Numéro un mondial des parfums, le Groupe Coty est lancé dans une  transformation globale de son organisation. Jean- Claude Thomas, (ISG 85), Vice-President Global Integrated Planning, invite les jeunes talents à rejoindre une entreprise en mouvement où les opportunités sont permanentes.

 

Coup de frais sur la beauté

En octobre 2016, l’annonce a fait grand bruit dans le monde du parfum et de la cosmétique. Coty, est devenu numéro trois mondial de la Beauté, via le rachat de 40 marques de la Division Beauté de Procter & Gamble. Une opération d’envergure qui a amené le groupe américain à repenser son organisation. « C’est une unique opportunité car c’est l’une des acquisitions les plus grosses dans le monde de la cosmétique des 10 dernières années, souligne Jean-Claude Thomas. Unique aussi, car nous avons doublé notre chiffre d’affaires du jour au lendemain et fondé une nouvelle entreprise Coty dans un marché qui est dans une profonde transformation. »

 

L’esprit startup

Un vent nouveau qui a impulsé la création d’une nouvelle société à l’organisation agile et efficace centrée sur nos consommateurs, organisée autour de 3 divisions privilégiant la prise de décision au niveau de nos filiales. « Malgré notre taille, nous restons fidèles à l’esprit d’entrepreneuriat de François Coty qui a révolutionné la parfumerie au début du siècle dernier. Son héritage a fortement inspiré les valeurs du nouveau Coty. »

  • Own it drive it
  • Act like a start up
  • Be brave and go behond
  • Live Beauty breathe Beauty
  • Win for the team

 

Des postes qui challengent

Autant de valeurs auxquelles les talents qui arrivent dans l’entreprise doivent adhérer s’ils souhaitent bénéficier des opportunités professionnelles proposées par le groupe dans le Marketing, le Commercial, la Supply Chain, l’Ingénierie, le développement technique, la finance ou la recherche.
« Lorsque je recrute, je m’assure d’abord que la personne est en phase avec ces valeurs qui constituent notre ADN. On vient chez Coty pour sortir de sa zone de confort, pour apprendre, relever des défis, expérimenter, tirer les enseignements de ses échecs. En 30 ans, j’ai moi-même occupé des postes extrêmement variés, depuis les fonctions locales de production, achat jusqu’au planning global en passant par le commercial et le trade marketing au niveau divison. Il y a quatre ans, je suis devenu le patron mondial de l’integrated planning en charge du service à nos clients, des stocks, des prévisions commerciales, de la planification mondiale de la production et ce en collaboration étroite avec le business (filiales et divisions) et la Supply chain. »

 

Le Big Data : une opportunité Younique

Autant de fonctions différentes qui ont amené Jean-Claude Thomas à se confronter à de nouvelles situations, à s’adapter et à s’initier à d’autres techniques. « Aujourd’hui encore, à 58 ans, j’apprends toujours et je m’entoure de jeunes talents passionnés. Le plus bel exemple, c’est le rachat par Coty de 60 % des parts de la marque de cosmétiques Younique qui opère via une plateforme très innovante de vente en ligne. Cette acquisition nous permet de nous engager pleinement dans la transformation digitale et expérimenter de nouvelles approches tel le Big Data afin de mieux répondre aux besoins de nos consommateurs. »

 

L’humain au cœur de la beauté

Après 30 ans passés dans ce milieu, Jean-Claude Thomas s’avoue toujours aussi passionné par le monde de la beauté qui se réinvente en permanence. « Dans le monde de la beauté, on ne peut pas réussir si l’on vit en silo. Il faut être un intégrateur et aller à la rencontre des consommateurs pour comprendre leurs attentes et leurs désirs, susciter leur émotion. Lors de mes nombreux déplacements, je m’organise pour passer du temps sur les point de ventes, discuter avec la force de vente et écouter nos clients. Cela me permet de comprendre la façon dont ils envisagent nos produits et ceux de nos concurrents. »

 

