Depuis 2016, Audencia explore la Culture Maker à travers différents formats pédagogiques qui ont tous un point commun : permettre aux apprenants d’expérimenter les activités liées au mouvement Maker, Do It Yourself (DIY) et Do It With Others. Il s’agit de s’approprier les technologies innovantes et actuelles pour apprendre, créer et prototyper soi-même des solutions à des problèmes donnés. Par Aline Polipowski, responsable de projets pédagogiques, Audencia.

 

Jean-Marc Charlot, professeur de management, est à l’origine de ce projet. Il a imaginé et animé les séances proposées sous forme :

– d’initiations, comme celle réalisée pour les étudiants du Mastère Spécialisé® Marketing, Design et Création en mars 2018 autour de l’électronique intitulée « De la loi d’Ohm aux objets connectés ».

– d’ateliers, comme celui organisé pour les étudiants d’Audencia, tous programmes confondus sur la base du volontariat, en avril-mai 2018 avec au total six séances de 2h chacune. Les participants ont réalisé des enseignes lumineuses avec des emballages en carton, une découpeuse vinyle et un bandeau de LED, modélisé et imprimé des objets avec une imprimante 3D ou encore programmé des objets connectés (un ventilateur contrôlé à distance) avec un module Arduino. Le tout sans avoir nécessairement de connaissances préalables dans le domaine.

– des séminaires thématiques, comme ceux organisés en partenariat avec le FabLab Plateforme C de l’association PiNG, pour les Exec MBA sur une journée ou encore les deux séminaires proposés annuellement lors de la Semaine de l’Alliance, à l’ensa (école d’architecture de Nantes), sur trois jours. Intitulés « La maker experience de l’Alliance », ces séminaires permettent aux étudiants d’Audencia, de Centrale Nantes et de l’ensa Nantes, de concevoir et réaliser un objet en utilisant trois techniques de fabrication numérique différentes et complémentaires : l’impression 3D, la découpe vinyle, la découpe laser. Lors de la première édition, l’objectif fixé aux participants était de revisiter le Biplan en concevant, modélisant et fabriquant les pièces manquantes du modèle d’avion distribué afin qu’il reflète leur vision de l’ingénieur-manageur-architecte de demain. La deuxième édition les invitait à concevoir et fabriquer une Marble Machine métaphorique : une variante du flipper où chaque obstacle est porteur de sens.

Pour les apprenants, ce cycle d’activités est un moyen de développer sa créativité, sa connaissance des technologies émergentes et de mieux appréhender la manière dont les produits sont conçus. Certains des ateliers étaient ouverts aux étudiants de tous les programmes d’Audencia : l’opportunité pour eux de rencontrer des personnes d’horizons divers et d’échanger sur des idées, des cultures et des approches différentes.

Après ces premières expériences concluantes, montrant l’intérêt de ce type d’activités pour une telle diversité de public, le projet vise à s’étoffer. D’autres dispositifs émergent, et Jean-Marc Charlot a élargi les publics visés. Des cycles d’initiation ont ainsi été lancés auprès du personnel Audencia, réunissant près de 50 personnes.Les activités ont également été pensées sous forme de modules pédagogiques intégrés à un parcours plus large.

Au-delà de l’acquisition de compétences autour des nouvelles technologies offertes par les outils numériques, ces activités sensibilisent les participants aux enjeux qu’elles soulèvent dans notre société. Une façon de questionner notre rapport à la consommation (upcycling, etc.) et à la façon dont on peut lutter contre l’obsolescence programmée, par exemple ou revenir à des modes de conception low tech.

 

Encore + de news sur Audencia !

100 % data sup’ – Épisode 2 – Audencia Grande École