Thibault de Tersant (Essec 79, IEP 81), DGA,  supervise les finances, le juridique, l’administration des ventes, les relations investisseurs et la croissance externe de Dassault Systèmes depuis plus de 20 ans. Impliqué dans près de 25 transactions M&A, cet ancien Essec 79/IEP 81 a vu  l’éditeur spécialisé à l’origine dans les logiciels de modélisation pour les industries de l’aéronautique et de l’automobile mener une stratégie de diversification géographique et sectorielle réussie pour devenir leader mondial sur le marché des logiciels de gestion du cycle de vie des produits.

 

Qu’est-ce qui fait la spécificité de votre activité ?

Thibault de Tersant

Thibault de Tersant

Le credo de  Dassault Systèmes, c’est que le monde virtuel peut permettre d’innover
et de réaliser de meilleurs produits pour le monde réel. Nos applications logicielles permettent aux entreprises de toutes tailles, dans tous les secteurs, de définir et de simuler numériquement de meilleurs produits, plus satisfaisants pour leurs clients, et contribuant  à l’amélioration  de notre environnement, ainsi que les procédés et les ressources nécessaires à leur fabrication, leur maintenance et leur recyclage, et ceci dans tous les domaines de l’économie. Même si l’aéronautique, l’automobile et l’industrie pèsent lourd dans le chiffre d’affaires, une part de plus en plus importante des revenus provient de secteurs qui n’étaient pas adressés  auparavant comme la pharmacie, l’énergie, les infrastructures, l’électronique, les services et les biens de consommation.  DS apporte  aujourd’hui de la valeur ajoutée à 130 000 clients répartis dans  80 pays.

 

Quels profils  recherchez-vous ?
Notre croissance est tirée par l’innovation, avec plus de 40 % de nos effectifs engagés dans la R&D. C’est un vrai cadeau de travailler sur un éventail de technologies très attirantes comme  la virtualisation, la visualisation, les problèmes de géométrie complexe, les solveurs, des moteurs de  recherche, etc. DS recrute aussi des commerciaux après avoir repris la distribution de ses produits. On cherche des gens qui allient à la connaissance d’un domaine ou d’un secteur industriel un esprit conceptuel.  Nous vendons de la propriété intellectuelle, qu’il faut bien matérialiser par des contrats et des business models, ce qui exige une bonne familiarité avec les raisonnements conceptuels. La sensibilité internationale est importante car  le groupe réalise 95 % de son chiffre  d’affaires à l’export. Enfin les qualités d’adaptation sont essentielles car nous sommes sur un secteur qui évolue très vite. Ce qui nous importe – outre une  rigueur scientifique indispensable – c’est de trouver chez nos collaborateurs un  véritable goût d’entreprendre et une capacité à rechercher des solutions nouvelles.

 

Chez Dassault Systèmes, on est reconnu par ses compétences techniques, sa capacité à résoudre des problèmes et à aller dans le détail.

Estimez-vous que l’ESSEC et l’IEP vous aient bien préparés aux fonctions financières que vous occupez aujourd’hui ?
Le concours et la classe prépa m’ont  apporté cette capacité à conceptualiser, nécessaire chez Dassault Systèmes.  La première qualité d’un directeur  financier, c’est de créer un cadre relativement sûr pour que l’entreprise se développe sans faire d’à-coups. On ne gère pas que de la croissance, mais  les crises aussi. Pour gérer ces dernières, il faut  les voir venir. Le parcours ESSEC, puis IEP pour approfondir un certain  nombre d’aspects macro-économiques, m’a donné des outils pour anticiper.

 

B.B.

 

Contact :www.3ds.com/fr/company/jobs-careers