Ne crains pas l’avenir ! Les métiers du contrôle de gestion et de l’audit tournent à plein régime dans un monde obnubilé par la performance et la maîtrise du risque. – Par Patrick Simon

 

 

T’AURAS DU TAF À COUP SÛR

L’audit et le conseil, dominés par les «big four» qui regroupent près de 26 000 consultants, et des milliers de cabinets (www.consultingnewsline.com/ Cabinets), représentent le troisième employeur des jeunes diplômés des grandes écoles. De plus, 42 % des auditeurs internes des entreprises sont issus des grandes écoles.
Conseil d’ami : consulte le site de l’APEC (https://cadres.apec.fr/…emploi)
En moyenne 1 800 offres d’emploi – Contrôle de gestion, audit.

 

SI TU AIMES LES CHIFFRES

La finance, la gestion, les comptes, les bilans, les mesures de performances, les ratios, les reportings, les tableurs, les bases de données… bref, tous ces instruments qui mesurent la performance de l’entreprise à travers ses différents services : alors devient contrôleur de gestion… ou auditeur pour traquer les risques afin d’améliorer les résultats de ton entreprise en examinant les pratiques de tous les services.

 

DEVIENT LE BUSINESS PARTNER DE DEMAIN

Pourquoi pas ! Prévision des budgets, reporting et conseils aux managers comme consultant interne font du contrôleur de gestion un collaborateur qui ne s’implique pas directement dans l’opérationnel. De fait, il est indispensable mais pas encore décisionnaire. Sauf que l’internationalisation, l’accélération de la vie des affaires et les crises des marchés financiers constituent des événements qui transforment le métier. Donc, ça bouge ! C’est Net ! « Fonction très demandée, un contrôleur de gestion ayant trois à cinq ans d’expérience peut gagner entre 40 000 et 65 000 euros par an. »

 

BOUGE-TOI !

L’audit en cabinet, hors cabinet… ça vaut quoi ? Question rémunération, faut compter de 35 à 60 K€ en entreprise mais en cabinet, le salaire d’un expert peut atteindre les 100 K€, voire au-delà pour le statut d’associé. Quant au contrôleur de gestion, il peut devenir directeur administrateur et financier… à suivre !

 

DAF, FAUT LA JOUER DOUBLE : TERRAIN ET STRATÉGIE !

Une direction complexe de plus en plus stratégique qui peut mener loin à condition de saisir des opportunités au bon moment.

 

ME VOICI, ME VOILÀ !

Selon une étude réalisée par Robert Half, 89 % des DAF pensent qu’il est désormais possible, et même naturel pour eux, d’occuper à l’avenir des fonctions de direction générale. Toutefois, les directeurs financiers devront prendre la mesure des nouvelles compétences qu’ils doivent acquérir, faire preuve de leadership et motiver ses équipes pour assoir leur nouvelle légitimité.

 

AUSSI CONNU QU’UN DAFT PUNK ?

Ce n’est pas seulement la gestion et la finance qu’il faut maîtriser mais aussi le cadre réglementaire, la fiscalité et toutes les stratégies de développement de l’entreprise, tout en restant très opérationnel. De fait, il rencontre l’ensemble des services et des parties prenantes de l’entreprise telles que les banquiers, les fournisseurs, les experts comptables, les avocats, les assureurs, les services fiscaux et sociaux, les représentants des collectivités territoriales et les associés.

 

LE PLUS DU MÉTIER

« Crise économique, contexte législatif et fiscal mouvant, le Directeur Administratif et Financier joue ces dernières années un rôle pivot et véritablement transverse dans l›entreprise. Ainsi, le rôle du DAF s’étend à la notion de performance globale de l’entreprise. » DAF mag

 

LA PREUVE PAR L’EXEMPLE : RÉMUNÉRATION
Salaire moyen : pour les emplois directeur financier – France Jusqu’à 135 K€ mais une moyenne de 53 962 €
DAF PME : il gagne entre 5 833 € bruts et 8 333 € bruts par mois en France, soit en moyenne 7 083 € bruts par mois Partie variable entre 15 et 20 %.
Petite annonce vue sur le net : fourchette du salaire selon expérience comprise entre 60 et 80 K€ pour un poste dans un groupe international comprenant 2 500 collaborateurs répartis dans 600 agences