Dassault Systèmes est le leader mondial de l’édition de logiciels 3D et des solutions de gestion du cycle de vie produits. Rencontre avec Valérie Raoul-Desprez (ESCP Europe 87), Directeur Financier Groupe.

Valérie Raoul-Desprez (ESCP Europe 87), Directeur Financier Groupe

Valérie Raoul-Desprez (ESCP Europe 87), Directeur Financier Groupe

Les logiciels de Dassault Systèmes permettent d’imaginer, de simuler et d’expérimenter en 3D les produits en créant les conditions d’une innovation durable. Grâce à des solutions technologiques avancées, ses 130 000 clients, établis dans 80 pays et opérant dans de très nombreux secteurs d’activité, peuvent générer des économies substantielles en intégrant l’ingénierie, le design et la fabrication de leurs produits dans un modèle 3D unique et peuvent ainsi mieux gérer leurs cycles de vie. Elles permettent également de réunir toutes les parties prenantes au sein d’univers virtuels, du concepteur au consommateur, pour concevoir le meilleur produit au meilleur moment.

 

Quels sont les grands atouts de votre groupe ?

Dassault Systèmes a une capacité très importante d’anticipation et de réactivité aux évolutions de la société. C’est également un groupe qui consacre chaque année des ressources significatives à la R&D, en lui allouant plus de 20 % de son CA. Autre atout, la grande qualité scientifique de ses chercheurs, qui ont su créer des ruptures technologiques et les inscrire dans la durée.

Comment est organisée votre direction financière ?

Notre équipe est composée de 380 personnes réparties au niveau mondial. Mes responsabilités englobent les fonctions Corporate (contrôle de gestion, consolidation, trésorerie, fiscalité et achats), nos 5 centres de services partagés comptables, les directions financières de nos 3 géographies –Amériques, Asie-Pacifique et EMEA–, et celles des 7 marques de logiciels du groupe (dont historiquement CATIA et plus récemment Exalead). L’audit interne, la communication financière et les M&A rapportent directement au directeur général adjoint Affaires financières, en charge également des affaires juridiques et de l’administration des ventes.

Quelle contribution apporte votre direction financière au développement du groupe ?

Après plusieurs acquisitions significatives et avec la reprise progressive du réseau de distribution confié à IBM durant 20 ans, Dassault Systèmes a amorcé à partir de 2007 une réorganisation majeure de ses activités afin de dégager les synergies technologiques, commerciales et administratives attendues. Sa forte croissance nécessite une agilité grandissante de ses métiers et de ses équipes pour répondre aux besoins du marché et être capable d’intégrer efficacement ses acquisitions. Pour accompagner cette mutation, notre direction financière a été leader dans la transformation des fonctions supports en créant à la fois des pôles d’expertises et des centres de services partagés comptables, tout en conservant des équipes très impliquées au sein de nos marques.

A quelles problématiques vos équipes finance sont-elles confrontées ?

Les fonctions sont assez classiques pour un groupe coté en bourse, mais leur exercice dans un contexte de forte croissance, de financement de l’innovation et d’intégration régulière de nouvelles acquisitions une réactivité et une flexibilité importantes. L’exigence de performance s’est traduite par un fort investissement sur les systèmes d’information, des processus standards, la mutualisation des moyens et des expertises. Afin de mieux focaliser l’entreprise et les équipes financières sur les priorités business. Par ailleurs, Dassault Systèmes dispose d’un cashflow significatif et l’optimisation de la trésorerie est donc un de nos objectifs prioritaires, qui nous a conduit à mener plusieurs projets de cash pooling et de gestion électronique des flux.

Que proposez-vous aux étudiants et aux jeunes diplômés finance ?

