Fiche d’identité : MARION BERNARD – 23 ans – Originaire de Châtellerault –
Prépa Plessis Robinson – EMLYON Business School (3A) – ASUL Lyon Niveau 1

 

MARION BERNARD

MARION BERNARD

A tout juste 8 ans, Marion découvre le volley un peu par hasard grâce à une copine d’enfance. Elle est alors loin d’imaginer qu’elle en fera sa véritable passion ! Repérée lors de sélections départementales, elle enchaîne très vite les compétitions et intègre dès l’âge de 15 ans le nouveau Pôle Espoir du Sport Etudes de Niort. « Mes parents ont toujours veillé à ce que j’ai de bonnes notes à l’école. Je n’ai jamais imaginé arrêter les études. » Marion reçoit même le Prix de l’Education par l’Académie de Poitiers en classe de Première. Déterminée, elle envisage d’intégrer une école de commerce après le Bac en passant par la voie dite «classique» de la classe préparatoire. « Ça a été un vrai challenge personnel, j’ai été peu mise en danger durant ma scolarité. » Et c’est avec brio qu’elle décroche EMLYON Business School. «J’ai beaucoup réduit mes entraînements en 2ème année de prépa mais je n’ai jamais entièrement arrêté. Le volley fait partie de moi ! Ça été une vraie bouée de secours, et un exutoire qui m’a permis de relativiser les moments difficiles.» Deux années plus tard, de la Floride au Brésil où elle a effectué ses derniers stages, Marion parvient toujours à aménager son emploi du temps pour jouer dans des clubs locaux pro ou semi-pro. Et c’est au Brésil qu’elle a un vrai déclic pour le beach-volley. « Je suis plutôt petite pour une joueuse de volley (1m74), j’ai un physique plus adapté pour jouer au beach-volley La stratégie de jeu est vraiment différente puisque on joue à 2 contre 2 sur un terrain de 8 mètres (contre 6 filles et un terrain de 9m pour le volley en salle). Il faut être plus fort physiquement, c’est très intense ! Cela exige plus de responsabilités, plus d’engagements et la complicité du binôme est indispensable pour gagner. Le beach-volley est aussi un style de vie, un état d’esprit. Il faut être calme et rigoureux pour ne pas dépenser de l’énergie inutilement sur le terrain. » Et de l’énergie, nous ne doutons pas que Marion en a à revendre !

 

Et pour les 6 prochains mois ?
Je pars en échange universitaire en Inde de septembre à décembre. Une façon de découvrir une nouvelle culture et de varier les expériences. Mon premier poste sera définitivement à l’étranger !
Un rituel d’avant match ?
Je deviens moins superstitieuse avec le temps. Avec l’expérience, on gagne en confiance !
Ton projet professionnel
Aujourd’hui, j’ai envie de travailler dans le business development à l’étranger mais mon projet professionnel n’est pas arrêté à 100 %. Et je me laisse l’opportunité de continuer la compétition, je ne suis pas prête à choisir entre les deux !
Comment te définirais-tu ?
Dynamique. Je suis toujours par monts et par vaux ! Mes amis m’ont d’ailleurs demandé si j’habitais Paris, j’ai trouvé ça drôle.
Sociable. Je dis rarement non. Avec le volley, j’ai aussi appris à vivre en communauté depuis toute jeune, on était toujours ensemble les weekends, pendant les vacances etc.
Créative. Je peins à mes heures perdues, j’écris un blog… C’est mon petit monde à moi.
Ton leitmotiv
«If the opportunity doesn’t lock, build a door»
Il faut créer ses propres opportunités pour aller au bout de ses rêves !
Un objet qui ne te quitte pas
Un petit carnet sur lequel je note des proverbes, des influences, des souvenirs…

 

AF