« Valorisez votre formation par un vrai engagement au service de la dissuasion nucléaire ». C’est le message de Denis Vacek (X 91) aux jeunes talents de l’X. Chef de Département à la Direction des applications militaires (DAM) du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), il souligne l’extraordinaire champ des possibles qui s’ouvre à eux en rejoignant l’élite scientifique française.

 

Le sel de votre mission ?

Je suis responsable de 200 personnes au sein d’un Département qui travaille sur le pilotage des projets des têtes nucléaires actuelles et sur ce que sera la dissuasion dans quelques dizaines d’années. Je propose les orientations pour les têtes futures, et gère leur développement, leur fabrication et leur maintenance. Nous étudions aujourd’hui des concepts qui seront encore opérationnels en 2080 !

Ce n’est clairement pas un métier comme un autre !

On n’entre pas au CEA DAM par hasard. N’importe quel ingénieur-chercheur sait à quoi vont servir ses travaux dans les systèmes de dissuasion ou de défense et de sécurité. Je dis aux candidats qui veulent nous rejoindre : certes nous participons au développement d’armes nucléaires, mais notre rôle est de convaincre les autres pays de notre excellence pour ne pas avoir à les utiliser. Donner au Président de la République les moyens de la dissuasion, c’est un leitmotiv valorisant.

Pourquoi est-ce « the right time » pour rejoindre le CEA DAM ?

Nous recrutons 200 à 300 talents chaque année, dont 20 du meilleur niveau académique. Nous recherchons des managers, mais aussi des experts dans différents domaines scientifiques. Nous leur offrons des moyens techniques exceptionnels comme le Laser Mégajoule ou les supercalculateurs. Toutes les sciences sont représentées de la physique nucléaire aux sciences de la Terre… Nous avons également besoin de gens capables de stimuler le travail collectif et de comprendre vite de nouveaux sujets très divers. De par leur formation et leurs capacités, les X sont des candidats rêvés.

Les qualités clés pour entrer dans le « Saint des saints » ?

L’engagement, l’intégrité morale et scientifique, l’ambition et l’esprit d’équipe. Nous offrons une grande variété de métiers qui permet de prétendre à un accomplissement professionnel tout au long de sa vie. Au bout de deux ans, tous les salariés suivent une formation d’une quinzaine de jours où ils visitent tous les centres de recherches. La curiosité est donc valorisée.

Votre style de management ?

Le management hiérarchique vertical c’est fini ! Aujourd’hui, il faut décloisonner, donner du sens et être accessible. Manager, c’est s’adapter en permanence à son interlocuteur, à l’objectif, au timing et favoriser l’interaction hors organigramme. Nous mettons en place des outils de travail collaboratifs et créons des groupes de performance avec des gens de labos différents. On leur lâche la bride pendant quelques mois avec un objectif clair. On prend un risque, mais ils progressent beaucoup plus vite et peuvent proposer des innovations potentiellement « out of the box ». L’avenir alors leur appartient…

Chiffres clés : 5 000 collaborateurs dont 150 thésards et 150 stagiaires / 5 centres / 1,5 milliard € de budget / an / 2 000 publications / an

Devenir leader, ça se travaille « Grace à l’X, à 20 ans, je me suis retrouvé devant un peloton de 30 soldats, tous plus âgés que moi, qu’il fallait mettre au garde-à-vous. La première fois, ce n’est pas complètement naturel ! Mais rapidement, on apprend à guider une équipe. On peut donc progresser en leadership via l’expérience et en le travaillantLa formation humaine de l’X est une vraie opportunité car elle permet très jeune de se confronter aux autres, de comprendre comment ils fonctionnent et d’affirmer son leadership. »

Contact : denis.vacek@cea.fr

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec