C’est officiel, les Français sont de plus en plus connectés. Selon le second Baromètre de la Fondation APRIL / Institut BVA, ils passent en moyenne 4h30 par jour devant leurs écrans (soit 8 minutes de plus qu’en 2018). Une durée encore plus importante chez les diplômés du supérieur (4h44) ou chez les cadres, avec un record à 6h03 ! Vous ne voulez plus être esclave de votre smartphone ? Suivez le guide.

 

Niveau équipement, ils ne sont pas en reste non plus. 88 % des Français possèdent un smartphone (soit 8 points de plus qu’en 2018), 50 % ont un ordinateur fixe, 57 % une tablette tactile et 79 % un ordinateur portable. L’hyperconnexion : le nouveau mal du siècle ?

Sea, sun & smartphone

Des équipements qu’ils utilisent chez eux bien sûr, mais aussi au bureau. Quand le téléphone sans fil devient un vrai fil à la patte. Parmi les 4.5 millions de candidats inscrits sur la plateforme Qapa, 67 % ont ainsi déclaré dans un récent sondage avoir du mal à décrocher du boulot pendant leurs congés. A la question « Allez vous répondre à vos mails pendant les vacances ?», 63 % répondent par l’affirmative… même si beaucoup refusent d’office de décrocher leur téléphone.

Mais pourquoi rester connecté ? Par peur de perdre son emploi pour plus d’un quart des personnes interrogées. Mais aussi, beaucoup plus étonnant, pour tromper l’ennui pendant ses congés (22 % des sondés quand même !). Troisième raison pour ne pas lâcher son smartphone sous le parasol : parce que tout le monde le fait… ou le pouvoir du conformisme.

Comment quitter son smartphone à la plage ? Apprenez à déconnecter pendant les vacances

Déconnecter mode d’emploi

Et vous, êtes-vous prêts à déconnecter ? Rodolphe André, porteur du projet de l’Université APRIL sur la déconnexion et l’usage des mails en entreprise vous donne ses astuces pour y arriver. 

#1 Adopter des postures plus que des règles

Garanti par la loi depuis plus de deux ans, le droit à la déconnexion n’est pas pour autant tenu d’être formalisé par les entreprises. C’est ainsi que seules 16 % des entreprises ont édicté des règles propres à la déconnexion. Elles sont en revanche plus nombreuses à avoir établi une charte de bonnes pratiques. Un modus operandi recommandé par Rodolphe André. « Il faut s’affranchir de mettre un diktat sur un diktat. Le vendredi sans mails : une fausse bonne idée. Car ça ne vous empêchera pas de continuer à rédiger tous vos mails pour les envoyer samedi à la première heure. »

#2 Désactiver les notifications

Harcelé par les notifications de votre Outlook ? Halte au stress du petit rectangle bleu intempestif dans le coin de votre écran ! « Vous pouvez désactiver ce paramètre par défaut  et votre vie n’en sera que meilleure. ». Et celle de votre employeur aussi. « Selon les travaux d’un chercheur en sciences cognitives de Grenoble Ecole de Management il faudrait 30 % de temps en plus à un collaborateur interrompu pour réaliser la même tâche que quelqu’un qui reste focus. »

#3 Se ménager des plages de déconnexion

Une nécessité qui sera pourtant vouée à l’échec si vous ne fixez pas ces plages de manière collective. Pour établir un planning efficace, réalisez d’abord un diagnostic précis des personnes avec lesquelles vous interagissez le plus. Il s’agit de votre équipe directe ? Chaque fois que c’est possible, abandonnez le mail : parlez-vous, rencontrez-vous et faites des points réguliers.

#4 Urgent ou pas urgent ?

« Le mail est un canal asynchrone : quand il y a le feu et qu’il y a urgence, on appelle les pompiers, on leur envoie pas un mail ! Mettre la pression en écrivant URGENT dans l’objet d’un mail ou en mettant la moitié du CoDir en copie c’est contre-productif. » Pour soulager la pression, utilisez plutôt la recette suivante : « un objet succin et explicite et une indication précise du délai de réponse attendu. Vous pouvez également créer des dossiers temporisés : un par jour de la semaine et un gros dossier « Plus tard ». Quand vous recevez un mail, évaluez le délai maximum de réponse et rangez-le dans le dossier idoine. »

Le truc qui tue pour filtrer les mails en cas d’absence ?

Indiquez au bas de vos mails « un moyen efficace et discret de me joindre : le SMS ». Vous vous épargnerez beaucoup de stress et d’énergie perdue.

#5 Arrêter les mails parapluie

« Je mets le directeur en copie, on ne sait jamais… » Qui n’a jamais entendu ou prononcé cette phrase au bureau ?  Une habitude qui amène à une inflation exponentielle de mails quotidiens. Alors avant de remplir les champs cc. ou cci. « Demandez-vous vraiment pourquoi ce destinataire est important… et dites-le explicitement : « @Alice : pour info, @Thomas : pour action… ». Chacun saura alors quoi faire. »

Et pendant les vacances ?

Si votre fonction le permet, déconnectez COM-PLE-TE-MENT la première semaine des vacances et ne touchez plus à votre smartphone. « Il faut savoir se ressourcer pour être efficace : maintenir les gens à feu doux pendant toutes les vacances n’est efficace ni pour vous, ni pour vos interlocuteurs ». Qu’en est-il du fameux message d’absence indiquant votre « accès limité à vos emails durant vos congés » ou la possibilité de « joindre l’équipe pendant votre absence » ? Là encore, mieux vaut anticiper. Rappelez à vos interlocuteurs habituels vos dates de vacances, indiquez-leur que vous acceptez d’être sollicité par sms en cas de besoin mais que votre temps de réactivité sera plus long que lorsque vous êtes au bureau. Le mot clé ? Parler pour mettre les bons curseurs au bon endroit. »