Comment dépasser le principe d’action–réaction dans l’enseignement des langues étrangères, selon lequel l’enseignant maîtrise le contenu des échanges langagiers et devient l’initiateur des dialogues ? À GEM, nous simulons des procès dans un décors réaliste d’un Tribunal de Justice pour permettre aux étudiants d’abandonner le rôle passif et de devenir acteurs de leur propre apprentissage.

 

Stimuler la prise de parole dans l’enseignement des langues

Dans le modèle classique d’enseignement des langues, le rôle des étudiants reste assez souvent passif. Pour stimuler l’implication des étudiants, j’ai mis en place une nouvelle méthode pédagogique d’enseignement de langue vivante qui permet aux étudiants de développer la prise de parole et la prise d’initiative et les rend, à terme, acteurs de leur propre formation.

La méthode consiste à simuler un procès dans un décors réaliste d’un tribunal, où les étudiants jouent les rôles des protagonistes en question (juges, avocats, accusés, …). Outre l’apprentissage de prise de parole en public et d’argumentation, cette innovation pédagogique vise aussi à la création de liens entre les langues et les autres matières enseignées à GEM (droit, management etc.) et à la formation des managers responsables, tout en stimulant la pensée critique et la réflexion sur les enjeux et défis sociétaux.

Le procès : un jeu de rôle idéal

Le droit est une discipline qui encadre les relations entre les personnes et les groupes, que ce soit dans le monde politique, dans les entreprises ou dans les familles. Dans l’exercice du droit, la résolution des conflits suit un cadre fortement codifiée d’interaction, appelée procès, dans lequel les divers acteurs impliqués doivent faire preuve d’une bonne capacité de réflexion et d’argumentation. Dans ce sens, la simulation d’un procès est un excellent outil pour l’enseignement d’une langue étrangère.  En effet, les étudiants acquièrent des compétences sociales et langagières dans une situation de vie réelle. Un autre intérêt du procès en tant que jeu de rôle réside dans le gain en autonomie. En effet, une quantité importante d’informations doit être recherchée et traitée par les étudiants eux-mêmes puisqu’ils en auront besoin pour pouvoir argumenter lors de la confrontation avec leurs pairs.

Et les étudiants passent à l’acte …

Une simulation de procès, faite en décembre 2018, était basée sur la pièce « Terror » de F. von Schirach. Un avion de ligne, détourné par des terroristes se dirige vers un stade où 70 000 personnes assistent à un match. Un pilote de chasse décide alors de l’abattre pour sauver la vie des spectateurs, en  agissant contre l’ordre du ministre de la défense. Tous les passagers de l’avion meurent lors du crash dans un champ inhabité. Lors du procès du pilote plusieurs questions se posent, par exemple : L’accusé est-il un héros ou un meurtrier ? A-t-on le droit de peser une vie contre une autre ?

Après l’explication du fonctionnement d’un tribunal, du déroulement d’un procès et la distribution des rôles, les étudiants font des recherches sur le contexte juridique en question, établissent les stratégies d’accusation et de défense, et préparent les plaidoiries. La tenue du procès simulé est faite de manière très soignée : le positionnement physique dans la salle respecte les codes du Tribunal et les étudiants portent des robes de magistrat et d’avocat.  Ceci permet une totale immersion des étudiants dans le jeu rôle.

Enfin, les étudiants assistent à une audience à la Cour d’assises de Grenoble. Ceci est un point important pour clôturer ce travail, parce qu’il permet aux étudiants de se confronter à la réalité. C’est une excellente occasion d’analyser les plaidoiries et d’en tirer profit pour les futurs exercices d’argumentation.

Le verdict : une méthode plébiscitée par les étudiants

« L’interactivité à l’oral est cruciale, on en ressent des effets immédiatement sur la qualité de notre expression orale et sur la structure de notre pensée. »

 

 « Le travail autour du procès est très intéressant puisqu’il permet de travailler à la fois l’argumentation, mais aussi l’improvisation lorsqu’une question inattendu apparaît.»

 

« La visite au tribunal a été extrêmement enrichissante. Il était intéressant de découvrir la réalité, loin des représentations que nous en avons habituellement à travers des films ou séries. »

 

« Très intéressant et instructif. Nous avons bien pu percevoir la stratégie des avocats des deux parties. »