Le développement durable, nouveau paradigme de l’action collective entre dans les amphis. Ecoles d’ingénieurs, de commerce et universités proposent des spécialisations niveau Mastère et créent des chaires de recherche. Côté débouchés, des gisements d’emplois s’annoncent prometteurs dans certaines filières. Tour d’horizon vert.

 

Copyright: auris - fotolia

« La loi Grenelle 1 oblige tous les établissements d’enseignement supérieur à engager une démarche de développement durable depuis l’année universitaire 2009 – 2010 », rappelle Jacques Brégeon, responsable du groupe Développement Durable (DD) pour la Conférence des Grandes Ecoles. Une démarche vertueuse qui se traduit notamment par la mise « au vert » des bâtiments universitaires et par l’initiative « Campus Responsables », un regroupement d’universités et d’écoles de commerce et d’ingénieurs qui s’engagent à former les étudiants au DD et à leur offrir un espace plus respectueux de l’environnement. « A quoi bon en effet concocter des supers programmes sur l’économie climatique si les étudiants évoluent dans un cadre qui ne respecte pas le minimum des recommandations », glisse un urbaniste de la ville de Strasbourg dont l’université a ouvert un grand chantier de mise aux normes. Voilà pour l’enveloppe. Qui fait sa mue, trop lentement de l’avis des experts peut-être parce que le DD « dérange et commence à donner des boutons tant il remet en cause pas mal de choses et révise un certain nombre de disciplines » dixit Jacques Brégeon. Néanmoins des accords se nouent et la Charte du Développement Durable vient encore d’inscrire un nouvel adhérent, la Cité internationale universitaire de Paris.

 

Partenariats académiques avec l’industrie

Après l’enveloppe, le contenu, à savoir les programmes d’études. Bon nombre de grandes écoles et d’universités forgent des cursus diplômants autour du DD, « pour former une démarche scientifique et prospective ». La plupart de ces formations sont des 3e cycles de profils variés : financiers, juristes, chimistes, ingénieurs, économistes, spécialistes en RH… La création de chaires d’enseignement et de recherche soutenue par des industriels commence à se banaliser. Les premiers accords se sont noués avec les ingénieurs : Fondation de l’Ecole Polytechnique et EDF, Ecole des Ponts ParisTech/Lafarge, Collège de France/ Total, Centrale/Bouygues Constructions. Les écoles de commerce ont pris le pas pour des formations axées sur le DD et le management, l’organisation, la finance : ESC Toulouse/La Poste, BEM/ Suez Environnement puis les universités : Paris-Dauphine/CDC Climat, Cergy/ EDF… Pour l’industrie, ce mécénat relève d’un plan Com efficace pour leur image. Pour l’enseignement, outre un soutien financier, cela offre la possibilité de constituer des centres de recherche de premier plan.


Les débouchés prometteurs pour les ingénieurs

Le Commissariat Général au Développement Durable, nous précise que certaines filières sont porteuses pour l’emploi : véhicules décarbonés, énergies marines, agro carburants, éolien offshore, bâtiment basse consommation et deux secteurs ne connaissent pas la crise : le traitement des eaux et celui des déchets. En terme d’emplois, le développement durable devrait voir la création de quelques 600 000 postes d’ici 2020… Un métier encore assez confidentiel (une centaine surtout dans les firmes du Cac 40) aurait du potentiel : directeur du développement durable. L’APEC met quand même un bémol : sur un millier d’offres de postes dans l’environnement, à peine une centaine concerne les jeunes diplômés. Et surtout pas les généralistes. « La réalité tient en la spécialisation des métiers verts. Les entreprises ont besoin d’ingénieurs et de techniciens ». C’est du reste la vocation de l’EME. L’Ecole des Métiers de l’Environnement, née en 1992 à Rennes ne forme que des ingénieurs et des techniciens de haut vol. « Une petite fabrique d’ingénieurs en génie industriel pour le Grenelle », résume son président Jacques Brégeon.


SG


Contact :

Pour ceux qui ont la vocation verte : www.ecole-eme.com
Pour les étudiants intéressés : voir le site du Réseau français des étudiants pour le développement durable : www.refedd.org
Plus d’info sur la nouvelle chaire de Paris-Dauphine : www.chaireeconomieduclimat.org