Une appropriation de chaque concept de cours sur un exemple concret : Enseigner le marketing présente l’avantage d’être concret et de permettre de traiter de sujets attrayants, mais présente quelques défis : celui d’impliquer les étudiants, de leur faire sentir la complexité des choix, et la nécessité d’avoir des informations pertinentes et une analyse rigoureuse de celles-ci. L’utilisation de cas d’entreprises « en temps réel » permet de répondre à ces défis.

 

Ainsi, chaque année, dans mon cours consacré aux fondements du marketing pour les étudiants admis sur titre, je conçois un cas « Fil Rouge » avec une entreprise partenaire.

Les dernières années, nous avons ainsi eu la chance de travailler sur des problématiques confiées par Citroën, BlaBlacar, Yoplait, Seb ou encore Elle et Vire. L’entreprise me fournit une problématique sur laquelle elle travaille en ce moment, et me fournit les informations clés-nécessaires pour la traiter : informations sur l’évolution marché, sur les parts de marché, sur les marques et produits en présence, quelques éléments sur le comportement du consommateur….

En deuxième séance du cours, un responsable marketing vient présenter sa problématique, et confier une « mission » aux étudiants. Ceux-ci vont ensuite travailler par petits groupes pendant le trimestre, selon différentes étapes qui correspondent aux grandes thématiques étudiées dans le cours : diagnostic stratégique, recueil de données, analyse de la marque, distribution et communication. Il leur est également demandé au cours du trimestre de réaliser une étude consommateurs, soit sous forme d’enquête en ligne, soit sous forme d’entretiens semi-directifs, ainsi qu’une observation en points de vente (physiques ou en ligne).

Ceci leur permet d’être en position de fournisseur d’informations nouvelles pour l’entreprise. Ainsi les étudiants peuvent s’approprier chacun les concepts et méthodes en les travaillant sur un exemple concret. Le fait qu’il s’agisse du même sujet sur tout le trimestre permet de mieux saisir l’apport relatif des différents concepts et sources d’information et la complémentarité.

A la fin du trimestre, le responsable marketing de l’entreprise revient pour assister aux meilleures présentations d’étudiants, sélectionnées par les différents enseignants du cours. Il ou elle donne un retour sur les présentations, à la fois sur la bonne compréhension du marché, mais également la pertinence, la cohérence, et la faisabilité des recommandations produites par les étudiants. Il ou elle donne enfin des informations sur la façon dont l’entreprise pense traiter la problématique dans la suite, même si une problématique de confidentialité se pose parfois.

 

Une méthode fortement impliquante

Cette méthode pédagogique présente de nombreux avantages pour les étudiants.

J’observe en effet une forte implication de leur part, qui peut s’expliquer par plusieurs facteurs.
Le premier est le fait qu’il s’agisse d’un cas réel et concret. Cependant, un des reproches traditionnellement fait par les étudiants à la méthode des cas est le fait que les problématiques posées sont parfois relativement anciennes, et que les actions prises par les entreprises sont parfois déjà connues, ce qui peut biaiser leur raisonnement. Ici, la réflexion est en cours, et cela ne peut se produire.

De plus, du fait du caractère « temps réel » de la problématique traitée, les étudiants peuvent réellement contribuer à influencer les décisions de l’entreprise ce qui donne un enjeu susceptible de favoriser leur implication.

Enfin, le fait qu’ils puissent être désignés pour faire une présentation orale devant leurs camarades et l’équipe marketing de l’entreprise partenaire met un enjeu supplémentaire. Cette méthode présente évidemment quelques contraintes logistiques. Elle nécessite également de trouver une entreprise partenaire motivée, et dont le marché est potentiellement intéressant pour une majorité d’étudiants, qui ont souvent un profil très hétérogène. Mais mon expérience de presque une décennie d’enseignement de ce cours de fondements du marketing montre que le jeu en vaut la chandelle.

Avec Capgemini, l’avenir se veut digital et humain

Stéphane Girard, CTO – Global practice DCX de Capgemini, présente les enjeux majeurs liés à la transformation digitale des entreprises.

IDEX : Green is the new black !*

L’énergie étant au cœur des débats, IDEX prouve qu’il est possible de trouver une place parmi les géants du secteur, tout en défendant une offre verte.

Si vous venez chez Total, ce ne sera vraiment pas par hasard

Total est aussi un champion de l’IT. Une transformation digitale menée par Philippe Koechlin (Supélec 94), IT Marketing Manager du groupe.

La Fabrique by CA : venez inventer la banque de demain !

Pour Simon Parisot, Chief Technology Officer de La Fabrique by CA, c’est le moment de rejoindre le secteur bancaire en pleine révolution digitale.

Hub One, connecteur de technologies et de talents

Connecter les individus grâce au meilleur des technologies : Guillaume de Lavallade, directeur général, présente les 2 piliers de la culture d’Hub One.

Avec Apave, relevez le défi d’un monde plus « sûr »

Apave a fait de la maîtrise des risques techniques, humains et environnementaux son expertise. Retour sur 150 ans d’histoire avec Rémi Sohier…

Sigfox, l’entreprise française future Amazon des objets

Sigfox est désormais présent dans 60 pays ! Retour sur une réussite à la Française avec Franck Siegel, directeur des Opérations de Sigfox France.

Le meilleur placement de la Banque de France ? Les jeunes Supélec !

Créée en 1800, la Banque de France est plus que jamais innovante grâce à Françoise Stéphanie Victoire, responsable du Pôle Architecture d’Entreprise.

Aux jeunes Supélec d’irradier le CEA Cesta de leur talent

La spécialité du CEA Cesta ? Les technologies laser ! Un centre d’excellence qui rayonne grâce à Jean-Pierre Giannini, son directeur.

Défendez de belles valeurs en rejoignant Nexter !

Challenges, innovation et bonne ambiance, travailler chez l’équipementier militaire Nexter est le bon plan pour tous jeunes diplômés.