Vous l’avez compris : la vie en grande école s’annonce riche en réjouissances. Néanmoins, elle apporte aussi avec elle de nouvelles préoccupations beaucoup plus terre à terre, notamment celle de financer ses études, mais aussi son loyer, ses sorties… Entre boulots étudiants, prêts et bourses en tout genre, il est donc judicieux d’anticiper les diverses options qui s’offrent à vous, pour ménager votre compte et celui de vos parents.

 

Le prêt étudiant
Pour financer des frais de scolarité parfois coûteux, certains étudiants ont recours à un prêt : les modalités d’emprunt sont en général avantageuses dans la mesure où les établissements possèdent des partenariats privilégiés avec certaines banques. Le remboursement d’un prêt étudiant commence généralement après ses études et s’étale en moyenne entre 2 et 9 ans, en fonction de son montant, des intérêts et des mensualités versées. Pour les étudiants étrangers, l’octroi d’un crédit est souvent plus difficile : obtenir une caution solidaire facilite notamment la démarche.

Bon plan :
le site internet www.financetesetudes.fr propose un « service gratuit de recherche de prêt étudiant et de mise en relation avec les banques ». Grâce à ses partenariats avec plusieurs banques, l’organisme compare les offres proposées par différents établissements pour trouver les propositions les plus intéressantes. Outre son expertise, la compagnie apporte aussi un gain de temps considérable, en simplifiant cette démarche un peu fastidieuse.

 

 

L’apprentissage
Le contrat d’apprentissage consiste à travailler en alternance pour une entreprise, tout en poursuivant sa scolarité. Généralement proposé à partir de la 2e année en grande école, il peut durer entre un et deux ans. Durant cette période, l’entreprise prend en charge le financement des études et verse un salaire mensuel (entre 800 et 1 000 euros par mois en moyenne). Très intéressante financièrement, cette démarche suppose d’avoir déjà une idée du type de métier que l’on veut effectuer. Cette expérience est très valorisante professionnellement, mais demande un travail soutenu durant ses études : les élèves doivent valider leur programme tout en travaillant à temps partiel. En grande école, un étudiant sur dix environ opte pour cette option.

 

 

Les jobs étudiants
Voilà l’option à laquelle souscrivent la majorité des étudiants pour financer leurs sorties, parfois en complément d’un prêt. Les cours particuliers sont en général le plan le plus intéressant, tant financièrement qu’intellectuellement : il est possible de passer par des organismes privés pour trouver des élèves (les rémunérations sont alors moins intéressantes), ou de poser soi-même des annonces dans les commerces. Par ailleurs, des demandes de cours sont parfois postées sur l’intranet de certaines écoles. En école, les Junior Entreprises offrent également des missions ponctuelles rémunérées. Certains établissements proposent aussi à leurs étudiants des emplois à temps partiel rémunérés au smic horaire (monitorat, service à la cafétéria…).

 

 

Les bourses d’Etat et aides financières proposées par l’école
Pour les boursiers, certaines écoles peuvent attribuer sur critères sociaux et académiques des bourses de plusieurs milliers d’euros. D’autres établissements exonèrent même les étudiants boursiers de frais de scolarité (pour plus d’informations sur les aides financières en école, se référer à l’article Trouver l’école à son pied, p.19). Par ailleurs, chaque étudiant peut toucher des aides au logement (jusqu’à 200 euros par mois). Il est également
possible de recevoir une bourse d’Etat sur critère sociaux.

 

 

Alizée Gau