Le secteur du Jeu Vidéo emploie plus de 5 000 professionnels en France. L’arrivée des consoles de nouvelle génération et le succès des jeux mobiles ont, ces dernières années, fortement dynamisé son activité. Développement de la réalité virtuelle, reconnaissance de l’e-sport… les perspectives offertes par le secteur sont extrêmement positives et contribuent, entre autres, à redéfinir le contour de ses métiers, particulièrement ceux de la filière du management, aujourd’hui en pleine mutation.

 

Les métiers du Jeu Vidéo ne se limitent pas au game design et à la programmation, premiers à être associés au secteur quand on évoque ses emplois. Le Jeu Vidéo propose également un ensemble de métiers relevant de la filière du management, lesquels ont considérablement évolué ces dernières années. En effet, de nouvelles fonctions sont apparues, elles-mêmes insérées dans d’autres organisations du travail. Plus diversifiées que par le passé, plus transversales et collaboratives et plus « orientées data », les missions des managers du Jeu Vidéo font désormais appel à de multiples compétences. Une constante demeure : l’exigence d’une véritable passion pour le secteur, à la fois informée et critique.

 

 

Parmi les métiers du management du Jeu Vidéo :

 

Attaché.e de presse :

Principal relais entre l’entreprise et les journalistes, son objectif est de « faire parler » du produit à tous les stades de son cycle de vie. Ce qui suppose qu’il ou elle connaisse parfaitement les médias dédiés au Jeu Vidéo ainsi que les techniques de diffusion de l’information.

Le développement des réseaux sociaux, des communautés en ligne et d’un réseau d’influenceurs très changeant, a contribué ces dernières années à transformer profondément la fonction, les échanges ne se limitant plus à un panel de journalistes spécialisés. En 2018, un.e Attaché.e de presse spécialisé.e Jeu Vidéo doit en posséder la culture, (sachant que les joueurs sont loin d’appartenir à une unique catégorie). Il lui faut pouvoir saisir immédiatement le positionnement d’un nouveau jeu ou d’une nouvelle version, tout comme être capable de comprendre la terminologie du marketing et celle des studios de développement.

Le métier, passionnant, réclame de solides qualités relationnelles (sens de l’écoute, disponibilité, diplomatie, enthousiasme, réactivité), des qualités rédactionnelles, et plus largement une maîtrise de la communication orale, à la fois en français et en anglais. Enfin, la capacité à maîtriser toutes les données d’un projet, chiffres inclus, est déterminante : plus on en sait, plus il est facile de capter l’attention d’un interlocuteur et susciter son intérêt.

 

 

Brand manager :

Le Brand manager (ou Chef de produit) est responsable de la cohérence, de la valorisation et de la performance de la marque dont il ou elle assure la rentabilité. Sa tâche est donc de la faire vivre en s’appuyant sur différents levier marketing et ce, à chaque stade de son cycle de vie (lancement, nouvelles versions…)

En 2018, son métier n’a rien à voir avec celui d’un Chef de produit en 2012. En communication étroite avec les équipes de développement et de production, il doit maîtriser l’ensemble des informations relatives au produit (contenus, identité, historique, planning de production, etc.). Parmi ses missions : définir l’identité et le positionnement de la marque ; élaborer le plan stratégique (plan média, contenus de marque, plan de communication, digital marketing, programmatique, community management, retail marketing…) et en assurer l’implémentation.

Le Brand manager peut avoir, parfois, à définir et implémenter la stratégie RP, l’événementiel, la communication digitale et communautaire et les partenariats. Il travaille en étroite collaboration avec les équipes commerciales et les acteurs de la distribution en leur fournissant les arguments, les outils retail ou digitaux nécessaires à une bonne performance commerciale. Il a besoin d’une excellente connaissance de l’environnement culturel : tendances, spécificités culturelles, digital distribution, média… Il doit aussi pouvoir comprendre son environnement concurrentiel ainsi que les comportements des consommateurs/gamers. Enfin, il développe aussi les outils de compréhension du marché : études, veille concurrentielle, comportements d’achat, réseaux sociaux, etc.

 

 

Community manager :

Le Community manager, dont la fonction est récente dans les organisations, est un expert des communautés d’intérêts, notamment sur le web. Véritable interface entre l’entreprise et ses communautés, il ou elle est à la fois expert en marketing digital mais également en communication.

Le Jeu Vidéo se distinguant par sa dimension extrêmement communautaire, le rôle du Community manager est un rôle clef qui exige aussi de « pratiquer » le produit. Il réclame une parfaite connaissance de celui-ci ; du marché (en amont et en aval) mais aussi du web et de ses tendances. Sa fonction implique également la gestion de la marque (il élabore le plan stratégique de la marque dans son volet communautaire).

C’est un ambassadeur qui engage des conversations, initie des actions et produit du contenu à destination de sa cible : les communautés de joueurs. Organisateur des événements BtoC, il s’assure de la bonne présence de la marque sur les événements, salons, etc. Il doit montrer des qualités d’anticipation, et plus encore de réaction – savoir rapidement désamorcer une crise, par exemple – car les communautés de joueurs sont très présentes et actives en ligne. Les techniques de prise de parole écrite sont donc essentielles à sa fonction. Enfin, savoir gérer un budget prévisionnel puis opérationnel est indispensable.

 

 

Responsable grands comptes :

Le Responsable grands comptes est un responsable commercial affecté à la gestion des clients grands comptes, (il peut également être appelé Responsable comptes clés ou Key account manager, voire Ingénieur commercial). Il gère la relation avec les grandes enseignes de distribution afin de développer leur chiffre d’affaires et leur rentabilité.

Aujourd’hui, dans le secteur du Jeu Vidéo, celles-ci n’ont plus la même importance qu’il y a encore cinq ou six ans car l’offre commerciale s’est considérablement digitalisée via les plateformes (Steam, DLGamer, Origin, etc.) ; de même, les comportements d’achat des consommateurs/gamers ont évolué.

Le Responsable grands comptes doit désormais savoir adapter ses méthodes et ses techniques de négociation aux spécificités de la distribution physique et online, et de ses interlocuteurs (qui seront aussi bien Carrefour qu’Amazon, par exemple). Il travaille en relation étroite avec les chefs produits et Trade marketing managers afin de définir sa stratégie commerciale ; il pilote également la gestion financière et budgétaire de ses clients, la répartition des objectifs et met en œuvre les outils de suivi de rentabilité.

 

 

Trade Marketing Manager :

Le Trade marketing manager (ou Trade marketer) est responsable de la mise en place et de la performance des opérations de marketing en lien avec les distributeurs. Sa fonction, qui est une synthèse des problématiques marketing et commerciale, est aujourd’hui en pleine mutation afin de répondre aux nouveaux comportements de consommateurs/gamers toujours plus mobiles, informés et volatils.

La data y est devenue un outil essentiel qui permet à la fois d’optimiser les campagnes de communication produits, d’assurer des opérations personnalisées, et de mesurer efficacement le retour sur investissement. Un Trade marketer doit avoir un vrai sens de la négociation, une passion communicative et un esprit synthétique. Son rôle étant intégré au sein des équipes Marketing et Commercial, il doit aussi faire preuve de qualités d’adaptation et de collaboration pour définir ses objectifs. La fonction réclame un partage régulier de l’information et des ressources mais aussi une volonté d’innovation. Un bon Trade marketing manager doit être capable de théâtraliser ses offres et maximiser les synergies marketing online et offline entre marque et distributeur.