C’est en faisant que l’on apprend… Cela pourrait être la maxime qui nous a menés à développer un cas d’entreprise grandeur nature dans le Parcours « Conseil et Audit » du Programme Grande Ecole de NEOMA Business School. Les professeurs dans la peau des collaborateurs d’une entreprise fictive, des professionnels dans le rôle d’auditeurs encadrants et les étudiants dans celui des assistants auditeurs… Dans mon cours, je réunis tous les ingrédients d’un véritable audit ! De quoi placer les étudiants dans un environnement nouveau, dans lequel ils sont jugés sur leur savoir-faire mais aussi leur savoir-être ! Une mission haute en couleur et en stress, qui les amène à se surpasser et bien souvent… ils en redemandent ! Par Nathalie Subtil, Enseignant chercheur en Comptabilité, Responsable du département Comptabilité, Contrôle et Affaires Juridiques, NEOMA Business School

 

Faire venir les conditions de l’audit jusqu’aux étudiants

Les vertus pédagogiques des études de cas ne sont plus à prouver : mise en pratique des acquis théoriques, dynamisme dans l’apprentissage, développement de la capacité d’analyse, etc. C’est d’ailleurs pour cela que, depuis longtemps, les Business Schools s’appuient sur cette méthode d’enseignement active. Je ne déroge pas à la règle dans mon cours « A la rencontre de l’Audit ». Chaque année, à l’issue d’un module théorique de 30 heures, dispensé essentiellement par les plus grands cabinets d’audits, mes étudiants sont propulsés dans une simulation pas comme les autres. Au programme de cette journée : une mission d’audit dite « légale », au sein d’une organisation, quant à elle, purement fictive. Pour cela, mes étudiants prennent la fonction d’assistants auditeurs. En équipe, et forts des enseignements reçus en amont de la journée de mise en situation, ils doivent mener l’audit de l’entreprise dans des conditions plus que réelles, car si le cas est fictif, l’entreprise dispose toutefois de salariés, de comptes, de clients, de fournisseurs, etc.

Une entreprise et des collaborateurs plus vrais que nature

Après une rapide présentation du cas, animée par des professionnels, qui jouent durant la journée leur rôle de membres de l’équipe d’audit aux côtés des étudiants, ces derniers se jettent dans le grand bain. Si nous prêtons attention à faire évoluer chaque année le cas, avec de nouvelles données notamment, nous veillons à ce que l’exercice pédagogique soit aussi réaliste que possible. L’objectif : permettre aux étudiants de se confronter aux réalités des missions d’audit, tels qu’ils les vivront en stage ou dès leur diplomation. Pour cela, nous faisons les choses en grand ! Factures, relevés de comptes bancaires, fiches fournisseurs, organigramme… Les étudiants disposent de l’ensemble des documents nécessaires pour mener leur mission à bien. De même, pour affiner leur analyse, ils prennent des rendez-vous avec les collaborateurs fictifs, joués, quant à eux, par des professeurs. Les professeurs mobilisés s’attribuent des personnalités atypiques, proches de celles auxquelles nos étudiants seront confrontés plus tard dans leurs fonctions d’auditeurs : Comptable sympathique (peut-être trop), Directeur financier acariâtre (mais finalement collaboratif), Directeur général très (trop) pressé. Le tout dans un environnement de défiance puisque, pour mettre les étudiants à l’épreuve et mesurer leur capacité d’analyse, les documents d’audit présentent quelques incohérences et fausses informations… Naturellement, ils ne sont pas seuls dans l’exercice car en tant qu’assistants, ils sont encadrés par des seniors et des managers. C’est l’occasion de mettre leurs acquis en pratique tout en développant leur réseau professionnel grâce aux rencontres avec les professionnels mobilisés sur place !

 

Mesurer le savoir-faire… comme le savoir être !

Le premier objectif de cette mission d’audit montée de toute pièce est bien de mesurer chez nos étudiants la maitrise des notions fondamentales abordées précédemment en cours. Pour cela, à l’issue de la journée chaque équipe présente les résultats de son audit face à un jury composé par les professeurs de NEOMA Business School et les professionnels mobilisés. La qualité de leur analyse est ainsi évaluée. Mais pas seulement. Il s’agit aussi de pouvoir évaluer leur comportement face à des interlocuteurs qui ne sont parfois pas disponibles et, pour certains, peu facilitateurs. Mode d’expression, gestuelle, réactions… Cette mise en situation se révèle être une porte ouverte sur les comportements des étudiants, la maitrise de leurs émotions et leur pugnacité face à des personnalités parfois atypiques. Cela fait partie des axes sur lesquels il est essentiel de les évaluer. Car, ne l’oublions pas… L’Audit, n’est pas qu’une affaire de chiffres mais aussi une fonction où le relationnel client mais également au sein de l’équipe s’avère prépondérant !