Cet article a 3 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.

La « guerre des talents » entre dans une nouvell e ère. Les jeunes générations affichent des envies spécifiques qui incitent les entreprises à repenser leur marque employeur et proposer des schémas d’intégration plus dynamiques. Directrice du NewGen Talent Centre l’EDHEC , Manuell e Malot plaide en faveur d’une meill eure connaissance des aspirations des diplômés et propose un focus sur les métiers du marketing et de la vente.

Si les entreprises cherchent à attirer les meilleurs, adoptent-elles les bons discours ?
Elles doivent prendre en compte un facteur nouveau : les jeunes ont conscience des problématiques de marque employeur. A ce titre, elles doivent mettre de côté les discours trop marketing qui consistent à promettre des « belles carrières » sans prouver quoique ce soit. Aujourd’hui, les étudiants ont besoin de témoignages pour se faire une idée précise des intérêts qu’ils ont à rejoindre tel ou tel employeur.

 

Qu’est-ce qui les motive ?
L’étude du NewGen Talent Centre s’est intéressée aux aspirations des jeunes sur le marché du travail. Tout d’abord, ils souhaitent intégrer une entreprise apprenante et évoluer dans un environnement où ils pourront grandir, se développer. Ils recherchent aussi une diversité de missions, avec une volonté féroce de ne jamais s’ennuyer. Enfin, ils montrent une forte appétence pour l’international, que cela se traduise par des missions à l’étranger ou des interactions avec des profils multiculturels.

 

On parle beaucoup de talent. Est-ce que cette notion vous convient ?
C’est une notion à la mode qui correspond à la considération que l’entreprise doit porter aux hommes et femmes qui la composent. Le « talent manager » a remplacé le gestionnaire des ressources humaines qui avait lui-même pris la place du chef du personnel… A mon sens, le talent contient un aspect fondamental nouveau, les soft skills. L’objectif n’est pas d’acquérir seulement des compétences techniques mais bien un comportement professionnel adapté : capacité à apprendre, à travailler en équipe, à communiquer efficacement… A l’EDHEC, nous développons particulièrement les soft skills de nos étudiants et les aidons à rejoindre les « graduate programmes » pour développer rapidement leur carrière.

 

Quelques mots sur ces « graduate programmes »…
Il s’agit de parcours d’intégration en entreprise de 2 à 3 ans, sélectifs et exigeants, où les jeunes diplômés bénéficient d’un programme de coaching et de mentoring, entre des rotations sur plusieurs métiers, filiales ou pays le tout entrecoupé de sessions de formation. Ces parcours répondent aux aspirations des « new gen » et sont un excellent moyen pour les entreprises de s’attirer les faveurs de ces talents internationaux.

 

Les métiers marketing et vente intéressent les jeunes diplômés. Quelles sont leurs opportunités ?
Ce sont des métiers où l’on retrouve les dimensions d’apprentissage, de diversité des missions et d’international importantes pour les nouvelles générations. Je conseille aux jeunes diplômés de maitriser le « terrain », de privilégier l’opérationnel tout en restant ouverts et agiles, notamment dans une logique de mobilité fonctionnelle. Autre élément important : la digitalisation. Les jeunes doivent être parfaitement formés aux nouvelles évolutions du marketing web, notamment lorsqu’ils souhaitent évoluer dans le secteur du retail. Notre MSc in Marketing Management, propose une formation poussée à toutes ces évolutions fondamentales du métier au sein même de son tronc commun.

 

Quelles évolutions caractérisent ces métiers ?
Nous constatons un intérêt fort pour les industries du luxe et de l’« entertainment », secteurs pour lesquels nous proposons des électifs de formation innovants. Une autre révolution concerne le Big Data. Nous accompagnons nos étudiants pour qu’ils maîtrisent les enjeux du management des données. S’ils n’ont pas vocation à devenir des data scientists, ils doivent être en mesure de maîtriser les strategic analytics pour piloter efficacement leur business.
Enfin, nous mettons l’accent sur le retail management et des disciplines telles que le management des canaux de distribution, le store design, l’e-retailing… A cet égard, nous avons ouvert en 2012 une chaire de recherche portant sur l’impact des nouvelles technologies sur le management des marques alimentaires, les modes de distribution des produits et des marques. Ces travaux nous permettent d’être à la pointe sur ces sujets et d’alimenter idéalement nos jeunes.

 

Manuelle Malot,
Directrice du NewGen Talent Centre l’EDHEC

Cet article a 3 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.