FICHE D’IDENTITÉ :
Arnaud Vigier, 24 ans, diplômé 2015 de ESCP Europe, co-créateur de La Box BD

 

Passionné par la bande dessinée et la création d’entreprise, Arnaud est co-fondateur de La Box BD, fournisseur du meilleur du 9e art en box. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale pleine de promesses !

UNE PASSION AU COEUR D’UN PROJET ENTREPRENEURIAL
Grand lecteur de bandes dessinées depuis l’enfance, bercé par la collection de plus de 1 000 albums de ses parents, Arnaud a toujours voulu mêler passion et travail. « Vouloir créer sa boite, c’est tellement dur et exigeant, que sans une passion comme moteur c’est très difficile », confie-t-il. L’idée de ces coffrets BD mûrit pendant longtemps. Il s’inspire de ses rêves et de ses envies, de ses longues discussions avec Vincent, son ami d’école primaire. Arnaud, souhaite être créateur d’entreprise. Il s’appuie sur son expérience au sein de la junior entreprise de son école, ESCP Europe, et différents projets, pour passer le cap. Vincent, étudiant à NEOMA Business School, tenté par cette idée, décide finalement de suivre son ami dans l’aventure. Ils structurent concrètement leur idée, réalisent un business model, pour finalement incuber l’entreprise à NEOMA Business School en janvier 2015. L’aventure peut commencer.

 

UNE VOLONTÉ D’ENTREPRENDRE DEPUIS L’ENFANCE
Créer son entreprise autour de l’univers des bandes dessinées n’était pas le premier projet d’Arnaud. Dès le collège, il avait commencé un commerce de scoubidous ! Ensuite, pendant sa prépa économique et commerciale, option scientifique, il vendra des cannelés sur les marchés en Eure-et-Loire. Finalement, il choisit la spécialisation finance en intégrant ESCP Europe. De nature hyperactive (membre d’Art Maniac la troupe de théâtre de l’école, du Club Finance et capitaine de l’équipe de badminton…) Arnaud pense que ce projet de Box BD répond à de vrais besoins. « On s’est rendu compte que jamais il n’y a eu autant de nouveautés : on parle, aujourd’hui de 5 000 titres annuels contre 1 500 en l’an 2 000 ! Les lecteurs sont perdus », ajoute-t-il. L’important dans ce projet était d’apporter une vraie source de nouveauté et d’informations pour les fans littéraires. Concilier vie associative et vie entrepreneuriale n’est pas de tout repos. Parmi les autres contraintes de la création d’entreprise, il ajoute : « avoir une idée c’est une chose, mais la développer demande un nombre de compétences inouïes que l’on ne possède jamais intégralement.Que ce soient pour les compétences web de création de site, la rédaction des contrats ou la gestion de la fiscalité française (un enfer !) … Bien s’entourer c’est la clé ! ». Pendant son année de césure Arnaud avait réalisé deux stages : un premier en banque d’affaires (M&A) et un second dans un grand cabinet de conseil américain. « J’ai travaillé dur, très dur pendant cette année, terminant parfois à 3 ou 4h du matin pour pas grand-chose… Avec La Box BD j’ai découvert que rien n’égale le travail que l’on effectue pour soi : on se donne sans compter mais l’impact positif ou négatif est immédiat. » C’est à ce moment qu’Arnaud comprend que même si la formation était importante en tant qu’employé en début de carrière, être chef d’entreprise était son élément, ce à quoi il aspirait.

 

SON PROJET 2016 : FAIRE DE SON ENTREPRISE, LE LEADER DES BOX CULTURELLES
Rejoints par Fanny au cours de l’aventure, Arnaud et son ami Vincent écument les salons BD (Puteaux, We Do BD, Angoulême..) pour échanger avec les auteurs et les éditeurs dans un objectif constant d’amélioration du produit, tout en nouant des relations avec les partenaires. « Au début, c’était très difficile pour se fournir en bandes dessinées. La structuration du monde de l’édition est assez complexe et stratifiée entre les éditeurs, les diffuseurs, les distributeurs… Il a fallu convaincre de la pertinence de notre projet, et négocier les prix », conclut le co-fondateur de La Box BD. Aujourd’hui, grâce à l’envie et le dynamisme, apportés par ces deux jeunes gens, l’entreprise démarre sur des rails solides avec de nombreux partenariats. En fin d’année ils espèrent atteindre les 500 coffrets mensuels vendus.

 

Portait chinois
Valeurs : la curiosité et le travail. Il faut s’ouvrir aux autres, aux idées mais sans travail, nulle réussite n’est envisageable
Un animal
: un chat, habile, rapide et équipé de griffes
Une région : l’Auvergne sans hésiter, pour ses paysages et sa gastronomie
Une qualité que j’apprécie chez les autres : la loyauté
Une BD ? Difficile de choisir…Je dirais Neige de Didier Convard et Christian Gine pour le scénario envoutant qui en fait un classique qui brave le temps !

 

Par Arnaud Vigier