Comme les autres fonctions clés de l’entreprise, la direction financière a elle aussi engagé sa révolution numérique. Comment se déroule cette transition stratégique ? Avis d’experts.

 

Morgane Rollando

Une révolution des métiers

La direction financière fait sa révolution numérique depuis l’apparition d’Internet dans les années 2000. Première évolution majeure : l’automatisation des tâches qui entraîne un changement des métiers comme le décrit Morgane Rollando, membre de l’Association des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG) et VP Finance et Strategy de la société Augment : « cela nous permet d’endosser un rôle de vision et de conseil plutôt qu’un rôle de saisie mécanique. Il se développe ainsi une grande collaboration dans l’entreprise ; la DAF devient force de proposition. »

Une révolution des outils

Le travail est de plus en plus nomade et agile. Pour Morgane Rollando le numérique permet ces transformations : « Nous travaillons de manière collaborative, en utilisant des documents en ligne. Tout est sur le cloud. Notre logiciel financier est construit sur une solution cloud agile, nous sommes les premiers testeurs de cette solution en France. Il s’adapte à nos besoins en comptabilité française, américaine et de reporting. Toute l’information est donc diffusée en temps réel. Ce système est très souple et nous permet d’être réactifs partout et à tout moment. »

Un nouveau management

Le numérique n’amène pas qu’un changement d’outils et de métiers, il modifie également profondément le management. « Nous avons opté pour une gestion d’équipes par projet, ou en cloud. Les groupes interagissent les uns avec les autres, à la manière des logiciels open-source que chaque acteur peut améliorer. Quand une équipe travaille sur un produit, elle peut avoir le regard externe d’une autre équipe. Il y a un décloisonnement des services. »

L’information n’est plus source de pouvoir

Pour Morgane Rollando, la clé aujourd’hui c’est l’usage de l’information. « L’utilisation de cette information donne le pouvoir. La rétention d’information n’est plus possible avec le cloud, tout est diffusé à tout le monde en temps réel. »

 

« Il ne faut pas avoir peur de prendre des risques et de tester des méthodes nouvelles »

Le maître mot : flexibilité

Sur ce marché en pleine évolution, la flexibilité semble être la compétence à posséder absolument. « Aujourd’hui, il n’existe plus de carrière en ligne droite. Il faut être flexible dans son attitude, ne pas avoir peur d’écouter, accepter une critique positive. Cela permet à la personne autant qu’à l’entreprise de grandir. » www.dfcg.fr

 

Jonathan Herscovici

Apprendre la finance en s’amusant ? Le pari de Wesave

Wesave propose des projets d’épargne et la gestion financière sur le web. La startup incubée à Télécom ParisTech a développé une technologie de pointe lauréate du concours mondial d’innovation. Pour le créateur de Wesave, Jonathan Herscovici, le numérique est source d’opportunités inédites.

 

Apprendre à maîtriser son épargne

Jonathan Herscovici est parti du constat que le monde de la finance est complexe pour les non-initiés. Il a donc créé une nouvelle offre : Welearn. « Welearn est une plateforme pédagogique de conseil en gestion de patrimoine. Grâce à ces services, le client va reprendre le pouvoir sur son épargne et sur ses données financières. »

 

Comment ça marche ?

« Nous récupérons les données des épargnants et travaillons énormément le design de manière à les afficher très clairement. Cela importe beaucoup pour la compréhension des données. Ensuite, trois critères sont analysés : performance, risques et frais. Puis nous proposons des conseils. À terme, la plateforme sera gamifiée afin de rendre l’expérience ludique et plus facile à comprendre ». L’offre en test actuellement sera ouverte au grand public en septembre 2017.