Quid de la mise en avant des pédagogies innovantes (MOOCs, TD, cours magistraux, serious games, pédagogie inversée, usage de la vidéo, des réseaux sociaux…) ? L’avènement d’internet a révolutionné le monde dans plusieurs secteurs d’activités dont l’enseignement supérieur. Les enseignants doivent s’adapter à une nouvelle génération d’apprenants pour lesquels internet, smartphones et divers objets connectés font partie du quotidien. Pour ce faire une pédagogie innovante a été mise en place pour adapter l’enseignement au digital et captiver au mieux l’attention des étudiants. Par Inès Trojette, Docteur en économie, Chargée d’enseignement et de recherche à l’ESPI Paris, Enseignante en économie et marketing

 

Parmi les pédagogies innovantes, j’utilise dans mon cours la pédagogie inversée où mes étudiants préparent le cours à l’aide de mes lectures recommandées telles que les livres, les sites internet, les Moocs et les articles. J’ai remarqué que les étudiants arrivent en classe « chargés » de questions, d’interrogations et d’envies aussi. La séance en classe se transforme dès lors en un travail en groupe, un brainstorming de ce qui a été trouvé et un encadrement plus personnalisé. Mes étudiants se sentent ainsi plus impliqués, intéressés et motivés pour le cours. Mon rôle n’est plus uniquement de transmettre le savoir, mais également un rôle d’encadrant accompagnateur. J’ai réalisé que les étudiants retiennent mieux en cherchant eux mêmes les informations.

Dans ce même contexte, mes séances d’amphi sont devenues plus interactives. Chaque groupe d’étudiants travaille sur un chapitre précis, et au début de chaque chapitre les étudiants présentent la synthèse à l’ensemble de l’amphi. À partir de leur restitution, j’anime une discussion collective entre ceux qui présentent et ceux qui assistent. La séance d’amphi devient ainsi plus interactive qu’auparavant.

L’usage des vidéos pendant mon cours est un autre moyen pour captiver l’attention des étudiants et les aider à retenir les notions essentielles. Si “une image vaut mille mots”, imaginons l’impact d’une vidéo de 5 minutes avec plusieurs images.  L’efficacité d’une vidéo est particulièrement adaptée pour aborder, détailler, résumer et mieux retenir certains sujets (une période de l’histoire, visualiser la construction d’un immeuble et ses transformations dans les années) complexes de façon beaucoup plus claire. L’usage des vidéos est très intéressant pour les étudiants ayant une mémoire visuelle et ceux qui ont une mémoire auditive. En effet, une vidéo de 3 à 5 minutes permet de résumer quelques fois plusieurs sections d’un cours.

Récemment, nous avons adopté les learning labs sur des sujets d’actualités économiques. Les étudiants écrivent leurs idées lors de séances de brainstorming. Des Post-it peuvent aussi être affichés puis déplacés en fonction de l’avancement de la discussion.

De plus, les réseaux sociaux comme Facebook favorisent le travail collectif. Le délégué d’une de mes classes a crée une page Facebook dédié au master (exemple : Master 1, MAEC 1). Cette page dédiée à leur master permet de contrôler les personnes voulant se joindre à leur groupe. Ainsi, les étudiants partagent avec toute sa promo le cours ou les partiels des années précédentes, et d’autres étudiants commentent et corrigent. Cette méthode permet aux étudiants de communiquer plus rapidement. Comparativement aux échanges par mails, cela permet d’échanger instantanément en partageant des informations utiles à tous. Cet échange développe l’esprit critique des étudiants, favorise la continuité pédagogique, motive, incite à l’autonomie et à la prise de confiance

 

Actuellement, les questions pédagogiques occupent une place importante dans l’enseignement supérieur. Les écoles de management doivent être en phase avec l’accélération mondiale de ces innovations pédagogiques.

[Dans mon cours] L’étudiant studieux n’est plus, …bienvenue à l’expérimentateur de connaissances !