Nous leur offrons de nombreuses opportunités sous la forme d’apprentissage en alternance, de stages, et d’embauches en CDI. Pour nos équipes finance en France, nous accueillerons cette année une dizaine de stagiaires et/ou apprentis dans nos métiers de contrôle de gestion, de fiscalité et de trésorerie. Pour l’ensemble du groupe en France, 210 stages et 70 formations en alternance seront proposés. Nos embauches de jeunes diplômés finance concernent principalement des postes en contrôle de gestion et en audit interne. Nous attendons de ceux qui nous rejoignent qu’ils aient envie de participer à un véritable projet d’entreprise. Les défis qu’ils ont à relever leur donneront l’occasion de démontrer leur créativité, leur capacité de travail collaboratif, de rigueur et de passion, des qualités primordiales pour nous.

Quelles compétences vous êtes-vous attachée à développer pour pouvoir exercer, à 28 ans, votre première responsabilité de DAF ?

Après l’ESCP, l’audit me semblait une voie facilitant l’acquisition de compétences techniques, notamment en comptabilité, base des compétences financières. L’audit interne de Rhône Poulenc était connu à l’époque pour être la pépinière des jeunes financiers du groupe et offrait une exposition internationale dès les premières missions. Après trois ans d’audit international, j’ai eu l’opportunité de créer le département d’audit interne en Amérique du Nord, ce qui m’a permis d’approfondir mes connaissances des processus opérationnels, de gérer des équipes et de développer mon sens de l’éthique. Par ailleurs, l’exposition régulière aux directions générales et aux composantes multiculturelles m’ont permis de construire un réseau professionnel important et d’acquérir une certaine visibilité.

Comment avez-vous géré votre première expérience de DAF ?

Succéder à mon patron et devenir manager d’une équipe de plus de 50 personnes a été un gros challenge pour moi. Bousculant l’ordre établi en étant promue jeune et femme dans un monde majoritairement masculin, l’enjeu a été pour moi de rester modeste, à l’écoute des besoins d’autonomie de mes équipes. J’ai appris à prendre des décisions importantes en m’appuyant sur mes propres compétences et surtout sur celles de mes collaborateurs. Cela m’a permis de développer un certain leadership, ce qui est essentiel à un directeur financier !

Quels nouveaux challenges, après deux décennies dans l’industrie chimique, aviez-vous envie de relever en rejoignant Dassault Systèmes ?

Après avoir participé, en tant que contrôleur financier, au sauvetage de Rhodia entre 2003 et 2006, j’ai éprouvé le besoin de prendre du recul et de réfléchir à l’orientation que je souhaitais donner à ma carrière. J’avais envie de rejoindre une entreprise saine financièrement, en croissance, de taille plus petite, qui me donnerait la possibilité de me rapprocher des sujets business. Chassée par un cabinet, j’ai été séduite par le dynamisme, la dimension grande « start-up » high-tech et par le challenge de transformation de la fonction financière que Dassault Systèmes me proposait. Que conseillez-vous aux futurs diplômés ? D’aller d’abord vers l’environnement qui leur convient –meilleur moyen d’exprimer ses qualités–, et d’oser l’international. La finance d’entreprise offre une grande variété de métiers : pour développer vos compétences, n’hésitez pas à changer de postes car c’est la richesse des expériences qui fait l’étoffe. Réclamez aussi plus de responsabilités si vous vous ennuyez. Avoir le souci d’apporter davantage que ce que l’on vous demande est une occasion de démontrer votre potentiel et de pouvoir être reconnu !

Faits et chiffres
DG : Bernard CHARLES
Activité : Edition de solutions 3D et de gestion du cycle de vie des produits
Chiffre d’affaires : 1 580 millions d’euro (2010)
Employés : 9 000 personnes
Implantations : 80 pays – Europe – Moyen-Orient – Amériques – Asie-Pacifique

Métiers jeunes diplômés/ jeunes expérimentés 2011
Stages étudiants : 210 stagiaires
Volume de recrutement : 250 postes estimés

 

CG

 

Contact :DASSAULT SYSTEMES
10 rue Marcel Dassault – 78140 Vélizy-Villacoublay
Tél : 01.61.62.61.62
www.3ds.com
Contact recrutement : isabelle.cote@3ds.com