« Il existe un triptyque pour créer de la confiance. Il faut de l’exigence, c’est-à-dire mettre la barre très haut parce que la situation l’exige. Il faut de la cohérence, car, sans elle, les gens sont démobilisés. Et il faut de la pertinence, ce qui veut dire que certaines choses sont compatibles avec nos objectifs (…) et que d’autres ne le sont pas. »

 

Non, cette citation ne provient pas du dernier ouvrage à la mode sur le management, c’est Nicolas Hulot qui le déclare dans une interview au Monde du 2 juillet 2019. Et c’est d’objectifs climatiques qu’il parle, mais cela pourrait aussi bien s’appliquer au monde de l’entreprise et aux exhortations que nous voyons tous les jours dans les essais sur le management, séminaire d’entreprise, et autre conférence « inspirante ».

Le parallèle entreprise-climat est riche de sens

Que ce soit en faveur de l’environnement ou du bonheur au travail, toutes sortes d’engagements, accords, chartes, voient le jour. Dans les faits le climat, mais aussi le climat social, la fameuse qualité de vie au travail se dégradent, conséquences d’actions bien réelles qui viennent en totale contradiction avec nos belles paroles. Management arbitraire et brutal, objectifs inatteignables, harcèlement fleurissent alors qu’on nous exhorte à remettre l’humain au cœur des organisations. Où sont l’exigence, la cohérence, la pertinence ? Michel Serre établit le même parallèle climatique lorsqu’il évoque « les deux pollutions, sur la planète et les humains »[1]. Il représente l’ennui au travail, où l’employé répond à son chef « non selon la question posée, mais de manière à ne pas perdre son emploi. »

Rétablir la confiance, est-ce possible ?

« La confiance ne se décrète pas, elle se construit. Tout est lié à la qualité du management » déclare Laurent Bigorgne, directeur à l’institut Montaigne à propos de l’étude Et la confiance, bordel ?[2]. C’est le rôle du manager d’être le gardien du sens, de la raison d’être de l’entreprise, par ses paroles et aussi par ses actes, ses décisions. L’exigence d’engagement fait partie des aspirations des jeunes générations quand ils abordent le marché du travail. Une étude ViaVoice / Manpower souligne la priorité accordée à de nouveaux objectifs stratégiques : RSE et croissance inclusive, parité, diversité… obligent les organisations à repenser leur stratégie. Michel Serre le dit avec ses mots : « Petite Poucette rêve d’une œuvre nouvelle, dont la finalité serait (…) d’être bénéfique – elle ne parle pas du salaire, elle aurait dit bénéficiaire, mais du bonheur aussi – à ceux qui œuvrent. »

Des foules pas si stupides

Cette quête de sens, cette ambition de faire changer les choses est favorisée par l’apparition d’internet, qui offre un accès illimité à l’information, et permet de faire émerger des projets collectifs qui touchent un maximum de monde. Le professeur d’université Michel Serre l’a bien compris, qui annonce le renversement de la présomption d’incompétence. De même que le professeur ne peut plus distiller son savoir rare du haut de sa chaire face à des étudiants bien informés, le manager, mais aussi le médecin, le politique, le journaliste… sont remis en question dans leur autorité et doivent composer avec des foules pas si stupides.

Et le bonheur au travail ?

C’est ce renversement de l’autorité, de l’expertise, mais aussi de la créativité, de l’initiative, que j’ai voulu décrire au travers du roman « Le bonheur au travail »[3], où le héros découvre le monde de l’entreprise comme stagiaire, se confronte à son double discours, ses absurdités bureaucratiques, tente l’aventure entrepreneuriale, pour finalement expérimenter de nouvelles formes de gouvernance[4]. Et oui, plus que jamais, le bonheur et le sens que l’on donne à son travail est stratégique pour l’entreprise et mérite des actions bien concrètes, au-delà du simple discours.

Par Anne Edvire est Chief Happiness Officer à Efrei Paris, école d’ingénieur du numérique

[1] in Petite Poucette, 2012

[2] publiée par l’institut Montaigne et RAISE chez Eyrolles en 2015

[3] Le bonheur au travail, journal d’un jeune stagiaire (2017) et tome 2 : bougies, bugs et compagnie (2018), éditions les Passagères.

[4] Il est d’ailleurs intéressant de signaler que le roman est co-écrit (à quatre pour le premier tome, cinq pour le second, et huit pour le troisième !), et que les auteurs se sont organisés selon des règles qui s’inspirent plus de l’improvisation théâtrale que de la hiérarchie verticale. Mais ceci sera l’objet d’un autre article.

 

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

[TUTO] Écolo même au bureau

. Et si, en plus de votre politique zéro déchet à la maison, vous vous mettiez au vert même au bureau ? Voici cinq gestes simples pour améliorer votre impact écologique au boulot.

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre

Mon métier c’est… RP

Attaché de presse, vous connaissez ? Mais les métiers des relations publiques (RP pour les intimes) ne s’arrêtent pas là. Métiers et qualités insoupçonnées, Stéphane Billiet, président de We agency et administrateur du Syndicat du Conseil en Relations Publiques décortique le mythe.

Airbus : devenez les futurs Pionniers !

« Venez négocier des contrats chez Airbus et vous serez les rois du monde ! » assure Christophe Mourey, Secrétaire Général de la Direction Commerciale chez Airbus