Printemps 2019, Apple et Disney se lancent officiellement dans la course au streaming. Avec leurs nouvelles plateformes, les géants US rejoignent Amazon Prime Video, Hulu, YouTube Premium ou encore OCS et CanalSéries pour la France. Julien Pillot, enseignant-chercheur à l’INSEEC School of Business & Economics nous dit pourquoi le streaming séduit autant les champions de l’entertainment.

 

Après avoir touché le secteur de la musique, la folie du streaming s’empare désormais de l’audiovisuel. En cause : un nouveau mode de consommation chez les jeunes générations. « Désormais, les moins de 40 ans ne veulent plus être assujettis à des grilles de programmes. Ils veulent le contrôle sur ce qu’ils regardent et le moment de la journée où ils se connectent. En offrant un accès à l’ensemble des épisodes d’une série à tout moment, les plateformes de streaming répondent à ces attentes. »

Dévoiler une saison complète d’un seul coup, sans avoir à attendre une semaine entre chaque épisode : une stratégie payante pour Netflix qui a réussi à susciter l’addiction chez ses abonnés. « Dès que vous avez fini votre saison, la plateforme met en ligne une nouvelle série que vous voudrez regarder. Les contenus sont mis à jour toutes les semaines et il y en a pour tous les goûts ! »

Ce cycle infini ne fonctionne que grâce à la multitude de contenus disponibles sur Netflix. « Le contenu, c’est le nerf de la guerre dans cette industrie. Si la marque a réussi à s’imposer, c’est notamment grâce à l’achat de séries et films bradés par les studios hollywoodiens. Mais en 2014, les acteurs majeurs du secteur ont adopté une nouvelle stratégie : garder leurs contenus pour eux et se lancer dans l’offre du streaming. C’est ce que fait Disney actuellement. »

Apple TV+ et Disney+ capables de concurrencer Netflix ?

Pour le géant hollywoodien, le rachat de la FOX Entertainment Group et de ses chaînes associées (FOX, FX ou encore National Geographic Channel) et la création de contenus originaux pourraient être salvateur. Mais la marque à la pomme se démarque par une volonté affichée de ne proposer que du contenu original. Une stratégie payante ? « Pour l’instant, nous ne connaissons pas le positionnement tarifaire du groupe pour pouvoir s’avancer. Ils sont dans une perspective de test & learn. » Affaire à suivre donc.

Le streaming : avenir de la culture ?

Musique, films et séries, magazines et demain, jeu vidéo… La folie du streaming ne semble épargner aucun secteur de la culture. Une mode qui ne plaît pas qu’aux consommateurs : les  créateurs de contenu aussi en sont fans. « L’utilisation de ces plateformes permet à ces industriels d’investir un domaine qui leur échappait jusqu’à présent : la distribution. Avec la création de Xbox Game Pass, c’est autant d’argent qui va directement dans la poche de Microsoft. »

Mais si le streaming devient une offre dominante sur le marché de la culture, les autres méthodes de consommation persistent. « Le CD n’a pas tué le vinyle. Il y aura toujours de la place sur le marché pour le jeu vidéo physique ou pour le DVD. Pour preuve, l’offre initiale de Netflix, d’envoi de DVD et Blu-ray par voie postale comptait encore plus de 3 millions d’abonnés en 2017 aux États-Unis. Ces modèles, autrefois dominants, deviennent donc alternatifs. »