La trilogie du bonheur

Au delà du business de l’entreprise, Jean-Claude Thomas insiste sur la place du collaborateur et son épanouissement général. « Il est capital d’avoir un équilibre entre sa carrière, sa vie de famille et soi-même. Dans ce monde qui change très vite, développer sa vie personnelle permet de se connecter au monde extérieur et à l’entreprise de s’y adapter. Il faut également savoir être flexible et assumer ses choix. D’où l’importance de bien se connaître. Car selon le moment de sa carrière, sa situation familiale , les choix professionnels peuvent être différents. Les jeunes talents évoluent certes dans un environnement incertain, mais ô combien plus intéressant qu’à mon époque. »

 l’ISG, l’esprit entrepreneurship : « Je me souviens comme si c’était hier de ma promotion 85 C et j’en garde de très bons souvenirs. L’ISG valorise la proximité avec le monde de l’entreprise et la performance, sans oublier le côté associatif très développé. Autant d’atouts qui m’ont attirés. C’est la première école à avoir créé des cursus internationaux et qui privilégiait l’alternance. Durant ma troisième année, j’ai ainsi pu travailler dans la grande distribution où je suis resté quatre ans. Il y avait un esprit start-up et une proximité avec le monde de l’entreprise qui était nettement plus développés que dans les autres écoles. »

 

« JLo ou le premier parfum célébrité » : « Lorsque j’étais responsable de planning Europe Luxury chez Coty, j’ai participé au lancement du premier parfum célébrité, celui de Jennifer Lopez (Glow). J’ai fait partie de l’équipe qui travaillait sur ce projet et j’ai eu la chance d’assister à une réunion où elle était présente. Dès la première rencontre, elle nous a dit : « Je veux un parfum iconique grâce auquel mes fans vont me retrouver ». Nous étions les premiers à fabriquer un parfum avec un collier logo JLO en diamant collé sur le flacon. Je me souviens de sa demande : « Un parfum qui sente aussi bon que lorsque je sors de ma douche ». C’était un vrai défi, nous devions lancer en 6 mois sur un nouveau segment créé par Coty : les Célébrités. Beaucoup de nos concurrents étaient sceptiques, mais au final, ce fut un énorme succès. Où que vous soyez dans l’organisation d’un groupe, c’est la compréhension de la marque et des attentes des consommateurs qui font le succès d’un parfum. L’essentiel est d’arriver avec le bon produit au bon moment. »

Chiffres clés : CA : 10 Mdrs $ / 100 marques / 80 filiales dans le monde / 10 centres de production / 50 000 produits différents

 

Contactez ici directement Jean-Claude Thomas !

12 + 4 =

Peut-on détecter un potentiel à réussir ?

Observatrice privilégiée des attentes des entreprises, Isabelle Bastide, présidente de Page Group France, partage son analyse

Domalys, pour une entreprise vertueuse

Les fondateurs de Domalys, entreprise qui facilite le quotidien des personnes dépendantes, promeuvent une entreprise vertueuse, explications

La création chevillée au corps

Habité par la passion du cinéma, Charles Nemes tracera son chemin vers la réalisation de films et séries, mais aussi l’écriture de romans

Les 5 secrets du manager juste et donc performant

Faut-il manager juste pour faire réussir ses collaborateurs et son entreprise ? Sans aucun doute pour Thierry Nadisic, professeur à emlyon

SKEMA décrypte les nouvelles valeurs du secteur du luxe

Parce que le secteur du Luxe doit répondre à la quête des clients pour de nouvelles expériences, les marques doivent à la fois se réinventer et réinventer la relation-client dans son ensemble. Elles doivent aussi recruter les talents qui seront capables de conduire ces changements. SKEMA Business School, acteur de référence de la formation dans le Luxe avec plusieurs programmes masters dont le Global Luxury & Management, a organisé une table-ronde le 7 février 2019 au Meurice pour faire le point des défis du secteur et apporter de nouvelles réponses en faisant témoigner plusieurs acteurs

Les compétences pour réussir au 21è siècle

Face à l’invasion de l’IA, il faudra compter sur les compétences 100 % humaines. Le point avec Jérémy Lamri, cofondateur du Lab RH

Faut-il innover pour réussir ?

La continuité est morte vive la disruption. Pourquoi ? Comment ? Les réponses de Dominique Vian, professeur à SKEMA

Faut-il être heureux pour réussir ?

Dans son album Alors heureux ? Antoine Chereau croque avec humour les dérives autour du bien-être et de l’épanouissement à tout crin

Les stratégies disruptives gagnantes décryptées par deux professeurs de MBA

Laurence Lehmann Ortega (HEC Paris) et Nathan Furr (INSEAD) nous livrent les secrets des leaders et entreprises qui réussissent

« La motivation est au cœur de chaque réussite »

La motivation est le socle de toute réussite, individuelle, collective ou institutionnelle. Sujet d’études et d’expertise de Yves Duron, psychosociologue