C’est au sein du Cabinet Plasseraud, créé en 1906 et spécialiste du conseil en propriété industrielle, que Didier Boulinguiez exerce depuis 1990 sa double expertise au service de l’innovation, entre technique et juridique. Après avoir effectué une thèse à l’IFP (Institut Français du Pétrole) et travaillé en recherche dans l’industrie agro-alimentaire, cet ancien d’HEI nous explique son métier : protéger les inventions de ses clients.

Didier Boulinguiez (HEI 72), associé gérant du Cabinet Plasseraud

Didier Boulinguiez (HEI 72), associé gérant du Cabinet Plasseraud

Un Cabinet dédié à la protection de l’innovation, au coeur des enjeux stratégiques des entreprises
En tant qu’expert en propriété industrielle, le Cabinet Plasseraud s’occupe des brevets, des marques, des dessins et modèles, des logiciels… : tout ce qui touche à la création et l’invention. Multinationales, PME ou particuliers, les clients du Cabinet cherchent à protéger les droits attachés à leurs créations et innovations. De l’acquisition de ces droits auprès des organismes officiels, aux actions en contrefaçon ou à la « lutte anti-contrefaçon », le Cabinet s’attache à obtenir pour ses clients la meilleure protection et à étudier la libre exploitation de leurs innovations. « En tant qu’ingénieur, je m’occupe essentiellement des brevets », explique Didier Boulinguiez. « La problématique des entreprises, c’est qu’une demande de brevet exige en contrepartie de détailler publiquement comment l’invention a été obtenue et peut être mise en oeuvre, et donc de divulguer des indications précieuses à la concurrence. Cette divulgation de l’invention favorise le progrès technique, en échange d’un monopole temporaire et limité territorialement.»

 

La protection des brevets, un métier ludique entre ingénierie et expertise juridique
« Notre métier est passionnant, en perpétuelle évolution et à la pointe de l’innovation. C’est une sorte de jeu : comment arriver à protéger nos clients, mais aussi à gêner les concurrents. La double facette technique et juridique qu’il suppose séduit beaucoup d’ingénieurs », souligne Didier Boulinguiez. « A mon époque, la propriété intellectuelle était très peu connue dans les écoles d’ingénieurs et dans les sociétés. Maintenant, c’est devenu un outil indispensable. » Marques, brevets, ce métier exige de se tenir en permanence au courant de l’évolution des législations internationales. Aujourd’hui, une forte tendance se dégage : l’uniformisation des dispositions à travers le monde.

 

Sensibiliser les jeunes ingénieurs et futurs chercheurs à la notion de brevet
Si Didier Boulinguiez donne des cours et des conférences en propriété industrielle, c’est notamment parce qu’encore trop peu de formations en enseignent la problématique. « J’ai rencontré beaucoup de futurs chercheurs qui ne savaient pas ce qu’est un brevet, combien de temps il dure, comment il s’applique… Il y a une réelle lacune sur ce sujet », constate-t-il. « Comme j’ai travaillé treize ans dans l’industrie avant d’entrer au Cabinet, j’essaie de parler de mes expériences sur le terrain, en contact avec les chercheurs, les services de fabrication et les commerciaux, non seulement pour obtenir une bonne protection, mais essentiellement et surtout dans le but d’assurer une liberté d’exploitation industrielle ».

 

Un jeune diplômé d’HEI peut devenir expert en propriété industrielle
« Un parcours n’est jamais linéaire, ce qui compte, c’est le coefficient d’adaptation de la personne », souligne Didier Boulinguiez. Obtenir la double expertise qui mène à ce métier exige ainsi une réelle ouverture d’esprit. « On embauche des ingénieurs qu’on forme de A à Z. Le Conseil en propriété industrielle est une profession réglementée, elle nécessite de suivre des formations et de passer plusieurs examens, au niveau français et européen, afin de devenir « mandataire agréé ». Au Cabinet, on offre aux jeunes ingénieurs cette formation, des années d’expérience et de quoi réussir cet objectif. Nous rejoindre revient à obtenir une vraie spécialisation. »

 

Chiffres clés
• Créé en 19065 bureaux en France, 1 à Prague, 1 à Shanghai
• + de 230 collaborateurs • + de 90 ingénieurs et juristes

 

CM

 

Contact RH :
http://www.plass.com/le-cabinet/offre-emploi