Ce jeudi 23 janvier dernier s’est déroulée la conférence ExpoFrance2025 visant à présenter les thématiques d’étudiants issus d’établissements sélectionnés au préalable. A cette occasion, Jean-Christophe Fromantin, président du projet et actuel maire de Neuilly-Sur Seine et député des Hauts de Seine, a vu les choses en grand en conviant ses invités dans les locaux de Bouygues, l’une des 15 entreprises membres du « Club des partenaires fondateurs » de l’Expo.

Le projet ExpoFrance 2025 : késako?
Le projet ExpoFrance est né de la volonté d’un homme de redorer l’image de la France à l’international et d’intégrer les territoires au niveau national, à travers l’organisation de l’évènement fédérateur et intégrateur que constitue l’Exposition Universelle. Le dépôt de candidature étant fixé à 2016, le projet est actuellement à la phase de « brainstorming ». JC Fromantin a choisi de faire appel à la jeunesse pour mener à bien son idée:  » C’est avec les jeunes de maintenant qu’il faut fonder ce projet, car en 2025, ce seront eux les managers ! « . Le but est de faire participer le plus grand nombre d’acteurs au projet, afin de sensibiliser par la suite l’ensemble des français autour de cette belle initiative. Tirant profit des expériences passées, JC Fromantin sait combien il est indispensable de travailler avec la jeunesse :  » Ce concentré d’optimisme est 1véritable moteur pour l’Expo, les jeunes apportent un regard neuf et positif sur notre monde c’est pourquoi il faut les intégrer au processus, chacun avec leurs spécificités ! « 

La présentation des étudiants de ESCP Europe

6 écoles, 6 visions
6 écoles ont été choisies pour participer au projet : le Celsa; Sciences Po; ESCP Europe; l’HESAM -institut Michel Serres qui est un regroupement de formations diverses travaillant sur des projets communs; Paris I – Panthéon – Sorbonne et l’ENS Architecture Paris La Villette. Ces écoles d’excellence ont la particularité d’être toutes spécialisées dans un domaine d’expertise (ingénierie, commerce, architecture, tourisme…).JC Fromantin a opté pour une complémentarité des formations, dans l’optique d’enrichir les propositions. Après un travail de longue haleine, les écoles ont donc présenté leurs travaux devant le comité ExpoFrance2025, mais aussi des journalistes et politiciens intéressés par ExpoFrance2025. Malgré les projecteurs, les étudiants ne se sont pas laissés intimider, au contraire, lors de chacune des présentations on sentait une force de conviction : «  Il faut que l’Expo ait lieu en France  » clamait d’ailleurs un étudiant de Sciences Po. Les prestations se sont alors succédées : le Celsa s’est lancé dans une réflexion conceptuelle sur ce que signifie l’universalité, de même que ESCP Europe, qui a proposé des thèmes à explorer tels que le partage de la nourriture ou encore le temps. Paris I Panthéon-Sorbonne a revisité le thème de l’hospitalité, vertu peu reconnue chez les français, tandis que Sciences Po a rompu ses traditions théoriques en se lançant dans une démonstration plus concrète de l’Expo qu’ils imaginent pour 2025  » Many lives, One nature  » :  » Nous avons voulu présenter autre chose que ce que les gens attendent de nous !  » Ces derniers se sont alors rapprochés des écoles plus « scientifiques » participant au projet, telles que l’HESAM – Institut Michel Serres, qui a brillé par sa démonstration sur le « Génie du corps « ; mais aussi ENS Architecture Paris La Villette, dernière école à se présenter sur scène. Cette dernière a suggéré  » Expolab  » , et  » Voyage dans le monde du grand Paris « , deux orientations très détaillées, schématisées et vivantes, pour le grand plaisir du public !

Un étudiant de Sciences Po en pleine explication

Le ressenti des étudiants
Ce jeudi 23 février, les protagonistes étaient les étudiants ! A l’unanimité, tous semblaient fiers d’avoir pu prendre part à un tel projet ! « Nous avons très vite été convaincus par le projet ! Nous voulons montrer que nous avons quelque chose à offrir  » affirmait une étudiante de Paris I Panthéon-Sorbonne. Un engouement partagé par les autres écoles partenaires : « l’HESAM est un regroupement de plusieurs formations. Tous les semestres nous formons des groupes de travail mixtes et travaillons sur un nouveau projet. ExpoFrance était l’occasion pour nous de mettre à profit toutes nos spécificités. C’est un super projet !  » C’est après réflexion que les élèves de ESCP Europe ont décidé de se lancer dans l’aventure :  » Au départ, on avait peur que ce soit obsolète. C’est en creusant les thèmes que nous avons compris l’importance de cette aventure dans ce monde en perpétuel mouvement ! Nos premières réflexions ont abouti à 4 sous-thèmes que nous avons décidé d’approfondir. C’est ainsi que nous nous sommes vraiment lancés dans l’aventure !  » Tous sont satisfaits de leur prestation, mais surtout impressionnés par celles des autres : « Nous, on s’est surtout concentré sur l’aspect conceptuel, nous avons fait beaucoup de recherches en amont sur les termes. D »autres écoles, comme l’HESAM qui a fait une super présentation sur Le Génie du corps, se sont davantage concentrées sur du concret !  » nous confiait une élève de Celsa. De nouvelles écoles doivent rejoindre le projet dans les semaines à venir, espérons qu’elles nous réservent d’aussi bonnes surprises !

Et ensuite ? Par la suite, certains des étudiants présents lors de la conférence devraient être intégrés au projet. Récemment, une nouvelle étape a été franchie avec le lancement de la mission parlementaire, marquant ainsi le départ officiel du projet ExpoFrance2025. Désormais, JC Fromantin a deux ans pour se préparer et présenter avec son équipe un dossier de candidature en 2016 à la Commission.

Olympe Muller