De nombreuses inégalités visibles

C’est un paradoxe bien ancré dans le monde de l’enseignement supérieur et notamment dans les écoles de management. Bien que la proportion femmes/hommes penche en faveur des étudiantes (taux de féminisation pouvant aller jusqu’à 56%[i]), les femmes sont moins visibles que les hommes. Comment comprendre ce phénomène ? Etre visible dans un collectif nécessite d’être facilement repéré. Or d’après l’observation des comportements dans les salles de classe et amphithéâtres, les étudiantes prennent moins la parole, elles se font donc beaucoup moins remarquer. Dans la vie associative, alors que les étudiants occupent le rôle de président du bureau, les étudiantes vont vers le rôle de secrétaire. En ne luttant pas contre ces tendances naturelles, l’enseignement supérieur n’a-t-il pas sa part de responsabilité ?

 

Pénurie de modèles féminins

Si les étudiantes ont tendance à adopter des comportements qui ne favorisent pas la mise en avant de leurs connaissances et compétences, elles ont également moins de modèles par rapport aux modèles masculins des étudiants. Les hommes sont plus nombreux que les femmes dans les postes de professeurs et de direction[ii]. Quand on fait appel à des invités externes, les expertes sont moins présentes que leurs homologues masculins lors des tables rondes. Une lecture des newsletters des associations des diplômés confirme que les diplômées font moins parler d’elles et de leur parcours que les diplômés.

 

Rôle secondaire joué par les femmes dans les outils d’apprentissage

Les outils d’apprentissage, notamment les études de cas, considèrent rarement le leader comme féminin. Un rapport américain[iii] basé sur les études de cas primées ou les mieux vendues pendant une période de 7 ans (2009–2015), a montré que les hommes sont des protagonistes dans 62 sur ces 74 études, et les femmes dans seulement 8. Sur ces 74 cas seuls 8 cas traitent d’un échange professionnel entre 2 femmes.

 

Ecart entre les pratiques et la volonté sociétale de changement

Malgré l’engagement affiché des établissements de l’enseignement supérieur en faveur de l’égalité f-h, les inégalités liées au genre persistent. Cette absence de valorisation du genre féminin dans les écoles de management est en contradiction avec la volonté contemporaine des entreprises et de l’Etat de repérer les talents féminins à haut potentiel. Qu’il s’agisse de recruter pour les conseils d’administration, les comités exécutifs ou le gouvernement, les femmes compétentes et ambitieuses sont recherchées.

 

Une réponse fédératrice inégalités f/h

Que font les écoles de management face à ces constats ? A ICN Business School, un cycle de conférences intitulé « Women Making Waves » (les femmes font des vagues) a été lancé en septembre 2017. L’objectif de ces rencontres est de valoriser les parcours de femmes particulièrement remarquables pour apporter une réponse à la pénurie de modèles féminins. La référente égalité f/h, la responsable RSE, la responsable de l’association des diplômés, la direction marketing & communication, et les responsables des associations étudiantes mutualisent leurs réseaux pour promouvoir ces rencontres. Les retombées sont visibles et en temps réel : les têtes d’affiche sont des femmes; les amphithéâtres se remplissent d’un public mixte et réceptif; tant les étudiantes que les étudiants s’impliquent dans l’organisation de ces évènements.

 

Les établissements de l’enseignement supérieur ont un rôle à jouer dans l’accompagnement de l’évolution d’une société plus égalitaire[iv]. Cela nécessite de prendre conscience des inégalités f/h, de déconstruire les stéréotypes, tout en fédérant et en rendant responsables les différentes parties prenantes de l’enseignement supérieur et du monde professionnel sur le chemin.

[i] http://www.cge.asso.fr/publications/2018-07-09-barometre-egalite-femmeshommes-2018/

[ii] http://www.cge.asso.fr/publications/2018-07-09-barometre-egalite-femmeshommes-2018/

[iii] https//hbr.org/2016/03/only-11-of-top-business-school-case-studies-have-a-female-protagonist

[iv] Finstad-Milion, K. & Morin-Estèves, C. (2015) «Persistent Labor Market Inequalities : What do the French Management Schools do for their Female Students ? » in Integrating Gender Equality into Management Education. Eds. P. M. Flynn, F. Haynes and M. Kilgour, Book 1 of Principles of Responsible Management Education (PRME) Collection Gender Equality as a Challenge for Business and Management Education, Greenleaf Publishing.

 

en savoir plus sur notre dossier…

LES MEDIAS ONT-ILS UN SEXE ?