt être soucieux de la qualité des relations, de l’environnement et du bien-être au travail », clarifie-t-il. Aussi, il apporte son expertise en transformation organisationnelle pour repenser la vie en entreprise et replacer l’humain au cœur des interactions professionnelles et des préoccupations managériales. Pour cela, le Directeur Culture et Bienveillance pilote des ateliers à destination des managers et met en place des actions opérationnelles : accompagnement des équipes dans leur mode de fonctionnement, formation au coaching, programme de développement personnel Des sessions qui rencontrent déjà un vif succès auprès des participants. « A peine l’atelier fini, on me demande quand aura lieu le prochain ! Ils adorent avoir un moment pour se retrouver et se développer ensemble. »

« Une culture positive et bienveillante rend l’entreprise attractive et participe à une meilleure fidélisation des collaborateurs »

 

Pause lecture Olivier Truong est aussi coauteur du livre La bienveillance en entreprise : utopie ou réalité ? (Editions Eyrolles, 2017) et du tout prochain Je manage avec bienveillance : guide pratique (sortie prévue en mars 2019)

A bas l’happycratie

La même fonction qu’un Chief Happiness Officer ? Surtout pas. « Mon métier n’est pas de décréter que tout le monde doit être heureux, ni de chercher à vouloir le bonheur des collaborateurs pour qu’ils soient plus productifs. Cette approche est intrusive et manipulatoire car le bonheur est une notion purement personnelle et ne doit pas être utilisée à des fins de performance. Chacun est libre de sa vie », insiste Olivier Truong. A l’inverse, le Directeur Culture et Bienveillance réinvente les conditions de travail pour que les collaborateurs puissent exercer pleinement leurs compétences et leurs talents et ainsi trouver du plaisir dans leur job, sans interagir avec la sphère privée. « Sanctuariser le bonheur nous fait tomber dans l’individualisme car il s‘agit de n’écouter que ses envies alors qu’œuvrer pour le collectif peut rapporter bien plus de satisfaction. » Le collectif, une des valeurs fondamentales chez DPDgroup !

Aux origines

Ce qui l’a mené vers ce poste, c’est son parcours très éclectique mais toujours tourné vers l’autre. « Pendant 20 ans, j’ai travaillé dans des startups et des grandes entreprises sur la partie business. Mais j’ai toujours été passionné par la recherche en sciences humaines et sociales, le monde est plus intéressant avec les outils pour le décrypter ! ». Pendant ces études, les cours en sociologie des organisations ont toujours fasciné ce membre de la chaire de la conduite du changement de l’ESSEC. Il a d’ailleurs lui-même enseigné cette discipline par la suite, notamment à ESCP Europe. C’est par la suite, fort de son expérience professionnelle et de son goût pour les sciences sociales, qu’il a décidé de travailler dans le développement managérial et le leadership. Il a en particulier voulu développer des actions de formation liées à la diffusion de la bienveillance en entreprise. Grâce à DPDgroup, il continue à mettre en œuvre ces initiatives qui lui tiennent à cœur.

Parole d’expert

Un conseil à destination des managers ? « Tout d’abord, vous devez mettre en place des modes de fonctionnement allégés : moins de réunions, de la subsidiarité dans les décisions, de la clarté dans les périmètres de responsabilité … Il faut ensuite veiller à ce que chacun puisse exprimer librement ce qui va bien et ce qui le dérange. Enfin, rien ne tient sans que le manager soit préoccupé en permanence par l’équité et la justice dans ces décisions, qu’il exprime de la reconnaissance, et surtout de la considération pour ses collaborateurs. Cette attention bienveillante et cette vigilance doivent se manifester en particulier dans les moments clés (entretiens annuels, recrutement …). » Pour se sentir bien au travail, Olivier Truong prône la « logique de l’artisan » qui consiste à travailler au plus juste tous les jours en se préoccupant de bien faire son métier et d’y mettre du cœur. En suivant les travaux du psychologue Mihály Csíkszentmihályi qui a popularisé le concept de flow, il faut pour renforcer nos chances de nous épanouir dans nos fonctions professionnelles, « être plongé et entièrement mobilisé dans son activité. Cette discipline procure indéniablement de la satisfaction ».

#MyINSEAD « Cette école est remarquable ! Un enrichissement culturel, professionnel et générationnel. Diplômé d’un Master en psychologie organisationnelle en 2013, c’est à l’INSEAD que j’ai pu confronter mes connaissances et compétences acquises en entreprise avec des collègues du monde entier et des professeurs à la pointe dans leur domaine. Ce que je retiens de ces études ? L’efficience d’une stratégie dépend des hommes qui travaillent ensemble et qui la mettent en œuvre. Ce principe me guide encore aujourd’hui. »

 

Chiffres clés  : N°2 de la livraison de colis en Europe / Plus de 68 000 experts de livraison / 4,8 millions de colis livrés vers 230 pays et territoires chaque jour (DPDgroup + Chronopost, SEUR et BRT) / Filiale de GeoPost (Groupe La Poste) : 6,8 milliards de CA en 2017

 

Contact : olivier.truong@dpdgroup.com

 

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec