Forte de plus de 130 ans d’expérience, Gagneraud offre l’originalité d’être structurée non par métiers, mais par région ; offrant ainsi aux jeunes talents qui la rejoignent un champ d’expériences multidisciplinaires certes exigeant, mais où l’on apprend et progresse vite ! Rencontre avec Benoit Heitz (Ponts 87), son Directeur Général…

 

Benoit Heitz (Ponts 87), Directeur Général de Gagneraud Construction

Benoit Heitz (Ponts 87), Directeur Général de Gagneraud Construction

 

 

Actuel président du groupe Gagneraud, François Gagneraud appartient à la 5e génération aux commandes d’un groupe familial où qualité rime avec pérennité… et la sixième génération est déjà présente ! Or, on sait que les entreprises familiales sont celles qui résistent le mieux non seulement aux crises, mais également aux pressions extérieures, qu’elles viennent des effets de mode de la communication ou des places financières. Tel est le cas de Gagneraud Construction, pièce maitresse du groupe Gagneraud qui réalise aujourd’hui 500M€ de CA et emploie près de 3000 collaborateurs. « Un éternel souci d’indépendance qui se transmet dans chacune des régions où le groupe est présent, explique Benoit Heitz : Nord, Normandie, Bretagne, Ile-de-France et PACA, chaque entité fonctionne de manière autonome, dans la confiance et la délégation de pouvoir, à l’image même de l’esprit maison. »

 

« Un chef d’orchestre dont la mission, sans être trop technicien s’avère aussi complète que complexe »

Vraie entreprise à taille humaine
Entré chez Fougerolle (futur Eiffage) après l’école en tant que patron de chantier, Benoit Heitz y effectue un long parcours qui l’entraîne 4 ans en Allemagne, passe par la direction de Forclum, la direction opérationnelle d’Eiffage puis la direction générale d’un groupe qu’il quitte en 2007. « J’avais envie de retrouver une dimension moins politique, plus opérationnelle et humaine du métier, explique-t-il. Exactement ce que propose Gagneraud Construction où ma mission consiste à faire évoluer le groupe vers une approche commerciale adaptée à la période que nous vivons, ce qui se passe très bien puisque l’entreprise possède un savoir-faire lui permettant de jouer à fond ses cartes maîtresses : la qualité et le service. Mais le BTP fonctionne selon des cycles et nous sommes justement à la fin de l’un d’entre eux, nécessitant un important renouvellement de l’encadrement. Il y a donc des places à prendre et de superbes parcours à évolution rapide offerts aux esprits volontaires. »

 

Recherche chefs d’orchestre !
Recrutant depuis le Bac Pro jusqu’à Bac + 5, l’entreprise propose stages, apprentissage et alternance sur tous ses métiers, de l’étude de prix aux juristes en passant, naturellement, par les travaux. Les qualités requises ? « Le sens de l’organisation, une certaine vision contractuelle et des compétences financières suffisantes pour gérer son budget. Chez nous, prendre la responsabilité d’un chantier, c’est embrasser l’ensemble des responsabilités qui en découlent, y compris les contacts humains et les négociations commerciales. On est un chef d’orchestre dont la mission, sans être trop technicien s’avère aussi complète que complexe. Sens du dialogue, adaptabilité et autonomie sont indispensables, mais au bout du compte, on se retrouve très d’entreprise. C’est extrêmement valorisant. »

 

Les avantages du BTP
« Notre secteur offre de gros avantages en termes d’emplois et de pérennité, car ses entreprises ne sont pas délocalisables et ne souffrent pas non plus de la concurrence internationale : en France, en Allemagne et partout en Europe, les entreprises du BTP sont très majoritairement nationales. Seule la concurrence locale est effective, ce qui est sain. Enfin, même si un ouvrage construit dans 20 ans différera d’un ouvrage d’aujourd’hui, on aura à coup sûr encore besoin de le construire ! On a donc une visibilité à long terme rassurante. »

 

JB

 

Contact : www.gagneraud.fr