Pierre Lamblin

Pierre Lamblin

Dire que la réflexion préalable à la recherche d’emploi et la manière de se présenter sont essentielles pour décrocher un entretien comme un emploi, peut sembler rebattu. Et pourtant, c’est bien votre capacité à vous différencier sur le fond comme dans votre posture qui fera mouche comme nous l’ont rappelé deux professionnels du recrutement.

Pierre Lamblin, comment préparer sa recherche d’emploi ?
La rédaction du CV et de la lettre de motivation sont des pré-requis à ne pas négliger. Car c’est dans ces documents que le recruteur prend pour la première fois connaissance de la volonté du candidat d’apporter quelque chose à l’entreprise et à un poste au travers de ses connaissances et compétences. Cela suppose donc d’avoir identifié le marché sur lequel le candidat a une vraie valeur ajoutée.

Comment cibler son champ de recherche ?
Je dirais qu’il ne faut pas se fermer des portes à cause d’idées reçues. Cela suppose de se faire conseiller, de s’informer, afin de bien décrypter d’une part des compétences attendues des entreprises sur tel poste, et d’avoir une idée claire de celles que le candidat peut mettre en avant. Il faut ouvrir le champ des possibles, ne pas se focaliser sur une entreprise ou un métier de niche où les opportunités sont peu nombreuses, en identifiant concrètement quel postes briguer à partir de son champ de compétences et d’aptitudes. Sur notre site de l’Apec, nous proposons des quiz et tutoriels, ainsi que des informations sur plus de 400 métiers. Pour éviter d’arriver la fleur au fusil, le jeune doit se préparer et se faire aider. Car savoir se positionner et se mettre en avant est la clé pour accéder au premier entretien. Il doit attirer l’attention pour être reçu, se différentier par des mots clés. Or, nos consultants constatent que l’effort de différentiation n’est pas toujours au rendez-vous.

Que vous disent les recruteurs de leurs attentes à cet égard ?
Ils disent tous attendre des jeunes qu’ils aient un projet, fait des choix argumentés, motivés, convaincants. Le CV ou la lettre génériques sont rédhibitoires et malheureusement courants. Pour un jeune peu expérimenté, il est essentiel de faire la différence par sa personnalité. Déjà par écrit, il peut, dans sa manière de tourner les choses, en montrer un pan. Il aura beaucoup plus de latitude pour mettre en avant ses traits de personnalité durant l’entretien, encore faut-il le décrocher. Ce conseil peut ne pas sembler nouveau, il est pourtant fondamental, car les jeunes diplômés sont nombreux sur le marché, et il leur faut donc se différencier par rapport à leurs camarades.

Jean-Paul Vermès

Jean-Paul Vermès

Jean-Paul Vermès, quelle est la posture gagnante à adopter pour un candidat face à un recruteur ?
La posture qui prédomine chez les candidats – se présenter en faisant part que ce qu’ils souhaitent – est l’inverse de celle attendue par le marché du travail : se placer en position d’apporter une réponse à ce que veut le recruteur. Car une entreprise recrute et paye un cadre pour ce qu’il lui apporte. Plutôt que d’énoncer des exigences, un candidat doit faire une proposition de collaboration, demander quelle est la problématique du recruteur. C’est cette posture ouverte et constructive qui fait la différence. Une entreprise recherche des talents ou compétences pour être un apport, une solution à ses problèmes. Il faut donc avoir une appétence réelle à servir, collaborer, contribuer ; tout cela bien sûr avec humilité. Personne n’est attendu comme le Messie. Il faut se positionner en apporteur de solution, de compétences, de talent.

 

A. D-F