Dans un monde de plus en plus globalisé, les ingénieurs doivent se doter de compétences à la fois managériales et technologiques. Deux secteurs longtemps antinomiques, mais qui s’avèrent aujourd’hui indispensables pour piloter des activités et des projets toujours plus exigeants. Revue des secteurs qui recherchent et valorisent cette expertise.

Les ingénieurs du XXIe siècle doivent intégrer en permanence de nouvelles compétences aussi bien techniques que managériales. L’opposition entre managers et ingénieurs a vécu et il est désormais capital d’allier les nouvelles technologies au management pour piloter au mieux la performance de l’entreprise. Le Conseil en technologie et management impose des compétences au service de l’industrie et des activités de services. Les secteurs de l’informatique, de la finance, de la banque, des télécommunications et de l’espace sont parmi ceux qui recrutent le plus. Liste non exhaustive des métiers à fort potentiel.

Consultant fonctionnel
Il assure le lien entre les fonctions (marketing, production, finance) et la technique (développeur, chef de projet). Ses missions : analyser la demande du client, la traduire en spécifications fonctionnelles et proposer une solution technique. Le consultant fonctionnel anime régulièrement des réunions entre les différents intervenants du projet et assure son déploiement et sa maintenance. Il doit connaître les processus métiers et posséder une bonne culture technologique. Ses qualités : l’organisation, l’autonomie, l’écoute et l’empathie. Le salaire d’un consultant fonctionnel junior oscille entre 30 et 40k € et peut atteindre 60 K € pour les plus expérimentés.

Chef de projet informatique
Spécialiste en informatique, il a la responsabilité d’un projet et supervise l’équipe d’ingénieurs en charge de son accomplissement. En charge de la phase d’étude, il doit respecter les délais, le cahier des charges, le coût du projet et les contraintes techniques. Une fois le projet mis en place, il prend en charge les requêtes du client et les améliorations à y apporter. Véritable meneur d’hommes, il doit faire preuve d’initiatives et de rigueur. Il peut travailler chez un éditeur de logiciels, dans une société de services et d’ingénierie informatiques (SSII) ou au sein d’une entreprise utilisatrice. Le salaire d’un chef de projet informatique varie selon les responsabilités, l’expérience et l’ancienneté. Il varie entre 40K € et 70 K €.

Supply chain manager
Il doit synchroniser et optimiser les différents maillons de la chaîne logistique de l’entreprise. Il décide des meilleures implantations des fournisseurs, des unités de production et de distribution. Il coordonne les équipes afin de piloter les flux financiers, de produits et d’information. Cette fonction exige de posséder une vue d’ensemble de l’entreprise (achat, production, distribution, marketing) et de tous ses partenaires depuis les fournisseurs jusqu’aux clients. Un poste qui nécessite des compétences techniques, des capacités d’écoute et de management d’équipes pluridisciplinaires. Le salaire oscille entre 35 K€ et 70 K€.

Chef de produit technique
Il se tient au courant en permanence des innovations du marché afin de permettre à l’entreprise d’être compétitive. En relation constante avec toutes les directions de la société, il doit anticiper les attentes du secteur. Il réalise les études qui permettront de valider la pertinence d’un produit à lancer puis, suit son développement avec les équipes R&D en tenant compte des impératifs de lancement. Le chef de produit technique informe régulièrement les équipes commerciales et assure une veille permanente sur les retours clients et sur les performances du produit afin de corriger les dysfonctionnements éventuels.

Formation : beaucoup de grandes écoles proposent des Mastères Spécialisés Technologie et Management. Ils s’adressent aux diplômés de l’enseignement supérieur qui souhaitent accéder aux secteurs d’activité ou la technologie et l’innovation sont essentielles.

 

FB