Le 9 mai 2019, les chiffres tombent : pour 87 % des 15-25 ans, le commerce équitable est un moyen utile de lutter contre les inégalités et 79 % sont prêts à s’engager. Un engagement de la jeunesse inattendu, un cri d’alerte entendu ? C’est ce qu’espère Blaise Desbordes, directeur général de l’ONG Max Havelaar France.

 

Blaise Desbordes, président de l'ONG Max Havelaar

Blaise Desbordes, président de l’ONG Max Havelaar France, encourage les étudiants à promouvoir le commerce équitable sur leur campus

A l’occasion de la 19è édition de la Quinzaine du Commerce Equitable du 11 au 26 mai, un sondage a été lancé auprès des 15-25 ans par Max Havelaar et OpinionWay. Quelle est à la vision de ces consommateurs de demain ? Eléments de réponse.

Comment expliquez-vous cet engagement de plus en plus fort de la part des jeunes générations ?

Les consommateurs d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier. Avec les informations auxquelles ils ont accès grâce à internet, la prise de conscience ne se fait plus attendre. Ils sont plus critiques, plus exigeants, plus sensibles aux problématiques environnementales et sociales. « Quelle est l’histoire derrière le produit que je consomme ? » se demandent-ils maintenant. Les jeunes ont déjà compris qu’acheter c’est voter. 71 % des 15-25 ans considèrent qu’il est temps de bouger les choses. Et ces prescripteurs veulent agir concrètement. Leurs attentes ? 64 % souhaitent que les institutions politiques apportent des mesures concrètes et efficaces de transformation de la mondialisation : les états à 42 %, suivis par l’Union Européenne (13 %), puis les organisations mondiales comme l’ONU (9 %).

Quels sont les grands défis ?

La priorité n° 1 des jeunes, c’est la lutte contre le changement climatique (47 %). On a bien vu à quel point ils se sont mobilisés lors de la Marche pour le Climat. Au cœur de leurs préoccupations également : le respect des droits fondamentaux (36 %), de bonnes conditions de travail pour tous (32 %) et un prix plus juste aux (petits) producteurs agricoles (31 %). Ils se soucient tout autant de l’environnement que du respect des droits humains. Plus de justice économique réclament-ils. Peu importe leur milieu social d’origine.

Quid du commerce équitable ?

Pour 87 % des jeunes, c’est LA solution pour lutter contre ces inégalités dans la mondialisation économique. Une belle surprise ! Ils ne voient plus cette mesure éthique comme superflue. Ils la considèrent au même niveau que les énergies renouvelables pour changer le monde. Consommer écoresponsable est le nouveau mode de vie nécessaire pour agir en faveur de la planète. Les jeunes attendent notamment un engagement des grandes marques à proposer des produits qui rémunèrent mieux les producteurs (52 %), plus de produits équitables dans les lieux publics (cantines scolaires et universitaires, hôpitaux…) et dans les magasins. Même si Monoprix propose du chocolat équitable, on est loin du compte !

Comment peuvent-ils agir sur les campus ?

Ils peuvent par exemple interpeller la cafeteria de leur campus. Une démarche qui a déjà réussi dans certaines cantines avec plus de produits labellisés distribués. La tendance de la qualité alimentaire gagne du terrain. Les jeunes militants y croient et font de plus en plus d’actions en ce sens. Pour les aider à mener ce combat sur leur campus, nous avons d’ailleurs créé le label Génération Equitable. Osez une version plus équitable de votre campus !