Dans un monde où les moyens de communication ne cessent de se développer et où la connexion des personnes constitue un mode de vie incontournable, le directeur de la communication, garant de l’image de l’entreprise, de son identité et de ses valeurs, exerce un métier stratégique de la plus haute importance. – Par Philippe Oster, Director of Communications, HEC Paris

 

Voir ailleurs et cultiver un contexte interne favorable

Les Directions de la Communication sont, par nature, ouvertes sur le monde et ses évolutions. Aller voir et apprendre de ce qui se passe à l’extérieur du cadre défini de nos activités est une nécessité absolue pour qui veut impulser une dynamique d’innovation. Dans cette perspective, il est également fondamental de mettre en place de bonnes pratiques internes qui vont stimuler la prise d’initiative.

Tirer le meilleur des réseaux de communicants

Je trouve une grande source d’inspiration et de créativité dans les réseaux réunissant les acteurs de la communication des établissements d’enseignement supérieur. Pour une Business School telle qu’HEC Paris, ils sont à la fois des réseaux d’échanges, de collaboration et de lobby. J’apprécie ainsi les réunions des DirComs de l’Université Paris-Saclay, car elles fédèrent autour d’un projet commun et promeuvent l’échange de bonnes pratiques. Les réunions des communicants des écoles de la CCI Paris Ile-de-France permettent également des échanges fructueux : elles réunissent en effet des écoles dont les projets sont de natures différentes, si complémentairement riches que la diversité des approches rend nos interactions très fertiles. A l’international enfin, des réseaux de communicants se sont progressivement structurés dans la sphère des Business Schools : Business Access Media (BAM) conference, MaKi network, EFMD conference sont trois réseaux où je conseille une présence régulière pour échanger avec les meilleures institutions mondiales et développer son réseau de contacts media internationaux.

Forger des partenariats innovants

Les partenariats animés par la Direction de la Communication d’HEC sont, dans leur grande majorité, des partenariats de notoriété n’engageant aucune relation commerciale. Il s’agit là d’un choix stratégique vertueux : il oblige en effet les parties à trouver l’accord qui va optimiser au mieux leurs intérêts respectifs, en poussant à l’innovation partenariale. L’idée est de trouver en quoi un partenariat peut être vecteur de valeur ajoutée pour chacun des partenaires et améliorer leur empreinte médiatique. C’est le sens des alliances que nous avons tissées avec NetExplo, Manpower (La France qui vient), Le Monde (Prix Izraelewicz) et beaucoup d’autres, existantes ou à venir.

Sortir de sa zone de confort

Il existe des contextes et des lieux qui, même s’ils ne sont pas directement liés au monde de l’enseignement supérieur, ni même à la fonction Communication, gagnent à être explorés. Il y circule un esprit, un comportement, et des méthodes qui poussent à l’innovation constante. On les a longtemps trouvés dans la baie de San Francisco, qui en reste le bastion, mais la transformation digitale en a accéléré la diffusion et les manifestations, et ils sont désormais accessibles partout, en particulier en France, avec l’enthousiasmant développement de la French Tech. Je recommande la participation à des événements tels que Vivatech, qui s’est tenu récemment à Paris, concentré d’innovation technologique et d’esprit entrepreneurial contagieux. Cet esprit est d’ailleurs directement accessible dans nos grandes écoles qui ont su développer programmes dédiés, majeures Digital, e-labs, incubateurs et cours de créativité. Il n’y alors plus que quelques mètres à parcourir vers ces univers de créativité innovante riches en enseignements.

Créer un contexte interne favorable

C’est justement ce contexte propice à la créativité qu’il convient de cultiver au sein une équipe de communicants. J’ai le privilège de pouvoir compter au quotidien sur une équipe très engagée et motivée qui accompagne et stimule avec efficacité le développement de notre école. Si cette équipe est efficace, c’est avant tout parce qu’elle est responsable : chaque membre dispose d’une grande autonomie au sein son périmètre d’activité. Tous sont libres d’explorer et de prendre le temps de tester des idées nouvelles, et de les implémenter s’ils le jugent pertinent. L’équipe s’efforce ensuite de créer un climat de confiance collective, dans lequel le droit à l’erreur est reconnu, et libère davantage l’esprit d’innovation. Enfin, et c’est peut-être la chose la plus difficile à mettre en place dans un contexte de flux d’activités tendu, il convient de stimuler la communication interne et de favoriser les interactions au sein de l’équipe pour assurer une intégration optimale des initiatives innovantes.

 

Donner un cadre à la créativité

Le rôle du Directeur de la Communication, une fois ce contexte créé, est donc moins d’innover lui-même que de canaliser l’énergie créative. Il s’agit alors d’orienter, de prioriser et d’assurer la cohérence des initiatives proposées avec les axes stratégiques prioritaires pour le développement de l’école.