Cet été, nous sommes six étudiants d’AgroParisTech à nous envoler vers Dakar pour mener le projet MYLAA pendant deux mois. Notre but : diffuser la culture de l’Artemisia annua afin de promouvoir une solution de traitement du paludisme. En diffusant les connaissances sur cette plante, nous souhaitons développer une filière autonome et durable, pour créer une dynamique locale dont bénéficieront les malades et les différents acteurs.

 

L’Artemisia annua, une polythérapie

Herbacée utilisée par la médecine traditionnelle chinoise, l’Artemisia annua contient de l’artemisinine, une molécule utilisée dans les médicaments anti-paludiques actuels (ACT). Mais l’intérêt de la plante réside dans les nombreuses autres molécules qu’elle comporte dans ses feuilles et ses tiges. Celles-ci agissent en synergie pour renforcer ou compléter l’action de l’artemisinine et ainsi éviter l’apparition de résistance. Prise sous forme de poudre et de tisane, l’Artemisia constituerait un traitement efficace possédant, en plus, un pouvoir répulsif contre les moustiques. Véritable “tout” contre le paludisme, cette alternative est à la portée de tous pour lutter contre ce fléau.

 

Le développement d’une filière locale

Depuis la création du projet par une étudiante en 2014, une équipe d’étudiants se rend chaque été au Sénégal, pour former des producteurs à la culture de cette plante. Les bénéficiaires de ces formations se sont désormais regroupés au sein d’une coopérative et se sont lancés dans la commercialisation. Nous avons établi un lien solide avec un relai local qui diffuse et réalise lui-même des formations à son tour.

 

Des objectifs 2018 ambitieux

En plus de réaliser des formations, nous souhaitons mettre en place cet été un atelier de transformation pour produire des gélules et tisanes. À travers la transformation et la commercialisation de cette plante, le but est de créer une filière durable et autonome, source de développement local. Pour la faire connaitre au plus grand nombre, nous allons aussi réaliser un film de notre mission. C’est un projet passionnant et tellement touchant quand on entend les retours bénéficiaires, comme cette femme qui a déclaré en nous remerciant : « Je dois dire, à 100 % ou 200 %, tout est bénéfique. Vous nous avez donné le maximum et on aimerait que chaque année vous puissiez venir. ».

 

Chiffres clés

  • 1 enfant meurt toutes les 2 minutes à cause du paludisme
  • 40 % de la population mondiale est menacée par le paludisme
  • 90 % des cas surviennent en Afrique subsaharienne

Equipe MYLAA

Contact :

artemisia.senegal@gmail.com

Retrouvez-nous sur Facebook  / Youtube / sur notre site /  Helloasso