L’étude de cas, nous y avons tous déjà été confrontés pendant nos études. Une vingtaine de pages que l’on doit s’approprier pour construire sa réflexion autour d’une problématique donnée, et au final une méthode pédagogique au croisement de la synthèse, de l’analyse et de la recommandation qui a fait ses preuves… Mais l’environnement change et nos méthodologies pédagogiques doivent également s’inscrire dans ce mouvement de mutation. C’est ainsi que j’ai choisi de faire basculer ma salle de classe en plein cœur du 21è siècle ! par Alain Goudey, Directeur de la Transformation Digitale de NEOMA Business School & Professeur de Marketing

 

RÉINVENTER LA SALLE DE CLASSE

Beaucoup soulignent qu’en tant que professeurs nous sommes confrontés à une génération à l’attention volatile, facilement distraite par les smartphones et autres tablettes ! En qualité d’enseignant spécialiste des technologies j’y vois, pour ma part, une formidable opportunité pour réinventer la salle de classe, et en faire un espace digitalisé, dédié à l’expérimentation et à l’apprentissage. J’ai choisi d’aller plus loin que la simple transmission d’information… Le tout bercé par une certitude : avec Internet, être enseignant aujourd’hui ne signifie plus être le seul détenteur du savoir… Depuis deux ans déjà je propose des études de cas en Réalité Virtuelle Immersive à mes étudiants. Ainsi, à ce jour ce sont déjà plus de 2000 étudiants de NEOMA BS qui ont utilisé mon étude de cas marketing utilisant la Réalité Virtuelle Immersive, casque sur la tête et sens complètement en éveil.

L’usage de la Réalité Virtuelle en classe existe déjà, notamment dans le domaine de la sécurité, de la défense et du design industriel… Cependant, dans les Grandes Ecoles de Management, cela n’avait encore jamais été fait ! Chez NEOMA Business School c’est avec l’approche ExE (« Experiential Education ») que j’ai créé que les casques de Réalité Virtuelle ont fait leur entrée dans ma salle de classe ! Depuis 2016, mes étudiants visitent, depuis nos campus, une de nos entreprises partenaires comme s’ils y étaient ! Dans le cadre de notre cours de marketing du point de vente : la visite de 6Netic, société de réparation de mobiles, qui permet aux étudiants de mieux appréhender l’organisation et l’impact du lieu de vente sur les comportements des consommateurs et des collaborateurs. Cependant, si la technologie et le digital sont plus que jamais dans l’ère du temps, ce n’est pas que pour des raisons de tendances que j’ai opté pour cette approche d’enseignement d’un nouveau genre.

© Néoma Business School

L’EXPÉRIENCE MOTEUR DE L’APPRENTISSAGE

Plus qu’une balade numérique, cette mise en situation propulse mes étudiants dans un environnement parfaitement réaliste qui force à la réflexion : compréhension de l’organisation du site, analyse des choix croisés avec les résultats commerciaux, recommandation stratégique pour optimiser le point de vente avec à la clé la formalisation d’un plan d’actions opérationnel argumenté…

En cassant une image de l’apprentissage un peu vieillissante et en plaçant les étudiants au cœur même de l’expérience, le succès a été au rendez-vous ! Ce retour n’est finalement pas surprenant quand on sait à quel point l’expérience est ce qu’il y a de plus efficace sur le plan pédagogique bien qu’elle reste particulièrement difficile à transmettre. Fort de ce constat, nous finalisons une seconde étude de cas cette fois dans le domaine du Supply Chain, en partenariat avec le plus grand point Drive de France de l’enseigne E.Leclerc. Et j’espère que nous ne nous arrêterons pas là avec l’ambition de revisiter complètement nos pratiques pédagogiques pour ancrer NEOMA BS et son enseignement dans le 21è siècle.

 SE PRÉPARER A L’ENTREPRISE DE DEMAIN

Les lacunes technologiques d’une certaine génération de managers encore en place dans nos organisations et leurs impacts sur la performance de ces mêmes entreprises n’est plus à démontrée… En introduisant les casques de Réalité Virtuelle Immersive dans ma salle de classe c’est aussi cela que j’essaye de contre balancer.  En l’ayant déjà expérimenté, mes étudiants, futurs leaders de demain, en mesurent à la fois les possibilités mais aussi les limites. Car attention si la Réalité Virtuelle Immersive représente une vraie opportunité pédagogique et sera à ne pas en douter une des grandes facettes de l’entreprise de demain, elle ne sera pas non plus la solution à tous ses enjeux. Gare à l’utopie !