Étudiant au sein du PGE d’EM Strasbourg, Jérôme Coquelle est aussi un artiste accompli. Il a remporté en mars 2017 la Palme des Talents étudiants. Ce prix lui a ouvert les portes du Word Championship of Performant Arts en juillet 2017. Virtuose du diabolo et passionné des arts du cirque, il est revenu d’Hollywood champion mondial dans la catégorie Variétés (performance artistique) et médaille d’or dans la catégorie 18-24 ans.

 

Jérôme pratique le diabolo depuis ses 7 ans. « J’ai commencé dans une perspective sportive. J‘ai très vite accroché et me suis mis à beaucoup m’entraîner. » Le succès est au rendez-vous, Jérôme a des prédispositions. Il explique aussi que réussir dans le diabolo lui permettait de compenser ses difficultés dues à sa dyspraxie. « J’ai toujours travaillé sur ordinateur et je bénéficiais d’un tiers temps à l’école. » Il compense tellement bien qu’il intègre EM Strasbourg après un BTS et s’épanouit en tant qu’étudiant. Actuellement en échange en Colombie à Medellin, il finira l’an prochain son parcours en alternance.

Incarner la technique

Au-delà de sa technique, le jeune artiste se réalise pleinement sur scène. Il a créé son numéro il y a 4 ans et se produit sur des scènes professionnelles. « Cela a été un moment important pour creuser mon personnage. » Plus complexe qu’un clown, son personnage est souriant, dynamique, il se met en avant, s’étonne, se révèle un peu naïf, dégingandé. « Je suis très fier lorsque « ça prend ». J’ai su que j’avais atteint un niveau professionnel lorsque, grâce à l’entraînement, ma maîtrise a été telle que l’enjeu était désormais d’incarner la technique. »

Une capacité de travail hors norme

Jérôme se perfectionne en permanence. Il vient de débuter la danse à Medellin pour étoffer son numéro et le rendre encore plus unique. « Je veux revenir en France avec un numéro parfait. » Depuis l’enfance, il cumule classe et diabolo à haut niveau. Il était même président du BDA d’EM Strasbourg l’an dernier. « Si mes parents me soutiennent, ils veulent que j’ai un diplôme au cas où je n’arrive pas à vivre de mon art. Grâce à ma formation en business school j’ai en main les compétences pour gérer ma carrière d’artiste ! »

Performance à l’américaine

Il a intensément préparé durant 3 mois le concours d’Hollywood. EM Strasbourg lui a permis d’aménager son emploi du temps et l’a sponsorisé pour ce voyage. A Hollywood il doit présenter son numéro en une minute seulement ! « C’est ce qui m’a le plus donné le tract. Il faut absolument faire une performance et mettre le feu au public en 60 petites secondes. J’ai entièrement remixé mon numéro, je suis sorti de ma zone de confort. J’ai tiré mon épingle du jeu car il y avait beaucoup de chanteurs et danseurs dans la catégorie variétés. »

A Jérôme la vie d’artiste !

Remporter ce concours mondial a été un déclic. Jérôme réalise qu’il veut faire son métier de sa discipline artistique. « J’ai pris un tel plaisir à ce concours, j’ai aussi pris confiance en moi. Je me sens capable d’en faire ma profession. » Ce prestigieux titre lui a ouvert un large réseau et de nouvelles opportunités. Jérôme est plus que jamais engagé dans la promotion de son numéro.
« Même si je suis champion du monde – cela me fait toujours étrange de formuler cela ! – j’ai le sentiment que je peux encore progresser. » Jérôme conclut ainsi avec l’un de secrets de ceux qui réussissent : ne jamais se sentir arrivé.

Eux aussi ont du talent ! Le Musée national Picasso-Paris et l’École de Paris des Métiers de la Table (EPMT) sont partenaires depuis 4 ans. L’ambition : faire découvrir le monde de l’art aux apprentis pour enrichir leur pratique. Cette année, les apprentis chocolatiers ont élaboré un produit original en lien avec le musée et/ou l’œuvre de Pablo Picasso.

 

Pour la première fois cette année en avril, l’École Hôtelière de Paris – Médéric a remis des attestations de compétences à huit élèves en situation de handicap de la passerelle cuisine/services.

 

 

A star is born

Théo Isambourg, étudiant à l’ESILV et chanteur à mi-temps, vient de créer une application, Li.Li. Portrait d’un touche-à-tout à qui tout réussi.

Keep calm and troc

Trrade, ou le comeback du troc en mode 2.0. Portrait de son fondateur, Damien Drignon, étudiant-entrepreneur à l’IAE Caen.

Une étudiante de Chimie ParisTech vous met en appétit !

Sixtine Bone, en 1ère année à Chimie ParisTech, a remporté le Concours de Cuisine des Grandes Ecoles 2018. Portrait d’une étudiante qui va vous mettre l’eau à la bouche.

Gaspard, le sommelier digital qui démystifie le vin

Zoom sur Gaspard, le sommelier digital créé par Philippe Renard, Frédéric Lavallée et Murielle Petit. Son objectif ? Démystifier le vin !

« Chère France…

Trois photos, trois souvenirs, Bill François, doctorant à l’ESPCI et gagnant du concours d’éloquence Le Grand Oral sur France 2, se fait tirer le portrait.

Un étudiant en Prépa des INP en freestyle sur les pistes !

Portrait de Tom Jeannesson, skieur freestyle et étudiant en Prépa des INP, qui slalome entre études et sport de haut niveau.

Au-delà du jeu

Etudiant à EM Strasbourg, Hugo Langlois a cofondé Reflex Esport Club, une entreprise qui accompagne et forme les gamers professionnels. Portrait d’un successfull startuper

[Selfie] Grandeur nature

Pour la présidente de l’association étudiante Dauphine Durable à l’Université Paris-Dauphine, le green est une seconde nature.

La Fondation Mines-Télécom récompense les stagiaires et alternants du réseau IMT – Portrait de Marie Payet

La Fondation Mines-Télécom récompensera les meilleurs stages, apprentissages et thèses des écoles de l’IMT le 27 mars prochain. L’occasion de mettre en lumière trois talents des écoles de l’IMT. Portrait de Marie Payet.

La Fondation Mines-Télécom récompense les stagiaires et alternants du réseau IMT – Portrait de Paul Bacle

La Fondation Mines-Télécom récompense les meilleurs stagiaires et alternants du réseau IMT-Portrait de Paul Bacle après son alternance à la Société Générale