Comment les Français perçoivent-ils les grands enjeux du changement climatique ? Quʼattendent-ils de la COP21 ? Quelle urgence dʼagir ? Quels regards croisés des générations sur le climat ? LʼInstitut Médiascopie, institut dʼétudes et de conseil spécialisé dans les mots, la communication et les médias, apporte une réponse originale à ces questions à travers une enquête réalisée auprès dʼun double échantillon : 800 Français âgés de 18 ans et + ; et 700 enfants et adolescents de 6 à 18 ans.


Réalisation de l’enquête

Une liste de 126 mots touchant au Climat a été soumise à lʼéchantillon dʼadultes. Et 54 de ces mots ont été soumis à lʼéchantillon dʼenfants et dʼadolescents. Les mots ont été notés sur deux échelles :

– une échelle “rassure/inquiète” : “Quand vous pensez au changement climatique, plus ce mot vous rassure, plus vous lui donnez une note proche de 10 / plus ce mot vous inquiète, plus vous lui donnez une note proche de 0”

– une échelle dʼ“urgence dʼagir” : “Quand vous pensez au changement climatique, plus vous pensez quʼil est urgent dʼagir sur ce que recouvre ce mot, plus vous lui donnez une note proche de 10 /moins vous pensez quʼil est urgent dʼagir sur ce que recouvre ce mot, plus vous lui donnez une note proche de 0”.

Munis de leurs deux notes de 0 à 10, les mots du Climat ont été projetés sur un “mapping” et interprétés selon leur position. Lʼenquête a eu lieu “en ligne” du 14 octobre au 5 novembre 2015.

 

Les grands enseignements de l’enquête

Les Français ne croient plus dans les grands sommets internationaux : la COP21 nʼest ni attendue, ni rassurante ; pire, elle inquiète. Principal accusé du dérèglement climatique : le système et ses grands acteurs, politiques, industriels et financiers. Pourtant, les enfants gardent l’espoir : la COP21 les rassure plutôt ; et leur confiance dans les acteurs est bien supérieure. Une condition cependant : qu’on prenne enfin le taureau par les cornes !

Les 6-18 ans appellent ainsi de leurs voeux des mesures radicales : sanctionner, a posteriori, ou réparer, ne suffisent pas ; il est temps d’interdire, notamment le diesel…Il est urgent pour le citoyen, en outre, d’agir.

Les mots les plus rassurants sont ceux qui désignent les “solutions concrètes”. Grands ou petits, les Français entendent accomplir le “geste citoyen”, en particulier dans quatre domaines : consommation dʼénergie, transports, agriculture et recyclage.

 

Enquête réalisée en partenariat  avec Les Petits Débrouillards, le Centre Paris Lecture, les étudiants du Master 2 de Communication politique et sociale de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et le Conseil Économique, Social et Environnemental.